La faune sauvage ne pourra plus être secourue en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Sans financement de l’État, le centre de sauvegarde de la faune sauvage de la région PACA ferme ses portes en février 2019

Après plus de 20 ans d’existence, ce centre de sauvegarde avait permis à une dizaine de milliers d’animaux sauvages impactés par les activités humaines de retrouver la nature. Malgré le dévouement continu de centaines de personnes, cette aventure humaine et écologique s’arrête.

Ce centre basé à Buoux dans le Vaucluse accueillait chaque année près de 1500 oiseaux et des petits mammifères, tels que les écureuils et les hérissons. Il ferme ces portes en février.

Les dirigeants de la LPO regrettent le manque d’empathie pour la faune sauvage en général dans les plans stratégiques pour la biodiversité et le manque de considération à l’égard des animaux en détresse qui sont impactés par les activités humaines : les collisions avec les véhicules ou les baies vitrées, les dénichages, les empoisonnements, les tirs illégaux, etc.

Il appartiendra donc maintenant aux préfets des départements, à l’agence française de la biodiversité ainsi qu’à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de réceptionner les appels, de prendre en charge l’acheminement et d’assurer les soins des animaux sauvages impactés par les activités humaines.

https://paca.lpo.fr/soins-animaux/actualite-centre/9422-sans-financement-de-l-etat-le-centre-de-sauvegarde-de-la-faune-sauvage-de-la-region-provence-alpes-cote-d-azur-situe-a-buoux-vaucluse-ferme-ses-portes-en-fevrier-2019 

Ecureuil en soins au CRSFS (c) Léa Arnoldi CRSFS