Couverture du guide Biodiversité et bâtiLe besoin de nature en ville est devenu une nécessité sociale et une obligation environnementale. Ce guide à destination des acteurs du bâti donne les pistes pour concilier les importants besoins en constructions et la nécessite de conserver un environnement sain et durable pour les générations futures.

 

Ce guide apporte des solutions concrètes afin de réconcilier la biodiversité et le bâti. Pour que la nature soit une nouvelle source d'inspiration dans les futurs projets d'urbanisme.

Vous trouverez dans ce guide :

  • Un livret d'accompagnement abordant la démarche pour une prise en compte de la biodiversité dans le bâti.
  • Un ensemble de 18 fiches techniques détaillants la mise en oeuvre d'actions concrètes pour favoriser la nature dans la construction.
  • Un CD documentaire compilant les principales ressources abordant le sujet.

Idée originale : LPO Isère
Coréalisation : CAUE Isère
Coordination : Steve LE BRIQUIR (LPO Isère)

Découvrez le guide en intégralité

 

Exposition LPO PACA biodiversité et patrimoine bâtiExposition : Biodiversité et patrimoine bâti
Découvrez la faune qui vît dans nos murs pour mieux l'accueillir et cohabiter avec elle.
Les villes et les villages sont l'habitat des Hommes... mais pas seulement. Cette exposition est une invitation à découvrir la faune qui vit dans nos murs pour mieux l'accueillir et cohabiter avec elle. Villes, villages, hameaux, bâtiments sont autant d'éléments architecturaux auxquels la faune s'est adaptée et où elle a souvent choisi de s'établir. A travers les quatre panneaux de cette exposition, découvrez quelle faune de proximité peut-être accueillie et les méthodes pour construire et rénover afin de sauvegarder cette biodiversité de proximité.

 

Introduction

LNature et ville, une relation ambivalentea prise en compte environnementale au travers de l'ensemble des politiques sectorielles du bâtiment, aussi bien à l'échelle locale que nationale, européenne ou mondiale n'a jamais été aussi forte. Ce changement de cap, s'il a souvent été vu comme une obligation réglementaire, a également
contribué à des changements profonds dans les pratiques des professionnels, particulièrement dans le domaine de la construction et de la rénovation urbaine. Cependant, ces obligations ont permis l'émergence d'innovations techniques et architecturales, de nouveaux procédés ont dynamisé l'emploi dans le BTP et ont finalement apporté une forte amélioration écologique des bâtiments. Nous pouvons ainsi citer les nombreuses améliorations dans le domaine énergétique (isolation), ou concernant les matériaux (bois).

 

Pourquoi un document relatif à la prise en compte de la biodiversité dans le bâti ?

Depuis le sommet de la Terre à Rio en 1992, la conservation de la biodiversité est un objectif fort des états. Mais les actes peinent à venir, et malgré certains efforts, la biodiversité n'a jamais été autant malmenée ; un quart des espèces animales est menacé d'extinction. Une prise de conscience est née de l'idée que tout le monde est impliqué : états, professionnels et particuliers.

  • 60% des habitants de la planète vivent en ville;
  • les villes s'étendent de plus en plus au détriment des espaces naturels et l'économie urbaine (les constructions, mais également les modes de vie) contribue;
  • à un prélèvement des ressources défavorable à la biodiversité;
  • les citadins éprouvent un besoin de plus en plus fort à voir revenir plus de nature en ville.

Ainsi, comme tout acteur de la société, les professionnels du bâtiment peuvent contribuer à diminuer l'érosion de cette biodiversité au bénéfice du bien-être des citoyens.

 

Un livret pour qui ? Un livret pour quoi ?

Ce document intéressera tous les professionnels du bâtiment, des maîtres d'ouvrage aux maîtres d'œuvre.

  • Les collectivités et les bailleurs sociaux y trouveront des solutions claires et précises afin de développer des projets qui répondent aux besoins
  • Des habitants et à leur bien-être tout en respectant le plus possible la biodiversité.
  • Les architectes et les bureaux d'études bénéficieront d'un document technique, novateur et précis apportant de nombreuses solutions et retours d'expériences pour intégrer la prise en compte de la biodiversité dans leurs projets.
  • Les professionnels du BTP disposeront d'un document fonctionnel capable de les accompagner dans la mise en œuvre de l'ensemble de ces préconisations.
  • Les sociétés foncières trouveront un argumentaire rigoureux pour valoriser leurs projets incluant la prise en compte de la biodiversité.

Si les hirondelles sont des espèces protégées, les nids, même en leur absence, le sont aussi : leur destruction est interdite.

Compte tenu d'une augmentation des exigences réglementaires pour une meilleure intégration de l'environnement dans la construction, la prise en compte de la biodiversité dans le bâti propose une voie innovante et originale. La biodiversité fait déjà son retour dans les politiques urbaines via par exemple la trame verte et bleue ou un développement d'une gestion écologique des espaces verts (gestion différenciée, zéro phyto...). La prise en compte de la biodiversité dans les politiques urbaines pourrait dans un futur proche, passer de recommandations ou incitations à une obligation réglementaire. Aussi, pour avoir un temps d'avance : avant l'obligation réglementaire, prônons l'innovation écologique et anticipons la loi en favorisant la biodiversité dans le bâti.

 

Construction neuve ou rénovation ?

Ce document vise la construction neuve et les bâtiments anciens ayant des projets de réfection de façade ou d'isolation par l'extérieur. Dans tous ces cas,
des solutions favorables à la biodiversité peuvent être trouvées. Rappelons cependant que pour les bâtiments existants, de nombreuses espèces peuvent déjà s'être installées. Ces espèces sont peut-être protégées par la loi et ne doivent pas être détruites (cas fréquent des nids d'hirondelles, de martinets ou des gîtes à chauves-souris). Il convient alors de suivre les modalités suivantes :

  1. Contacter la LPO locale ou une autre structure compétente
  2. Identifier les espèces concernées par les travaux
  3. Ne pas détruire les nids ou gîtes d'espèces protégées, même s'ils sont inoccupés, car la loi l'interdit. Des solutions sont possibles pour les protéger
  4. Intervenir obligatoirement en dehors des périodes de présence des animaux (nidification...) entre septembre et mars, de préférence en automne.

 

Individuelle ou collective ?

Intégration de plus de 130 gîtes et nichoirs dans un bâtiment commercialBien que de nombreuses actions proposées dans ce document soient adaptables pour la construction de logements individuels, cet outil a été pensé pour des constructions collectives, neuves ou en rénovation, à objectif d'habitations ou de bureaux. Le particulier ou les entreprises œuvrant dans la construction individuelle pourront cependant y trouver une mine d'informations applicables.

 

Autres éléments incitatifs

a. Place de la certification

La simple observation de la nature en ville est de plus en plus recherchée par les citadinsSi certains financeurs invitent à la certification environnementale celle-ci reste néanmoins à l'initiative et à la responsabilité des maitres d'ouvrage (privés ou publics). Parmi les éco-labels relatifs à la construction, nous pouvons citer le label HQE (en France), BREEAM (au Royaume-Uni), LEED (en Amérique du Nord).

Bien que la préservation de la biodiversité soit actuellement encore peu développée dans ces labels (cible 1 pour le HQE en France par exemple), leurs évolutions prochaines pourraient lui donner une place plus importante.

 

b. Image et communication

La préservation de l'environnement et la recherche de nature en ville est une demande sociale forte des habitants. Elle a été relayée, pour des raisons environnementales, au travers des changements de pratiques dans les politiques de la ville ces dernières années. Cependant, le caractère novateur de la prise en compte de la biodiversité dans la construction est actuellement évident car peu de professionnels du bâtiment se sont appropriés cette démarche. Aussi, le caractère d'innovation technique, d'anticipation sur les politiques environnementales à venir et le capital sympathie qu'éprouve la population pour la nature en ville sont des arguments forts en terme d'image qui peuvent être très efficaces... à condition que la communication accompagne l'action.

 

c. Les coûts de la biodiversité dans le bâti

Combien coûte la prise en compte de la biodiversité dans la construction ? Les chiffres sont très variables en fonction des aménagements prévus. Cependant, une prise en compte réfléchie en amont de projet et certains aménagements peu coûteux peuvent être facilement mis en œuvre. Pour d'autres modifications plus coûteuses (végétalisation des bâtiments particulièrement), les arguments de préservation de la biodiversité viennent alors compléter les intérêts déjà nombreux de ces techniques. Quelques exemples :

  • Inclusion de gîtes et nichoirs : le coût des matériaux à intégrer est relativement faible (de 50 à 200 € l'unité). Cependant, cela nécessite de modifier les habitudes de travail pour les professionnels du bâti qui doivent anticiper la pose de ces nouveaux éléments.
  • Végétalisation du bâti : bien que le coût puisse fortement varier en fonction de la technique utilisée (de 80 à 300 €/HT par m2), la végétalisation des bâtiments se justifie sur des bases de préservation de la biodiversité, mais aussi et surtout actuellement, d'intérêts énergétique, phonique et thermique.
  • La problématique des collisions sur les surfaces vitrées et celle de l'éclairage des bâtiments n'entraînent aucun coût particulier hormis une anticipation des risques possibles lors de l'élaboration du projet.

Au vu des montants en jeu, le surcoût de la prise en compte de la biodiversité ne dépasse pas 3% et à peine 10% pour les toitures végétalisées.