LES OISEAUX : MYTHES, LEGENDES et VOCABULAIRE

Lorsque les quelques soixante-dix participants quittent la salle du relais Peiresc avec la banane, c’est qu’indubitablement, ils viennent d’assister à une conférence particulièrement réjouissante.

Chapeau l’artiste, Pierre Reynaud docteur es-Sciences, ce mercredi soir, a encore une fois su captiver le public sur un sujet qui n’était pas à priori très attractif.

Parler, intéresser, pendant une heure et demie sur ce petit patrimoine immatériel inspiré par les interprétations de l’homme sur le comportement des oiseaux, à l’heure où le vocabulaire s’appauvrit d’anglicismes réducteurs, est vraiment une gageure !
Nous avons eu droit à une pluie de métaphores : avoir un appétit d’oiseau, manger comme un moineau, soûl comme une grive, être comme l’oiseau sur une branche.

Ce n’était qu’une mise en bouche ; l’auteur a exhumé pour dix-huit familles d’oiseaux divisées en trois grands groupes proverbes, blasons, emblèmes, contes, légendes, recettes de bonnes femmes, chansons et jeux de mots.

Le canard, par exemple, qui en héraldique symbolise l’union et la félicité conjugale est aussi un porteur de nouvelles, qui glissent sur ses plumes mêmes si dans le froid elles ne cassent pas trois pattes, un créateur de fausses notes, il se trempe aussi dans le café et la pluie de la Saint Médard fait son bonheur.


Le cygne, prudence, pureté et perfection, a inspiré le lac, la mort, le chant et le blason de la ville homonyme depuis plus de mille ans.

 

 

On plume les oies au village et les plaideurs à la ville dans un boniment à la graisse, en défilant au pas en habit de merde d’oyson, mais ce n’est qu’un jeu.

 

Le goéland, le gabian goulu, nous a valu une histoire de Mistral, une légende de saint Honnorat et un fait historique chez les mormons.

 

 

Le héron symbolise à la fois la passion aveugle, la trahison et la rédemption. On le retrouve enseignant le Kung Fu. La cigogne nous rappelle la légende de Kindelsbrunnen et l’occupation allemande.


L’alouette est sans tête ou en pied, mais elle ne tombera pas rôtie.

 

 

 


La pie qui chante porte les messages en queue-de-pie bien sûr.

 

 


L’aigle, le roi des oiseaux est un bon augure mais aussi le symbole de quelques empires.

 

 

 

L’hirondelle aurait volé le feu aux dieux mais une escarbille lui a brûlé la face ; dans sa fuite, elle a perdu les plumes centrales de sa queue, grillées par un éclair de Zeus, furieux. C’était aussi une marque de vélo et de voiture, l’Aronde de Simca.


Le coucou soigne le lumbago, éloigne les puces et indique combien d’années il nous reste à vivre.

 

 


Le rossignol croche les serrures, et favorise le chant, même les parodies : un grand moment que cette grosse chignole de mes amours, écolo avant la lettre de Chanson plus Bifluoré !

Saviez-vous qu’en plaçant le cœur d’une chouette sur la poitrine d’un dormeur, il répondra à toutes vos questions ?


Pour finir, le coq emblème de la France est associé à la victoire, à l’éloquence, à la vigilance, à la fécondité et à la lubricité.

 

 

 

Une cascade de proverbes et de représentations de l’oiseau dans les rues de Toulon, termine momentanément (car il semble qu’il y a encore pas mal de sources non utilisées).


Et puis avant de se quitter, une idée originale, un loto avec à la clé un livre écrit … et dédicacé par l’auteur. Le n° 66 fut l’heureuse gagnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *