Balade naturaliste 2018 à Châteauvallon

Ils sont revenus chez nous cette année pour notre plus grand plaisir.
Ce samedi 19 mai, à 8h00, nous sommes accueillis en fanfare
sur la première aire de stationnement de Châteauvallon.
Un Rossignol philomèle s’égosille pour rivaliser avec un Pinson des arbres
et une Fauvette à tête noire. L’entrée en matière est toute faite.
Merci aux mâles chanteurs pour cette pédagogie démonstrative.
Nous sommes vingt amis de la Nature présents sous ce beau soleil et sans le mistral.
Les conditions sont idéales et nous allons bien en profiter.
Les Papillons sont déjà réchauffés :
Le Myrtil Maniola jurtina
Un superbe Mâle Aurore de Provence pose pour les photographes.

 Mélitée orangée

La relève pour Melitea didyma est assurée avec cette belle chenille.

La plante hôte de cet élégant lépidoptère, le plantain, n’est pas rare.

Comme pour sa cousine ci-dessous, Melitaea cinxia toujours posée au milieu de la piste réchauffant ses ailes sur les pierres calcaires.
Mélitée du Plantain

Dix-huit espèces d’oiseaux seront vues et entendues.

À mi-parcours une famille de Mésanges bleues nous régalent de leurs acrobaties.

Un juvénile se cache dans les frondaisons
Quatre Geais des chênes font des va-et vient au-dessus de la piste.
Un peu plus loin, un Rougegorge familier, perché au sommet d’un pin,
pousse sa chansonnette mélancolique.
Deux autres Rossignols chantent le long de notre parcours jusqu’aux ruines de Détras.

Le Sylvain azuré est là, voletant autour de l’étang.
Les différentes générations sont fidèles à ce site fleuri.

L’étang est à sec !

Nous devons nous tordre le cou lorsque très haut dans le ciel bleu
se suivent deux Milans noirs, volant rapidement en ligne droite vers l’est.
Sur le chemin du retour, les mêmes ténors se font entendre.
 
les Ascalaphes soufrés sont toujours fidèles à leur petite prairie.
Sérapias en langue Serapias lingua

Les bordures fleuries attirent quelques insectes gourmands.

Bourdon terrestre Bombus terrestris
Larin des Maures Larinus maurus (Charançon)
Anthaxia hungarica Bupreste hongrois
Œdémère sp  et Thomise Napoléon (Synema globosum)
Heliophanus apiatus
De retour au parking, Loïc, avec son œil de lynx, aperçoit un Grimpereau des jardins.
Il est là. Cherchez bien…
Le voilà dans un flou qui n’a rien d’artistique…
Nos petits chanteurs n’ont pas perdu la voix en cette fin de matinée.
Leurs chants résonnent toujours dans ce vallon
et résonneront encore longtemps dans notre tête.
Notre parcours

Crédits photos : Jean-Claude et François-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.