Catégories
PARCS ET JARDINS TOULON

PARC DU PRE-SANDIN sortie nature du 21 septembre 2019

Une balade nature très sympathique ce samedi 21 septembre 2019 dans le Parc du Pré-Sandin à St Jean du Var, de 9h à 11h juste avant que la pluie et l’orage ne s’abattent sur Toulon.

 

Nous étions 10 observateurs.

Tous du Groupe local LPO TOULON.

 

 

En ce qui concerne les animaux, faune et avifaune (sauvage et domestique):

4 ou 5 Moineaux domestiques,
1 Mésange bleue
2 Mésanges charbonnières
2 Choucas des tours (se bécotant dans un trou de platane)1 Bergeronnette des ruisseaux,
1 Fauvette à tête noire,
4 Bergeronnettes grises,
2 Verdiers d’Europe.
3 Pies
Une douzaine de Tourterelles turques
Des tonnes de Pigeons !
Beaucoup de canards Colverts, de Barbarie, des paons, des oies, des Cygnes noirs, des Ouettes d’Egypte,
Une grenouille (verte, rieuse ?), un jeune canard Mandarin ou Carolin ( ?)
Un papillon Morosphinx (Macroglossum stellarium).

Pas d’observations de Libellules aujourd’hui.

Pourtant, 15 espèces ont été recensées sur le site par Olivier il y a quelques années.

Celui-ci en a profité pour nous donner moult détails sur leur biologie et le phénomène de leur migration.

Côté botanique, Dominique nous a fait observer les espèces suivantes :

●L’Inule visqueuse (Dittrichia viscosa) de la Famille des Astéracées aux petites fleurs jaunes automnales et aux feuilles collantes avec odeur camphrée. Elle a la bonne réputation auprès des producteurs d’olives, d’attirer la mouche de l’olivier qui, ainsi en est débarrassé !
Sa racine est pivotante ; très mellifère.

●La Renouée persicaire (Persicaria maculosa) de la Famille des Polygonacées aux fleurs en épi triflore, rosées ou rarement blanches ; ses feuilles caractéristiques sont marquées d’un chevron noirâtre. C’est une plante pionnière (fait partie des espèces colonisant ou recolonisant un nouveau milieu ou un milieu récemment perturbé – 1er stade d’une succession écologique).
Plante nitrophile, qui demande des sols riches en nitrates (azote) ou en déchets organiques.
Côté reproduction, elle est hermaphrodite, autogame (la fécondation s’effectue sans recours au pollen d’autres individus) et la dispersion des graines se fait par gravité à proximité immédiate de la plante mère (dispersion barochore).

● La Verveine officinale (Verbena officinalis) de la Famille des Verbenacées aux petites fleurs d’un bleu-violet très pâle ; ses feuilles basales sont très découpées.
Elle est pollinisée principalement par les insectes = entomogame mais elle peut se féconder sans ce recours (autogame) ;
Côté Phytothérapie, c’est une plante appelée « Herbe sacrée ou Herbe aux sorcières » ; elle est utilisée en association avec d’autres plantes ; on utilise les sommités fleuries séchées .
On la trouve en teinture mère, en Huile essentielle, en gélule ;
Ses propriétés sont : diurétique – astringente – anti inflammatoire – antitussives- antispasmodique.
En lotion, elle est détergente.

●De grands arbres aux troncs noueux qui doivent être des Ficus …

On note un grand nombre de plantes invasives :

● L’Ailante glanduleux (Ailanthus altissima) de la Famille des Simaroubacées ;.
Son feuillage a une désagréable odeur d’oignon ; il est souvent confondu avec le sumac mais celui-ci, adulte ne dépasse pas les 5 m tandis que l’ailante peut atteindre les 20 m, leur port et leurs fruits sont différents.
En Chine, on l’utilise pour y élever un papillon de nuit « Bombyx », le « Samia cynthia » producteur de cocon à soie plus solide mais moins brillante que celle produite par les bombyx élevés sur les mûriers.
Il a été introduit en 1751 par un jésuite passionné de botanique, Pierre Nicolas Le Chéron d’Incarville qui ramena de nombreuses graines.

Dernières informations sur cette espèce sur la revue « Garance voyageuse » de l’automne 2019 : cet Ailante serait dangereux à l’égard de nos châtaigniers !

●Le Raison d’Amérique (Phytolacca americana) ou teinturier de la Famille des Phytolaccacées.
Originaire du Sud Est de l’Amérique du Nord, c’est une plante entièrement toxique.

●L’Herbe de la Pampa (Cortaderia selloana) de la famille des Poacées, originaire d’Amérique du Sud.
Elle est dioïque c’est-à-dire que les fleurs mâles et femelles sont portées par des individus distincts.
Très prolifique, et classée invasive.

En conclusion : Trop d’espèces invasives dans la végétation, et pas assez de buissons avec baies, de plantes mellifères, trop de canards, d’oies, de pigeons dont la présence est entretenue par le déversement de quantités impressionnantes de pain par les visiteurs, alors que des panneaux mentionnent l’interdiction du nourrissage des animaux !

Katherine, Dominique, Olivier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *