Les balades naturalistes du 1er trimestre 2017

Le rythme des balades naturalistes destinées à la formation des bénévoles du groupe
s’est intensifié ce mois de mars. Nous sommes passés, lorsque le temps le permet, à une sortie par semaine, le jeudi. Ainsi nous évitons l’afflux des promeneurs du week-end.
Bien sur, des sorties dominicales ont lieu aussi pour ceux qui travaillent en semaine.
Si les 3 premières balades affichent gaillardement un peu plus de 10 km pour la journée,
les prochaines verront la distance parcourue diminuer
au profit du temps consacré à l’observation.

Le vallon Gaumin

Le 16 janvier 2017, nous explorons les possibilités de balade autour et dans le vallon Gaumin.
Situés à l’entrée sud de La Seyne-sur-Mer, à un demi-pas du centre ville,
ces champs entourés de très vieux chênes, sont encore épargnés par le bétonnage.
Une grande balade péri-urbaine incluant le Fort Napoléon et son Espace Naturel Sensible, avec un retour par le sentier piétonnier au sud du stade Jean Guimier,
permet d’écouter chanter les oiseaux dans ce corridor écologique à préserver.

Sauf aux naturalistes…

Fauvette à tête noire mâle sur un magnifique Plaqueminier

Fauvette à tête noire femelle
Mésange à longue queue
Roitelet triple bandeau
Merle noir type femelle
Rougegorge familier
Rougequeue noir type femelle

 

Beaucoup d’oiseaux aiment les kakis. Reconnaissaient vous ceux de la photo ?

 

Photos de Guy et François-Marie

La forêt de la Guardiole

Le 2 mars, c’est une sortie en petit comité pour reconnaitre un nouveau parcours
Nous avons effectué une boucle de 11 km en terrain plutôt difficile (avec les mains parfois).
Depuis le départ au col de la Guardiole,
jusqu’au belvédère au dessus de la calanque d’En-Vau,
en rentrant par la maison forestière, ce fut une belle balade variée,
mais avec peu d’oiseaux à observer.
Des paysages magnifiques !
La calanque d’En-Vau
Tarente de Maurétanie
Quel est cet oiseau si peu farouche ?
LAccenteur alpin : Un touriste hivernant sur le littoral

 

Devant la Maison forestière, ce panneau peut se lire ainsi  :                                                                      Danger pour la petite faune : passage fréquent de chats
Juste avant le parking, un Rapace nous survole…
Un Faucon crécerelle mâle fait le Saint-Esprit à la recherche d’une proie
Un petit rongeur s’envole pris dans les serres

Photos Guy et François-Marie

 

Les Aiguilles de Valbelle

Le jeudi 9 mars, l’Espace Naturel Sensible du Siou-Blanc nous accueille pour une boucle d’environ 10 km, le circuit des Aiguilles de Valbelle

Avec le beau temps temps, les Lépidoptères ne tardent pas à égayer la forêt de leurs vols colorés. Ce sont principalement les Citrons de Provence, qui méritent entièrement leur nom avec leurs ailes d’un beau jaune tirant entre le citron et le jaune provençal.
Mais aussi les Grandes Tortues, qui ne sont pas des Chéloniens,
mais bien de beaux Lépidoptères au vol gracieux.
Et pour la première fois, j’ai la chance de photographier un Échancré,
identifié grâce à Jean-Claude.
La meilleure position pour observer les oiseaux grimpeurs

À peine entrés dans la forêt des Morières, nous sommes captivés par un chant puissant.
Nous ne tardons pas à reconnaitre un couple de Sittelles torchepot
C’est au pied des Aiguilles que nous piqueniquons,
accompagnés par une famille de trois Grands Corbeaux.
En explorant les abords de ces impressionnants perchoirs, nous découvrons du Houx
Ses drupes resplendissantes nous surprennent en cette saison.
Plus loin, le Fragon petit houx

nous montre ses fleurs minuscules cachées sous ses cladodes.

À l’arrivée, un concert nous accueille, interprété par les Chardonnerets élégants,
les Fauvettes à tête noire, un Verdier d’Europe, un Merle noir
et toutes les Mésanges, bleues, charbonnières et huppées.

Le couple de Rougequeue noir trottinant dans le champ à notre départ est encore là.

Photos Jean-Claude et François-Marie

Le vieux village de Roquefort

Nous voilà reparti sac au dos, jumelles autour du cou,
en quête d’air pur et de rencontres avec la Nature.
Le départ et l’arrivée sont au parking du Grand Caunet, au nord de Ceyreste.

Le circuit choisi ce jeudi 16 mars est :

Le Vieux Roquefort et la Chapelle Saint-André
Le départ matinal nous permet d’observer une avifaune qui s’active à récupérer les calories perdues en luttant contre la fraicheur nocturne.
Un magnifique Genévrier cade
Globulaire Turbith
Sur le plateau après la cabane du Marquis,
nous profitons d’une vue splendide sur le massif de la Sainte Baume.
mérite que nous tournions le dos au panorama le temps d’une photo.
Certains passages sont spectaculaires
Vues sur les ruines du vieux village

 

Après avoir piqueniqué au pied de la Chapelle Saint-André, nous reprenons le sentier de grande randonnée pour un retour qui nous offre encore des vues panoramiques,
ainsi que des passages en sous-bois et dans la garrigue.
Nous croisons dans cette dernière une Fauvette pitchou,
plus par le contact auditif que par l’observation visuelle.
À chaque printemps, c’est toujours un plaisir d’admirer les fleurs des Cistes blancs.
 F-M Z

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.