La prospection des Chevêches d’Athéna, une activité régulière du groupe Littoral-Ouest-Varois

Les bénévoles du groupe LOV ont entrepris leur première prospection de la Chevêche d’Athéna en 2013, puis en 2016 sur les communes d’Ollioules et de Sanary. Cette année, dans le but de mettre en évidence une éventuelle évolution, la prospection dans ces mêmes communes a été reprise. Sur sa lancée, le groupe a décidé de rajouter deux nouvelles prospections : la première entre La Cadière et Saint-Cyr, la seconde à La Seyne. Mais pour quelles raisons s’acharne-t-on sur cette sympathique Chevêche ? Essentiellement en raison du déclin régulier de l’espèce au point qu’on la considère aujourd’hui comme très vulnérable. Pour éviter l’effondrement des populations, plusieurs plans nationaux de restauration ont été lancés. La LPO PACA a décidé de se joindre à cet effort et notre groupe a entrepris d’y participer. Ce recensement des couples nicheurs est un préalable à des mesures de restauration qui seront entreprises ultérieurement.

Le recensement repose sur la mise en œuvre de la méthode de la repasse. Cela consiste à émettre à l’aide d’un haut-parleur le chant du mâle. Le mâle territorial répond alors à « l’intrus » par un chant qui dévoile son existence et sa position approximative. Pour la Chevêche d’Athéna, on procède de nuit, sur des lieux choisis au préalable et suivant un protocole strict d’émission. On choisit des milieux favorables à la Chevêche, essentiellement des milieux ouverts de préférence en lisière de bois.

Sur Ollioules-Sanary, certains points d’écoute ont permis de retrouver les mâles chanteurs attendus. Par contre, quelques points répondant à la repasse les années précédentes sont restés cette fois sans réponse.

Ce résultat est d’autant plus surprenant qu’en ces lieux, la Chevêche s’était fait entendre pendant des années la nuit et n’hésitait pas à se montrer de jour.

Sur les communes de St Cyr-La Cadière, six points d’écoute ont été définis se répartissant approximativement à l’est de St-Cyr d’une part et entre le moulin de St-Côme et La Cadière d’autre part. Les quatre premiers ont été négatifs à la grande déception de l’équipe. Au cinquième et avant-dernier point de la nuit, situé sur une départementale pourtant passante, un mâle a immédiatement répondu au début de la première émission du protocole. Réponse nette et sans ambiguïté. L’émission étant alors normalement suspendue, la Chevêche a cependant poursuivi son chant pendant cinq bonnes minutes en se rapprochant régulièrement de nous. Deux Chouettes hulottes, voulant participer au concert, se mirent alors à chanter au loin alors que trois Petits-ducs ponctuaient la nuit de leurs chants. C’était magique !

Sur les hauteurs de La Seyne-sur-Mer, le mardi 12 mars, une repasse est effectuée sur deux points dans le quartier des Quatre Moulins et de La Dominante. Deux secteurs où les Chevêches avaient été entendues cette automne. Les résultats sont négatifs malgré d’assez bonnes conditions d’écoute.

Pour conclure, le résultat de ces sorties nocturnes s’établit comme suit :

La Seyne-sur-mer – 12 mars 2019 : 0 contacts

Ollioules- Sanary-sur-Mer – 24 mars 2019 : 2 Chevêches d’Athéna, 2 Chouettes hulottes

St Cyr-sur-Mer-La Cadière d’Azur  – 16 avril 2019 : 1 Chevêche d’Athéna, 13 Petits-ducs, 3 Chouettes hulottes

Une prospection était organisée et prévue en final dans la zone entre Le Beausset et Ste-Anne d’Évenos avec huit points d’écoute. Mais les mauvaises  conditions météo nous ont fait prendre trop de retard. Ce secteur prometteur sera prospecté en mars 2020.

Le maintien de la population de Chevêche dans tous ces terrains viticoles pourrait passer par une entente avec les vignerons. Des nichoirs pourraient être posés aux abords des vignes d’agriculture biologique.

 rapace.lpo/chevêche

Chevêche info

 La photo à la une est d’André Schont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.