Zoom sur une espèce

Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Bouvreuil pivoine © Jean-Marie PonceletQuelque part en presqu’île de Giens, un oiseau très discret malgré son corps trapu et sa coloration rouge orangé, émet des « diou » mélancoliques dans le haut d’un arbre. Il est pourtant difficile de croire que cette boule colorée est un oiseau et non un fruit mur oublié. Un mâle de Bouvreuil pivoine trône fièrement sur une branche du jardin, alors qu’une femelle passée jusque-là inaperçue, le rejoint. Cette espèce exceptionnelle sur le littoral varois, ne se contacte dans la région que dans les forêts d’altitudes notamment sur les contreforts des Alpes. Avec les invasions de Mésanges noires et de Grosbec casse-noyaux dont nous vous parlions les semaines précédentes, c’est une nouvelle espèce inhabituelle qui fait son apparition avec deux oiseaux bagués récemment à Hyères.

Pipit à dos olive © Aurélien AudevardCe jeudi 26 octobre 2017, une espèce remarquable a pu être observée par l’équipe de la LPO PACA en charge des suivis ornithologiques des salins d’Hyères. L’enregistrement sonore réalisé au cours de l’observation brève de cet oiseau a pu permettre d’identifier avec certitude ce migrateur rarissime : le Pipit à dos olive ! Proche cousin du Pipit des arbres, cette espèce originaire de Sibérie apparaît occasionnellement en Europe de l’ouest et reste difficilement identifiable notamment en vol. Il aura fallu l’analyse de sonagrammes pour valider l’identité de notre oiseau.

Grive musicienne © Aurélien AudevardC’est au lever du jour dans un ciel d’octobre chargé de nuages, que l’on entend des « tsic » brefs et incisifs. Haut dans le ciel, des passereaux de grande taille par groupes de quatre ou cinq oiseaux filent vers l’ouest après avoir contournés la presqu’île de Giens. Certains d’entre eux s’arrêtent après une longue nuit de migration pour s’alimenter d’olives, de graines de pistachiers ou de quelques escargots trouvés dans les sous-bois. Caché au sol, un oiseau de belle taille à la poitrine blanche ponctuée de petites tâches en forme de cœur, fouille le sol à coups de bec. Ce turdidé n’est autre que la Grive musicienne, espèce malheureusement très appréciée des chasseurs, en route vers ses quartiers d’hivernage dans la péninsule ibérique.

Pinson des arbres © Aurélien AudevardC’est vers la mi-octobre, alors que le froid gagne l’Europe centrale que les passereaux quittent leurs sites de reproduction. Des centaines de milliers d’oiseaux transitent donc vers l’Ouest de l’Europe en contournant les Alpes par le sud, puis traversent l’Italie et la partie méridionale de la France. De nombreuses espèces suivent cette voie migratoire mais la plus commune et la plus représentée est sans aucun doute le Pinson des arbres, fringille aux couleurs délicates et au chant mélodieux.

Gros bec casse-noyaux © Aurélien AudevardSouvent timide et caché dans la cime des arbres, un gros passereau émet des « tiek » brefs suivis par des « tsii-iiih » trainants et aigus. Le passereau de cette semaine est une véritable force de la nature, capable de briser des noyaux de cerise d’une pression de bec. Pas plus gros qu’un étourneau, le Grosbec casse-noyaux passe son temps immobile dans les frondaisons des arbres, occupé à chercher des graines. Comme pour la Mésange noire, les contacts sur le littoral varois sont habituellement rares mais se multiplient cet automne, montrant sans doute une disette alimentaire en Europe centrale.

Mésange noire © Aurélien AudevardDe longs cris aigus « Tu..tsi » animent cette belle matinée d’octobre. Ce ne sont pas un, mais des dizaines de petits oiseaux qui explorent les pins à la recherche de nourriture. Petite cousine de notre Mésange charbonnière, espèce avec laquelle elle est malheureusement souvent confondue, la Mésange noire est cependant une hôte peu commune le long du littoral varois. Cet automne 2017 voit une invasion de cette espèce qui s’annonce comme exceptionnelle!

Bécasseau sanderling © Aurélien AudevardLe Bécasseau sanderling est un petit limicole (oiseau qui vit dans les vasières) d’aspect rondelet et ventru, plutôt court sur pattes. Il mesure environ 18 à 20 cm, pour une envergure avoisinant les 40cm et un poids de 50 à 70 grammes. Le bec est relativement court et compact comparé à d’autres bécasseaux de taille similaire.

Bécasseau tacheté © Aurélien AudevardLe jeudi 07 septembre 2017, l’équipe de la LPO PACA en charge des recensements hebdomadaires a eu l’agréable surprise de découvrir un magnifique Bécasseau tacheté sur les Vieux Salins. Cette espèce nord-américaine, rare en France et en Europe, a fait une halte de quelques jours sur ce lieu protégé.

Puffin yelkouan © Aurélien AudevardAlors que la pénombre vient de gagner toute l’île de Porquerolles, le calme règne le long des falaises. En mer, l’effervescence se fait sentir. Des centaines d’oiseaux longent la côte, les uns derrière les autres dans un vol rapide et nerveux, entrecoupé de planés. Après avoir passés de longs jours en mer, ils regagnent leurs terriers dans les parois accidentées et les éboulis rocheux. L’arrivée du Puffin yelkouan se fait à la nuit noire, accompagnée de longs gémissements inquiétants.

Chevalier stagnatile © Aurélien AudevardC’est le plus élégant et le plus fin des chevaliers, mais aussi le plus rare. Descendu de la Baltique, le limicole de la semaine n’est autre que le Chevalier stagnatile. En halte sur les salins d’Hyères, quelques individus reprennent des forces avant de rejoindre leurs lointains quartiers africains.

Vous êtes ici : Accueil Sorties Où aller ? Var Salins d'Hyères Zoom sur une espèce