Sortie nature et nettoyage à la Tour Royale à Toulon

Bergeronnette grise
Bergeronnette grise, Tour Royale (Toulon), 20/11/2016

C’est sous un temps menaçant qui a dû décourager beaucoup de monde que nous nous sommes retrouvés, ce matin, à la Tour Royale pour une sortie d’observations naturalistes et de nettoyage.

Espèce emblématique de cette période de l’année, les vols en bancs aériens d’environ 2000 Étourneaux sansonnets ont lancé le signal du départ.

Nous avons pu observer au cours de la matinée 17 espèces marines (Cormorans, Mouettes, Goélands) et terrestres, principalement des passereaux  (Rougequeues, Bergeronnettes, Pouillots etc.). Espèces communes et toujours fidèles au site.

Nous avons de nouveau, comme la semaine dernière au cap Brun, eu le loisir d’admirer le plumage d’un mâle de Faucon crécerelle posé, cette fois-ci, en haut de la Tour Royale, guettant toute proie potentielle sur laquelle il est prêt à fondre.

Ci-dessous, le tableau des 17 espèces observées :

Espèces observées le 20/11/2016, Tour Royale, Toulon
Espèces observées le 20/11/2016, Tour Royale, Toulon

Nous avons pu faire avant l’arrivée de la pluie un peu de nettoyage des rochers du bord de mer habituellement fréquentés par les pêcheurs, mais ce matin, il n’y en avait aucun.

Par contre, les plus inciviques d’entre-eux ont laissé à terre parmi d’autres déchets de trop nombreux fils de pêche ainsi que des hameçons, qui ne manquent pas de représenter un grand danger pour la faune.

Fil de pêche, Tour Royale (Toulon), 20/11/2016
Fil de pêche, Tour Royale (Toulon), 20/11/2016

L’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) et Sea Sheperd ont publié un dépliant sur le sujet dont voici un extrait :

Les impacts sur la faune. Les espèces animales victimes d’enchevêtrements ou d’étouffements dus aux résidus de matériel de pêche ne se limitent pas aux poissons. Des oiseaux et des mammifères se retrouvent aussi pris aux pièges : hérons, passereaux, cygnes, canards, loutres, putois, micromammifères, etc.

Si l’hameçon ne reste pas coincé dans la bouche de sa victime, il peut être avalé et se planter dans l’œsophage, ou alors perforer l’estomac. Cette obstruction très douloureuse empêche toute alimentation. L’hameçon peut parfois infecter l’animal, entraînant également une lente et douloureuse agonie.

Ligotés aux pattes ou aux ailes, de nombreux animaux dont une majorité d’oiseaux se retrouvent prisonniers des fils de pêche. Ne pouvant plus se nourrir, les animaux épuisés se noient ou se pendent.

Certaines espèces utilisent ces déchets pour construire leur nid et se retrouvent alors piégées dans leur propre « habitat ». Les blessures des animaux récupérés dans les centres de soins sont parfois si profondes, que l’animal ne peut qu’être amputé d’une aile ou d’une patte ou euthanasié. »

Ce dépliant est téléchargeable en pdf sur ce lien.

Dépliant "Déchets de pêche", ASPAS et Sea Shepperd
Dépliant « Déchets de pêche », ASPAS et Sea Shepperd
Hameçon abandonné, Tour Royale (Toulon), 20/11/2016
Hameçon abandonné, Tour Royale (Toulon), 20/11/2016

Vous pouvez également lire sur le sujet : Les déchets solides en mer et sur le littoral, fiche de l’Observatoire national de la mer et du littoral, février 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.