Catégories
Non classé

Séjour Escursia : Entre Alpilles et Crau, initiation aux oiseaux d’hiver

Du 2 au 5 décembre, 7 participants ont bravé le froid hivernal pour observer les oiseaux de Provence, au cœur des Alpilles et de la plaine de Crau.

Jour 1

Chaleureusement accueillis par Cédric du gîte Le Panorama des Alpilles à Aureilles, nous démarrons la journée en salle avec une courte initiation aux éléments d’identification importants de l’avifaune : longueur et largeur du bec, couleur générale et contrastes du plumage.

Observation du Monticole bleu (Monticola solitarius) sur le rocher des Baux-de-Provence. © Aurélie Torres

Nous partons ensuite pour Les Baux-de-Provence, où l’éperon rocheux, sur lequel se trouve une ancienne forteresse aujourd’hui en ruines, est un site favorable pour observer deux hivernants remarquables : le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) et le Monticole bleu (Monticola solitarius). Pendant que nous mangeons, le Monticole bleu fait une première apparition, suivi quelques temps après par un second individu.

Observation du Roitelet huppé (Regulus regulus) dans la garrigue. © Aurélie Torres

Le groupe peut ensuite observer de très près un Roitelet huppé (Regulus regulus) se nourrissant dans la garrigue. Après quelques temps de recherche, le groupe rencontre enfin le Tichodrome échelette, magnifique oiseau aux ailes rouges !

Le voyez-vous ? Tichodrome échelette (Tichodroma muraria). © Aurélie Torres
Observation du Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) sur le rocher des Baux-de-Provence. © Aurélie Torres

Jour 2

Le lendemain, le groupe se retrouve sur le sentier des Opies, frontière entre le milieu agricole et la garrigue méditerranéenne. Différentes espèces d’oiseaux communs sont observées et/ou entendues : Pinson des arbres (Fringilla coelebs), Serin cini (Serinus serinus), Fauvette mélanocéphale (Sylvia melanocephala).

Observation des oiseaux de la garrigue. © Aurélie Torres

En fin de matinée, une première Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis) est enfin aperçue au loin ! Sur le chemin menant au point de pique-nique, une deuxième, puis une troisième sont finalement aperçues. 

Observation de la Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis). © Aurélie Torres

Durant la pause déjeuner, les yeux sont rivés vers le ciel à la recherche de l’Aigle de Bonelli (Aquila fasciata), sans succès. En revanche, une femelle Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) est aperçue près de nous en vol en rase motte, semant la panique au sein des passereaux. Sur le chemin du retour, la Fauvette pitchou se fait entendre (S. undata).

En fin de journée, nous allons écouter, voire observer le Hibou Grand-duc (Bubo bubo). Pas de chance ce soir là, probablement à cause du vent.

Jour 3

La journée démarre aux abords de l’aérodrome de Salon-Eyguières à la recherche des oiseaux des milieux ouverts et steppiques, dont l’Outarde canepetière (Tetras tetrax). Plusieurs espèces de passereaux sont tout d’abord observés ; Linotte mélodieuse (Linaria cannabina), Pipit farlouse (Anthus pratensis), Alouette lulu (Lullula arborea) et Alouette des champs (Alauda arvensis).

Observation à l’aérodrome de Salon-Eyguières. © Aurélie Torres

Quelle ne fut pas notre surprise de voir 2 Huppes fasciées (Upupa epops) survoler l’aérodrome et se poser à quelques dizaine de mètres de nous pour se nourrir !

Un Faucon émerillon (Falco columbarius) est aperçu sur l’aérodrome, à l’affût. Durant les explications de Robin, un groupe d’outardes survole l’aérodrome et se pose au loin ! De très belles observations des mâles et des femelles sont faites du groupe d’Outardes canepetières.

Pour finir la matinée, un magnifique Busard Saint-Martin, mâle cette fois-ci, survole à plusieurs reprises l’aérodrome en rase mottes.

Pique-nique au Mas Chauvet, tout en observant les passereaux. © Aurélie Torres

Nous partons ensuite déjeuner au Mas Chauvet, à la limite de la Réserve Naturelle des Coussouls de Crau, en espérant trouver le Pipit de Richard (A. richardi). De nouvelles espèces de passereaux sont observés sur le site, dont le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) et le Cochevis huppé (Galerida cristata). Quelques minutes avant le retour au gîte, nous pouvons observer deux Bruants proyer (E. calandra) accompagnés par un groupe de Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis).

Brochette de Fringillidés : Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) et Bruants proyer (Emberiza calandra). © Aurélie Torres

En fin de journée, certains courageux décident de retourner sur le site du Grand-duc en l’absence de vent. Ce fut bref, mais il s’est montré quelques secondes à la tombée de la nuit !

Jour 4

Pour ce dernier jour d’observation, cap au sud et changement de décor pour observer les oiseaux d’eau en hivernage !

Peu après notre arrivée, plusieurs couples de Harles huppées (Mergus serrator) en plumage nuptial sont aperçus. Deux Martin-pêcheurs d’Europe (Alcedo atthis) sont à l’affût sur les pierres de la jetée. Un couple d’Eider à duvet (Somateria mollissima) s’envole au loin, et différentes espèces d’oiseaux d’eau sont observées.

Observation des oiseaux d’eau hivernants sur la jetée de Port-Saint-Louis-du-Rhône. © Aurélie Torres

Nous nous dirigeons ensuite vers la plage Napoléon pour y déjeuner, en faisant plusieurs haltes pour observer des limicoles, des Sternes caugek (Thalasseus sandvicensis), des Ardéidés et des Flamants roses (Phoenicopterus roseus) en train de se nourrir.

Observation des oiseaux d’eau près des cabanes de Carteau. © Aurélie Torres

Nous déjeunons sur la plage Napoléon, et apercevons au loin un groupe important d’oiseaux d’eau. Malheureusement trop loin pour être identifié avec certitude..

De retour au gîte, le séjour touche à sa fin. De très belles observations et un groupe de naturalistes sympathique et souriant, malgré le froid !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.