La Mésange noire

Mésange noire © Aurélien AudevardDe longs cris aigus « Tu..tsi » animent cette belle matinée d’octobre. Ce ne sont pas un, mais des dizaines de petits oiseaux qui explorent les pins à la recherche de nourriture. Petite cousine de notre Mésange charbonnière, espèce avec laquelle elle est malheureusement souvent confondue, la Mésange noire est cependant une hôte peu commune le long du littoral varois. Cet automne 2017 voit une invasion de cette espèce qui s’annonce comme exceptionnelle!

 

Qui est-elle ?

Avec sa petite taille, la Mésange noire est assez similaire à la Mésange bleue, mais n’excède pas les douze centimètres pour un poids avoisinant une dizaine de grammes. Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, elle n’est pas totalement noire puisque seules, sa gorge et sa calotte sont d’un noir brillant. Le reste de son plumage est magnifiquement composé, d’une couleur gris bleuté sur son manteau, de blanc sur ses joues et sa nuque, de cannelle sur ses flancs. Sur ses ailes de petites taches blanches, formant des barres alaires sont également caractéristiques. Comme beaucoup de mésanges, ses pattes courtes mais robustes n’en sont pas moins des outils extrêmement efficaces pour s’accrocher aux branches dans des positions parfois acrobatiques. Son bec court est pointu, est également un outil très efficace pour venir à bout des graines de sapins ou de hêtres les plus tenaces.

 

Avec ses 21 sous-espèces, la Mésange noire à une aire de distribution très large s’étendant de l’Europe de l’Ouest jusqu’aux confins du Kamtchatka ! En Eurasie, elle habite les forêts boréales, tempérées mais aussi méditerranéennes jusqu’aux montagnes du Moyen-Orient, du Maghreb ou de l’Himalaya. Ses habitats de prédilection sont constitués de pessières, sapinières, pinèdes ou mélézins jusqu’à des altitudes proches de 2500 mètres. On la trouve également dans les formations de feuillus d’altitudes telles que les hêtraies, chênaies ou yeuseraies. En France, ses bastions sont principalement situés sur les massifs montagneux avec quelques noyaux de populations supplémentaires dans les Ardennes, les Monts d’Arrée ou la Corse. En migration, on la rencontre à basse altitude dans une multitude d’habitats notamment les parcs et jardins arborés, le bocage, les pinèdes littorales méditerranéennes ou même les vallons boisés des îles bretonnes.

 

La période de reproduction commence en avril-mai. La Mésange noire a la particularité de pouvoir nidifier dans des cavités naturelles ou artificielles, parfois près du sol dans des souches, des nichoirs, des trous dans des rochers, des loges de pics etc. De 8 à 10 œufs sont déposés et couvés durant 14 jours dans un nid formé de mousses et de lichens. Les deux parents assurent ensuite l’élevage des jeunes durant environ trois semaines avec une alimentation insectivore. Après leur envol, les jeunes mésanges resteront dépendantes de leurs parents pendant encore quelques temps avant que les parents n’entreprennent une nouvelle nichée.
Sédentaire sur la partie occidentale de son aire de répartition, les populations d’Europe centrale quant à elles, montrent des prédispositions à des mouvements automnaux spectaculaires lors d’épisodes de pénuries alimentaires (absence de graines de conifères). Ces disettes les poussent par milliers, vers les régions méditerranéennes ou atlantiques où elles vont passer l’hiver. Certains de ces oiseaux retourneront au printemps suivant, vers leur pays d’origine alors que d’autres se fixeront sur leur site d’hivernage pour se reproduire.

Avec environ 900 000 couples nicheurs, la population française a subi une nette diminution de -42% sur la période 1989-2013, justifiant désormais, son statut d’espèce quasi menacée. La disparition des vieilles forêts de résineux est sans doute à l’origine de ce déclin.

 

Pour la voir…

Il sera donc assez facile de rencontrer la Mésange noire durant cet automne dans les parcs, les jardins ou les pinèdes. Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour les observer, des sorties nature sur les salins de Hyères sont organisées par la Ligue pour la Protection des Oiseaux en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Toulon Provence Méditerranée. Peut-être aurez-vous l’occasion de faire sa connaissance en compagnie de spécialistes des oiseaux. La prochaine sortie est prévue le samedi 12 octobre aux Vieux salins. Pour plus d’information, consulter le site de la LPO PACA : https://paca.lpo.fr