Catégories
CONFERENCES

AGRICULTURE ET BIODIVERSITE

Relais Peiresc Vendredi 29 novembre 2019


La Conférence « Agriculture et Biodiversité », présentée Vendredi 29 novembre 2019 au Relais Peiresc,  dans le cadre du cycle de conférences présentées par le Groupe local LPO TOULON a réuni une bonne cinquantaine de personnes.

Le conférencier, Pierre Venel est agriculteur bio (producteur de fruits et de légumes) à la Roquebrussanne au sein de la Provence verte. Ayant développé un ensemble de connaissances scientifiques sur la faune et la flore utiles à la protection des cultures, il est responsable de la commission agriculture du conseil de parc du PNR Sainte-Baume.
Depuis une bonne dizaine d’années, il a relevé le défi de se passer de pesticides et, abandonnant l’agriculture conventionnelle, a choisi de convertir son exploitation de 4 hectares en agriculture biologique.

Au travers d’un diaporama, il nous présente son parcours et l’importance du rôle des « auxiliaires » qu’il connait bien et qui contribuent à limiter la pullulation des ravageurs des cultures.

Les carabes, de l’ordre des coléoptères,

Les hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons, fourmis),

les chrysopes

les syrphes de l’ordre des diptères (ressemblant beaucoup aux abeilles), les coccinelles sont de précieux auxiliaires pour les cultures. 

On apprend que dans notre région, par exemple, il y a environ 60 espèces de coccinelles. Et tant à l’état larvaire qu’adulte, elles sont des prédateurs voraces qui se nourrissent de plusieurs dizaines d’espèces de pucerons (une coccinelle peut dévorer 60 pucerons par jour), d’acariens, de cochenilles et de toutes sortes d’insectes nuisibles.


La plus commune est celle à 7 points et la plus problématique, celle à 19 points ou coccinelle asiatique, qui possède un parasite interne capable d’empoisonner les autres coccinelles.

Tous ces insectes « auxiliaires » sont d’impressionnants prédateurs nocturnes ou diurnes des insectes ravageurs, (photo de psylle) dont ils consomment les larves par centaines.

 

Certains pondant des œufs dans les corps des pucerons dont les larves vont se nourrir des organes de leurs victimes !
Les punaises  raffolent des thrips !

Une véritable armée de mandibules au service de la biodiversité !

Pour attirer tous ces insectes auxiliaires et pollinisateurs, des bandes en herbes fleuries et d’arbustes à baies séparent les cultures sous serres (salades, tomates, aubergines, poivrons, carottes, blettes, petits pois…), les arbres fruitiers (abricotiers, pommiers, … et oliviers).

La Vesce (photo) par exemple attire les coccinelles ; Pierre les récupère, les mets dans de petits bocaux où elles s’accouplent, puis ils les relâchent dans les serres.

 

L’Inule visqueuse (photo) héberge un parasite qui interfère sur le parasite de l’olivier. Elle est d’ailleurs reconnue comme la plante la plus utile par les oléiculteurs.

 

Petit souci avec les pommiers où sévit le carpocapse. Des chenilles rosâtres qui creusent des galeries et se nourrissent de la chair du fruit. Une seule solution, emballer les arbres dans des filets.

 

Les auxiliaires sont surtout représentés par les insectes, mais il ne faut pas oublier les oiseaux, les petits mammifères et le renard (traité à tort de « nuisible) sérieux prédateur naturel des campagnols, très présent sur l’exploitation.

Ce n’est pas pour rien que le domaine est labellisé REFUGE LPO.
Et tout cela sous l’œil avisé de l’âne Barnabé.

 De nombreuses questions ont suivi.

Un grand merci à Pierre pour cette conférence des plus intéressantes.

Si vous voulez en savoir plus :
Panier Bio Var de Pierre Venel
Chemin du Loou
83136 La Roquebrussanne.

Katherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *