Catégories
MARTINETS

5 RUE JEAN AICARD et les MARTINETS (TOULON)

Un nouveau chantier « martinesque » à Toulon

COUP DE PROJECTEUR SUR LE QUARTIER DES HALLES EN PLEINE RENOVATION ET RESTRUCTURATION URBAINES

Les Halles :

Edifiées en 1926, à l’emplacement du square Vincent Raspail, et dans un style Art Déco, c’est le premier bâtiment en béton armé construit à Toulon. Durant de nombreuses années, ce fut un marché couvert animé aussi couru que celui du Cours Lafayette.   

En 1956, en l’honneur et en mémoire d’une revendeuse de fruits, et, résistante fusillée en 1944, elles devinrent les « Halles Esther Poggio ». On peut d’ailleurs toujours voir les deux plaques commémoratives installées de chaque côté de la porte principale.

Elles ont fermé définitivement en 2002 puis sont restées à l’abandon jusqu’à maintenant où leur reconversion en « Halles gourmandes » va bon train.

Une opération sympathique qui va, c’est sûr, redynamiser tout le quartier. 

Et les martinets dans tout cela ?

En 2019, à l’annonce des travaux de rénovation du 5 rue Jean Aicard, le signalement de la présence de plusieurs nids de Martinets fut fait par la mairie aux propriétaires du bien.

Puis, la suite prise par Var Aménagement Développement (VAD), BEGP, bureau d’études et d’ingénierie, l’entreprise de maçonnerie générale RAFFAELLO et le syndic PANTEL IMMO, bref tout un panel d’intervenants du BTP qui a fait en sorte de conserver les ouvertures utilisées chaque année par les Martinets qui comme on le sait, sont fidèles à leurs sites de reproduction.

Déroulé du chantier en photos.

AVANT TRAVAUX
OCTOBRE 2020 / FINITION. Les trous d’accès aux nids sont réouverts.
Mise en place d’un petit conduit en béton de bois pour accéder au nid.

A savoir :

Le petit conduit en béton de bois  www.nat-h.com est utilisé lors de la rénovation des façades : pour les réparations de fissures ou pour le rebouchage des trous de boulin, il évite la destruction des sites naturels de nidification et respecte le trou d’envol discret du martinet.

Finition harmonieuse, le conduit réduit des ouvertures trop importantes et ne permet l’accès QU’AUX MARTINETS.
Côté Place Raspail
Côté Traverse Aicard

Après le 7 rue Jean Aicard terminé en juillet 2019 https://paca.lpo.fr/blogs/toulon/2019/01/15/7-rue-jean-aicard-toulon-et-les-martinets/

Voici maintenant le 5, un autre chantier où patrimoine culturel, patrimoine architectural et patrimoine naturel ont été réunis.

Les Martinets du 5, rue Jean Aicard, retrouveront donc au printemps, à leur retour d’Afrique, leurs 3 sites de nidification habituels, rénovés et enjolivés par un petit conduit.

Vont-ils apprécier, … seul l’avenir nous le dira. 🙂

Chers amis lecteurs, avant de nous quitter, et pour avoir une meilleure idée des enjeux à venir, voici la cartographie du quartier des halles, avec les localisations des sites de nidification des Martinets (petits rectangles).

Comme vous pouvez le constater, le quartier est vraiment très « martinesque« , cela s’explique bien entendu, par la vétusté du bâti.

Mais, savez- vous qu’un couple de Martinets ramène près

de 20 000 insectes par jour, à sa couvée. 

Je vous laisse donc à vos calculettes pour trouver combien de millions de moustiques et autres insectes sont happés chaque jour par tous ces Martinets.

IMPRESSIONNANT, NON !

LE MARTINET EST L’INSECTICIDE LE PLUS NATUREL 

NE NOUS EN PRIVONS PAS !

CQFD

 

Un grand merci à tous les intervenants qui, malgré toutes les contraintes liées au COVID, ont mis tout en oeuvre pour garder leurs places aux Swifts dans notre belle ville de Toulon.

Katherine Dubourg

https://www.facebook.com/MartinetsToulon/

 

2 réponses sur « 5 RUE JEAN AICARD et les MARTINETS (TOULON) »

En croisant les approches patrimoniales et environnementales, Katherine DUBOURG, très impliquée sur le sujet de la protection des martinets dans l’aire toulonnaise, a réussi à mobiliser les collectivités territoriales et les acteurs du bâtiment : intervenir dès la phase projet pour l’intégration des nids et collaborer à leur conception et conditions de mise en oeuvre (contraintes de chantier liées aux périodes de présence des martinets notamment) a été la clé du succès des belles réalisations toulonnaises tant sur le bâti réhabilité que sur les constructions neuves. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *