Conférence LES CÉTACÉS DE MEDITERRANEE

Photo José Salado
Photo José Salado

Dans le cadre des conférences mensuelles sur la biodiversité organisées en partenariat entre la Mairie de Vitrolles et la LPO PACA, la saison 2015 a été clôturée lundi 15 juin par une conférence donnée à la Maison de Quartier des Vignettes par Jean-Michel BOMPAR, du Groupe d’Etudes sur les Cétacés de Méditerranée (GECEM), à un public nombreux et passionné.

Malgré sa pollution (elle est l’exutoire d’immenses fleuves drainant des pays industriels: Rhône, Nil, Danube, Po…),  la Méditerranée est extrêmement biodiversifiée (à titre d’exemple, l’Europe compte 10 % des espèces d’oiseaux existant dans le Monde, alors que la Méditerranée, qui ne représente que 1 % des mers et océans mondiaux, abrite 30 % des variétés de cétacés).

Après un rapide survol des espèces, de leur taille et poids relatifs, et de la différenciation fondamentale entre alimentation par filtrage (fanons) et chasseurs, toutes les espèces, depuis le rorqual commun jusqu’au marsouin quasiment disparu, sont présentées en détail.

Passionné et vivant, le conférencier tient le public en baleine (si, si !) avec une description claire et pédagogique, illustrée de ses nombreuses photos originales.

Et c’est vrai que les représentants de l’Ordre des cétacés présentent une intelligence, des capacités de communication, des caractéristiques d’adaptation physiologiques ou sociales exceptionnelles: marguerites de défense ou dispositifs de plongée des cachalots (spermaceti dans la bosse qui leur permet de rester une heure et demie en apnée et de chasser jusqu’à 3000 mètres de profondeur), asymétrie latérale de la couleur du rorqual, organisations sociales matriarcales des globicéphales, stratégies de chasse en groupe des Orques, causes d’échouage des dauphins  (catastrophe des années 1990 due au PCB libéré par les graisses en période maigre, favorisant un développement viral destructeur), disparition du plus petit des dauphins lors du passage du coton au nylon par les filets, jeux des jeunes dauphins devant l’étrave des navires…

Divers sujets complémentaires sont abordés: zoos marins, développement du « Whale Watching », dauphins ambassadeurs (Fanny), risques d’approche et perturbation (agressivité des globicéphales ou cachalots en présence de petits), chasse tribale ou « scientifique », collisions, échouages, pollution sonore… pour finir par la création d’un sanctuaire entre la Corse et le continent, zone de concentration de cétacés.

Vivement le programme de conférences de l’an prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.