cycle de conférences naturalistes 2015-2016 TOULON

Pour la 5ème année consécutive, notre groupe local LPO PACA  propose un cycle de conférences naturalistes, toutes plus intéressantes les unes que les autres, au Relais Peiresc à Toulon :

DSCN8146

La première conférence   « CHOUETTES ET HIBOUX » présentée le 12 novembre 2015 par Norbert Chardon, responsable du programme des Salins d’Hyères  et animateur Nature LPO, a réuni 52 personnes venues découvrir la grande famille des rapaces nocturnes.

DSCN8150

Les Chouettes et les Hiboux font partie de la grande famille des rapaces nocturnes.

Trop souvent associés au monde des ténèbres et à la sorcellerie, ils ont pendant longtemps payé un lourd tribut.

Aujourd’hui, leurs mœurs sont bien connues et leur rôle est indéniable dans l’équilibre de la nature.

DSCN8149Les chouettes occupent bien souvent nos vergers, nos vieux bâtiments et même nos greniers sans que nous le sachions.

C’est généralement au crépuscule que les ailes de la nuit prennent alors possession des lieux et s’expriment librement.

 

 

 

DSCN8152

LES CONFERENCES A VENIR

→MERCREDI 25 NOVEMBRE 2015 à 17h45 :  »  CHARLES D. & Pierre R. aux Galapagos »

présentée par Pierre A. Reynaud, Docteur ès Sciences.ReynaudGalapagos
Vous avez dit Pinsons, non, ce n’est pas ce que le jeune Charlie Darwin et son équipe ont eu comme première attraction lors de leur visite  aux Galápagos en automne 1835.

Il y a eu les laves, les crustacés, les tortues, les iguanes terrestres et marins, les mouettes et les frégates.

La famille R. pensait faire un pèlerinage recueilli dans cet archipel perdu, quelques cent soixante ans après le grand homme.

Nous allons comparer les impressions, les émotions, les visions des deux groupes.

Le but de cette conférence étant d’être en constante évolution…

→LUNDI 7 DECEMBRE à 17h45 :    « LE BON, LA BRUTE ET LE SANGLIER. »

Présentée par Fabrice Roda, Bénévole LPO PACA.

sanglier 426Les progressions des populations d’ongulés forestiers ont été spectaculaires partout en Europe ces dernières décennies.

Les causes le plus souvent invoquées pour expliquer cette explosion démographique sont la fermeture des milieux, l’extermination des prédateurs naturels, et les pratiques du monde cynégétique.

photo André Schont

Les grands ongulés, et en particulier les cervidés, sont considérés par certains auteurs comme de véritables « ingénieurs des écosystèmes ».

Cette réputation est-elle justifiée?

A travers quelques exemples, nous nous interrogerons sur les notions « d’équilibres forestiers » et sur les places respectives de Bambi, du loup et du sanglier dans les écosystèmes :

Le bon, la brute et le truand ?

→MERCREDI 20 JANVIER 2016 à 17h45 : « CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET AVIFAUNE »

Présentée par Pierre A. Reynaud, Docteur ès Sciences.

ReynaudchangeclimavifaunEh bien on semble y être ! Le climat change et il a un impact sur le vivant.

Certaines espèces s’adaptent, d’autres en profitent, d’autres disparaissent.

Depuis les années 1990, des études analysent les corrélations entre migrations et changements climatiques.

Les oiseaux migrateurs en avançant ou reculant leurs dates d’arrivée sont les indicateurs des changements climatiques en cours.

Les limites des aires de répartition sont modifiées, les systèmes proies-prédateurs sont perturbés. Pour l’avifaune, la tendance est de définir chez chaque espèce un indice de vulnérabilité en fonction de l’évolution des prévisions. Les chercheurs de la société Audubon estiment que 314 des 588  espèces d’oiseaux d’Amérique du Nord seront sérieusement mises en danger d’ici la fin du siècle ; 120 d’entre elles devraient perdre plus de la moitié de leurs effectifs avant 2050.

Nous prendrons quelques espèces caractéristiques comme la cigogne blanche, le lagopède alpin, la mésange bleu pour évaluer leur plasticité écologique et analyseront les dernières publications scientifiques sur ce sujet.

→MERCREDI 30 MARS 2016 à 17h45 :   « HIRONDELLES & MARTINETS DE NOTRE REGION »

Par Elise Cougnenc, animatrice nature LPO PACA.

hirondellefenetreaudevardPhoto A. Audevard.

Une Hirondelle ne fait pas le printemps … et pourtant, chaque année, à la fin de l’hiver, ces voyageuses ailées quittent leurs quartiers d’hiver africain pour venir nicher chez nous.

Ces oiseaux bio-indicateurs révèlent d’état de santé de notre environnement. Fortement liées à l’homme et au bâti pour leur site de nidification, leur avenir est entre nos mains !

Ces as du vol acrobatique sont un sujet d’observation passionnant !

Combien d’espèces sont présentes dans la région ?

Comment les différencier de leur cousin le Martinet ?

Venez découvrir la biologie de ces espèces et les moyens de favoriser la présence de ces « porte-bonheur  » par des aménagements et des modes de gestion adaptés.

Apprenez à les reconnaître et participez à leur observation pour nous aider à mieux suivre leur évolution.

 

ENTREE LIBRE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *