Comptage des oiseaux hivernants, le 17 décembre 2017

8h à la Baisse de Raillon (saint Martin de Crau), dimanche 17 décembre :

le RDV du comptage mensuel des oiseaux d’eau hivernants, de novembre à février avec le protocole adéquat pour que les chiffres soient utilisables et analysés par les spécialistes. C’est le rituel de l’hiver pour le groupe Alpilles Crau Camargue. Depuis quand ? La nuit des temps répondraient les anciens, tout au moins deux dizaines d’années.

L’air est vif, le mistral modéré, l’hiver est bien là. Pas de rassemblement de goéland ou de mouette rieuse, le dortoir doit être ailleurs, ils arriveront un peu plus tard.

Peu d’espèces à compter : les canards colverts sauvages et domestiques mélangés, les cygnes noirs, stars du parc paysager, quelques foulques, aigrettes et hérons.

L’absence des passereaux (hors protocole) sur le grillage des entrepôts nous interroge sur les causes : sécheresse ? plus de graines à manger dans une herbe clairsemée ? ou autre cause ? nous pensons tous au cri d’alarme des scientifiques à propos du très fort déclin de ces oiseaux.

L’étang des Aulnes quant à lui a retrouvé son éclat : des dizaines de grandes aigrettes, aigrettes garzettes, au pied des peupliers, dans les roseaux.

Les canards et fuligules sont nombreux ; c’est le moment de réviser les femelles, moins faciles à identifier que les mâles. Et il ne faut pas oublier de chercher les intrus possibles parmi les grèbes à cou noir et les grèbes huppés.

Le choix du lieu pour compter est stratégique, l’étang est grand, les contours non réguliers, il faut pouvoir embrasser l’ensemble d’un regard. Un deuxième endroit, en hauteur permettra de rectifier les chiffres en comptant les oiseaux plus enfoncés dans les roseaux.

Les espèces, réparties entre les différents participants au comptage sont décomptées une à une, un tuya immuable sert de repère. Vous comptez quoi ? les cygnes, ils ont été comptés ? et les grèbes castagneux, t’en as vu ? La concentration et la vigilance sont de mises, il faut tenir les longue-vues (le mistral est un mauvais farceur !), surveiller les piafs, le scripte aussi doit suivre et ne pas oublier un des chiffres qui fusent.

Et puis il y a le plaisir d’admirer un busard des roseaux en vol, d’écouter le cri du râle, de voir des fuligules milouins se poser sur l’eau.

Foulques, fuligules milouins, grèbes à cou noir... Crédit photo : P.Flamion
Foulques, fuligules milouins, grèbes à cou noir… Crédit photo : P.Flamion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.