Découverte d’une nichée de Chouettes hulottes en ville à Toulon

Chouette hulotte adulte, Toulon, 14/3/2017
Chouette hulotte adulte, Toulon, 14/3/2017

Nul besoin de courir loin à la campagne pour trouver la Chouette hulotte car le Hou-Houhouhouhouh typique de l’espèce peut enchanter les nuits d’une ville comme Toulon, dans les quartiers de St-Jean-du-Var, de La Palasse et du Cap brun, par exemple.

Ce rapace nocturne de l’ordre des Strigiformes (Chouettes & Hiboux) amateur de petits rongeurs (Mulots etc.) ne se contente pas d’y chanter, il y niche, pour peu qu’il puisse trouver des cavités généralement dans des grands arbres, comme les vieux platanes. Et aussi bien entendu suffisamment de proies pour nourrir le couple et une descendance parfois assez nombreuse, comme nous allons le voir.

Les Chouettes de St-Jean

Ça commence plutôt mal ce 10 mars quand il est signalé à la LPO-PACA qu’une Chouette hulotte a « tapé » dans une vitre dans le quartier de St-Jean-du-Var à Toulon. Groggy, mis à l’abri, l’oiseau finit par reprendre ses esprits et sa liberté.

Mais trois jours plus tard une Chouette, dont on ne sait tout d’abord pas s’il s’agit de la même encore « sonnée », ou d’un autre individu, est retrouvée au même lieu, posée et immobile sur un banc. La personne découvreuse contacte de nouveau la LPO-PACA qui répercute l’information au groupe local de bénévoles. C’est ainsi qu’un membre de Littoral & Monts Toulonnais et une membre du groupe voisin de Hyères-les-Maures, également membre du réseau de transport des oiseaux blessés, amènent l’animal se faire examiner par un vétérinaire hyérois. Rouage essentiel du réseau régional LPO de prise en charge de la faune libre en difficulté.

L’animal va bien et c’est un jeune de l’année. Nous le ramenons au lieu de sa découverte. La personne à son origine nous fait alors découvrir à la tombée de la nuit trois autres jeunes de l’année, perchés ça et là, et un adulte tout juste visible en haut d’un grand platane, siège probable du nid.

Chouette hulotte, jeune, 14/3/2017
Chouette hulotte, jeune, 14/3/2017

Nous libérons l’oiseau parmi ses congénères et pouvons témoigner de la nidification en cours de la Chouette hulotte dans le quartier de St-Jean-du-Var, à Toulon, avec ce couple élevant avec succès 4 jeunes qui sont sortis du nid et savent déjà (imparfaitement) voler.

Chouette hulotte, jeune, 14/3/2017
Chouette hulotte, jeune, 14/3/2017

La Chouette et la ville

Est-ce étonnant de trouver ainsi des Chouettes hulottes se reproduire en ville ? Un petite recherche bibliographique montre que non. L’article de l’Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Flitti A., Kabouche B., Kayser Y., Olioso G.,  2009, édité par LPO-PACA et Delachaux et Niestlé) nous dit à ce sujet :

Son comportement suffisamment souple lui permet de s’installer dans des milieux très variés, pour peu qu’elle puisse y trouver quelques arbres. (…) Dans les grandes villes telles Aix-en-Provence, Avignon, Toulon, Nice ou Marseille (…) l’espèce a constitué de véritables populations et elle s’y reproduit jusque dans le centre-ville.

Cas des jeunes Nocturnes

Sachez qu’un jeune rapace nocturne trouvé apparemment seul n’est en général pas malade ni en difficulté. Les jeunes commençant à s’émanciper sortent du nid et peuvent ainsi se disperser. Les parents savent où ils sont et continuent à les nourrir. Il faut donc les laisser et ne pas les ramasser ! Si l’oiseau est au sol et trop vulnérable face à un éventuel prédateur (chien, chat, goéland, être humain), pensez à le percher (pas trop haut) à l’abri si c’est possible. Évidemment, il faut s’adapter selon le péril et la possibilité de cache.

Les dangers de la ville

Les Chouettes hulottes peuvent vivre près de ou en pleine ville si certaines conditions le lui permettent, comme la présence de proies (petits rongeurs) et de hauts arbres contenant des cavités (pour le nid) comme certains vieux platanes.

La préservation d’arbres de ce type et une politique d’élagage modérée et adaptée seront des atouts pour l’espèce.

Le risque de collisions est important pour les rapaces nocturnes, notamment avec les vitres, baies vitrées, et véhicules circulant la nuit. Ici aussi des aménagements sont possibles concernant les vitres. Il est bien évidemment vivement recommandé de rouler à vitesse modérée la nuit, pour la santé des êtres humains et aussi pour celle de la faune.

La généralisation des zones 30 en ville serait un atout supplémentaire pour la faune, en plus de réduire les accidents pour les personnes humaines, de diminuer la pollution automobile et d’inciter à utiliser des modes de transports actifs et non polluants comme le vélo ! Cercle vertueux où il y aurait également moins de pollution sonore. De quoi apprécier mieux les Hou houhouhouhouh nocturnes !

Note de l’auteur

Afin de préserver la tranquillité des Chouettes et l’anonymat du lieu de découverte, nous sommes volontairement restés vagues et n’avons cité ni adresse ni nom.

Nous tenons tout de même à remercier la personne à l’origine de la découverte qui saura se reconnaître,  merci à elle pour cette petite famille et pour la meilleur connaissance de la nidification de la Chouette hulotte à Toulon qu’elle nous a apporté.

Liens et Infos

Texte et photos : Olivier REISINGER
Technicien en Gestion Protection de la Nature et SIG
Gr. local Littoral & Monts Toulonnais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.