Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Souvent timide et caché dans la cime des arbres, un gros passereau émet des « tiek » brefs suivis par des « tsii-iiih » trainants et aigus. Le passereau de cette semaine est une véritable force de la nature, capable de briser des noyaux de cerise d’une pression de bec. Pas plus gros qu’un étourneau, le Grosbec casse-noyaux passe son temps immobile dans les frondaisons des arbres, occupé à chercher des graines. Comme pour la Mésange noire, les contacts sur le littoral varois sont habituellement rares mais se multiplient cet automne, montrant sans doute une disette alimentaire en Europe centrale.

Lire la suite...De longs cris aigus « Tu..tsi » animent cette belle matinée d’octobre. Ce ne sont pas un, mais des dizaines de petits oiseaux qui explorent les pins à la recherche de nourriture. Petite cousine de notre Mésange charbonnière, espèce avec laquelle elle est malheureusement souvent confondue, la Mésange noire est cependant une hôte peu commune le long du littoral varois. Cet automne 2017 voit une invasion de cette espèce qui s’annonce comme exceptionnelle!

Lire la suite...Le Bécasseau sanderling est un petit limicole (oiseau qui vit dans les vasières) d’aspect rondelet et ventru, plutôt court sur pattes. Il mesure environ 18 à 20 cm, pour une envergure avoisinant les 40cm et un poids de 50 à 70 grammes. Le bec est relativement court et compact comparé à d’autres bécasseaux de taille similaire.

Lire la suite...Le jeudi 07 septembre 2017, l’équipe de la LPO PACA en charge des recensements hebdomadaires a eu l’agréable surprise de découvrir un magnifique Bécasseau tacheté sur les Vieux Salins. Cette espèce nord-américaine, rare en France et en Europe, a fait une halte de quelques jours sur ce lieu protégé.

Lire la suite...Alors que la pénombre vient de gagner toute l’île de Porquerolles, le calme règne le long des falaises. En mer, l’effervescence se fait sentir. Des centaines d’oiseaux longent la côte, les uns derrière les autres dans un vol rapide et nerveux, entrecoupé de planés. Après avoir passés de longs jours en mer, ils regagnent leurs terriers dans les parois accidentées et les éboulis rocheux. L’arrivée du Puffin yelkouan se fait à la nuit noire, accompagnée de longs gémissements inquiétants.

Lire la suite...C’est le plus élégant et le plus fin des chevaliers, mais aussi le plus rare. Descendu de la Baltique, le limicole de la semaine n’est autre que le Chevalier stagnatile. En halte sur les salins d’Hyères, quelques individus reprennent des forces avant de rejoindre leurs lointains quartiers africains.

Lire la suite...C’est l’un de nos grands migrateurs, symbole de la fertilité, portant des bébés dans les légendes germaniques. Ces croyances ont largement contribué à sa préservation, poussant les populations à encourager sa nidification sur les toits de leurs maisons, apportant aussi bien la fertilité que la prospérité. Même si elle n’est plus en danger aujourd’hui, il ne faut pas oublier que la Cigogne blanche a bien failli disparaître de l’avifaune française au 20e siècle…

Lire la suite...C’est à la tombée du jour, que des stridulations viennent perturber le calme des jardins. Ce chant si commun prend toute son ampleur dans le silence de la nuit. Il faut dire qu’il est synonyme, au même titre que le chant du Petit-duc scops, des ambiances estivales chères à notre enfance. Bien dissimulé dans la végétation, l’insecte ne sera découvert au hasard, que le jour venu. Grimpant nonchalamment dans les feuilles, un énorme orthoptère pourvu de grandes antennes n’inspire pas vraiment la confiance. Pourtant c’est bien la Grande sauterelle verte, pourvue de son long couteau inoffensif qui s’expose à notre vue.

Lire la suite...En patrouille au-dessus des sansouires et des pistes des salins, une Sterne à la silhouette massive scrute avec attention la surface de la végétation. Par moments, elle tombe au sol pour cueillir en vol un criquet ou une mante religieuse qu’elle ingurgite aussitôt. Aucune autre espèce de sterne n’a ce comportement si particulier. La Sterne hansel met sa migration de côté quelques heures pour reprendre quelques forces avant de rejoindre ses quartiers d’hivernage situés en Afrique tropicale.

Lire la suite...Comme un cerf-volant tenu au sol, un oiseau à la corpulence imposante, reste immobile haut dans le ciel. Quelques rares battements d’ailes viennent perturber cette longue attente et l’oiseau scrute avec insistance les zones rocailleuses de la colline. Après quelques minutes, l’oiseau plonge lentement au sol pour fondre sur la proie enfin décelée. Le combat fait rage au sol, les ailes levées, le Circaète Jean-le-Blanc vient de maitriser fermement de ses pattes robustes, mais non moins agiles, une énorme Couleuvre de Montpellier ! Après de multiples tentatives d’enlacements et d’étouffements sur l’oiseau, le serpent perd peu à peu son énergie et va être achevé à coups de bec.