Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Au mois de juin, alors que la plupart des oiseaux se font désormais discrets, les Martinets noirs animent les villes et les villages de leurs cris perçants, synonymes pour beaucoup d’entre nous de l’arrivée de l’été. Chaque année, ce passereau aux ailes démesurées, revient d’Afrique pour perpétuer son espèce en nichant dans les rares cavités de nos immeubles ou de nos maisons. Infatigable voyageur, il détient le record de vol, restant en l’air plus de dix mois sans se poser !

Lire la suite...Migrateur transsaharien, l’Engoulevent d’Europe revient chaque année en Europe pour se reproduire dans les bois clairsemés varois. Ce chasseur d’insectes évolue au crépuscule et la nuit où il émet son chant caractéristique, ressemblant à un ronronnement continu, parfois audible à plus d’un kilomètre. Le jour, il reste au sol ou sur une branche où il devient difficilement visible de par son plumage cryptique. Pour signaler sa présence : https://www.faune-paca.org/

Lire la suite...Originaire des steppes d’Asie centrale et du Caucase, l’Etourneau roselin est un oiseau occasionnel en France. Des invasions ont lieu certaines années, emmenant des milliers d’oiseaux vers l’ouest de l’Europe. Depuis quelques jours plus de 300 oiseaux ont déjà été aperçus notamment à Hyères ! Peut-être aurez-vous l’occasion de le voir se délecter de cerises, de nèfles ou de baie de mûriers lors de ses haltes migratoires. Pour signaler sa présence : https://www.faune-paca.org

Lire la suite...A quelques encablures de l’île de Porquerolles, des troupes de Goéland leucophée s’activent frénétiquement à la surface de la mer. Alors que quelques Grands dauphins apparaissent discrètement près de cette effervescence, l’eau semble rentrer en ébullition sous les éclaboussures des Athérines. Ces petits poissons poussés vers la surface par de nombreux barracudas, pensaient échapper à leurs prédateurs, mais ils finiront pour la plupart dans le bec d’un autre oiseau pélagique. Le Puffin de Scopoli profite, lui aussi, de cette aubaine pour s’alimenter à moindre effort.

Lire la suite...La migration des limicoles est un moment important pour les ornithologues, qui voient passer bon nombre d’espèces plus colorées les unes que les autres. Ces grands migrateurs viennent de traverser, pour certains, le Sahara et la méditerranée avant de rejoindre l’arctique. Des espèces orientales beaucoup plus rares, peuvent rejoindre nos limicoles européens lors des haltes migratoires. Pouvant passer très facilement inaperçu, le Bécasseau falcinelle est l’un de ses migrateurs exceptionnels mais régulier sur les salins d’Hyères.

Lire la suite...C’est par une douce nuit d’avril que vous aurez peut-être la chance d’observer une curiosité de la nature. Discret la journée et souvent enfouie dans le feuillage, un papillon géant aux yeux de chouette attend pourtant patiemment la nuit avant de s’envoler. Le Grand paon de nuit est le plus grand papillon d’Europe, aux mœurs discrètes et passionnantes.

Lire la suite...Un chant sonore, râpeux et répétitif anime la roselière en cette matinée d’avril. C’est dans l’enchevêtrement des phragmites que se tient l’auteur de ce vacarme de notes grinçantes. Tel un fantôme, il se déplace sans jamais se montrer en ne provoquant que le mouvement des tiges sur son passage. Après quelques minutes, la Rousserolle turdoïde tel un acrobate, se montre enfin. Elle est l’un de ces migrateurs au long cours venus reconquérir les zones humides d’Europe.

Lire la suite...C’est une observation remarquable que nous vous rapportons cette semaine, celle d’un poisson légendaire trouvé échoué sur l’île de Port-Cros le 5 avril par un agent du Parc national.

Lire la suite...Attendu par beaucoup d’ornithologues, le mois d’avril réserve de belles découvertes, d’oiseaux parfois colorés, rares ou menacés. Fatigué par un long voyage en provenance d’Afrique sahélienne, un petit passereau trottine sur les pistes terreuses des salins. Après avoir gobé un invertébré, il reprend la surveillance de son territoire d’un jour, en se postant en haut d’une tige de roseau. Le rare Traquet oreillard ne fera qu’une courte halte avant de rejoindre rapidement son site de reproduction.

Lire la suite...L’image que la plupart des gens ont des reptiles, leur inspire bien souvent un sentiment de peur ou de dégoût. Ces animaux froids, sans membres, couverts d’écailles à la langue fourchue ont depuis la nuit des temps alimentés l’imaginaire des hommes. Les lézards sont peut-être les moins malaimés et peuplent de nombreux récits de la mythologie sous la forme d’effroyables dragons ou de basilics. La Tarente de Maurétanie est l’un de ces terribles monstres, tout juste capables de s’attaquer à quelques insectes…