Catégories
Ollioules Prospections naturalistes-Comptages REFUGES LPO

LE MOULIN DE PALISSON

Les inventaires naturalistes commencés au mois de mai dans le cadre du projet de la ville d’Ollioules (Inventaire de la biodiversité sur la commune d’Ollioules ) continuent ce vendredi 9 septembre avec le Moulin de Palisson.

Monsieur Charles Lebon, le guide et jardinier du site nous accueille chaleureusement et contribue à nos prospections en nous communiquant toutes les observations qu’il a pu effectuer au cours de l’année.

Hélène, Mélissa, Jean-Louis et François-Marie se mettent aussitôt à prospecter cette belle parcelle entourée d’eau.

Elle forme un triangle avec sa pointe au sud où le moulin jouxte l’entrée du jardin.

À l’ouest coule la Reppe, à l’est le canal des Arrosants, et au nord la base du triangle est bordée d’un long bassin.

Une très belle oliveraie et de nombreux arbres fruitiers font le bonheur des oiseaux. Les fleurs ne manquent pas, rosiers, aromatiques et autres buissons fleuris.

Le seul bémol serait cette herbe à rhizomes envahissante qui cause bien du tracas au jardinier.

Les nombreux orthoptères présents, dont beaucoup de juvéniles, ne semblent pas gênés par cette herbe envahissante.

Évidemment, vu la proximité de l’eau, la famille la mieux représentée est celle des Odonates

Après les zygoptères, quelques petits anisoptères qui ont bien voulu poser pour la photo. Les plus gros, eux se sont contentés de voler à 3 mètres au-dessus de nous.

Sympétrum à nervures rouges femelle (Sympetrum fonscolombii)
Sympétrums à nervures rouges en tandem au-dessus du bassin (Sympetrum fonscolombii)

Des diptères aussi :

Et des lépidoptères :

Quelques vertébrés, des reptiles :

Lézard des murailles mâle (Podarcis muralis)

Tarente de Maurétanie (Tarentola mauritanica)

Les Mésanges, bleues et longues queues, bien cachées dans les oliviers, ne se laissent pas prendre en photo. Nous nous rabattons sur les oiseaux au sol.

Bergeronnette grise (Motacilla alba)

Un couple de Huppes fasciées (Upupa epops) bien occupé avec les bestioles du compost se laisse longuement observer.

Cette matinée, trop vite passée, devra être renouvelée pour découvrir de nouvelles espèces dans ce site très accueillant pour la biodiversité. Accueillant, il l’est aussi pour les humains, qui ainsi peuvent renouer des liens bien trop souvent perdus avec la Nature.

L’inventaire complet est consultable sur faune-paca.org en cherchant le lieu-dit Moulin de Palisson.

N-B : Hélène et Mélissa sont des espèces indigènes d’Ollioules.

7 réponses sur « LE MOULIN DE PALISSON »

Merci de partager cette belle matinée. C’est absolument magnifique et les photos sont superbes. Bravo aux photographes. Un vrai moment de sérénité et de beauté…

Des reportages toujours superbes. Merci beaucoup. L’eau c’est la vie. Je ne connaissais pas ce coin d’Ollioules. Parfois, rarement une Pétugue – la huppe fasciée – nous rend visite à l’orée de notre bois. Il ne faut pas bouger pour l’observer, sinon elle s’envole. Y-a-t-il du nouveau sur le recensement du ver luisant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *