Catégories
Activités du Groupe LPO Pays Briançonnais

Les loups, biologie d’un mythe

affiche loup 14.06.2016 - Copie

Ce 14 juin les groupes locaux LPO PACA de Briançon et d’Embrun ont organisé une conférence sur la biologie du loup.

DSCN7312 - Copie

Une super initiative car environ 140 personnes se sont déplacés pour écouter Pierre Rigaux le mammologue de cette soirée.

Après un mot de bienvenue de Pierre Bonneau ,notre coordinateur de groupe, nous rentrons dans le vif du sujet.

DSCN7317 - Copie

Notre conférencier nous explique ces fameuses dents carnassières. Et oui chacun fera la corrélation du loup et de ses grandes dents…..

En effet il faut commencer par le commencement petit rappel sur la classification :281 espèces de carnivores dont 19 vivent en France. La famille des canidés c’est 35 espèces .Comme la conférence se veut participative le public est sollicité pour mettre un nom sur les images .Pour le genre canis c’est seulement 8 espèces.Voilà les bases étant posées nous passons à celui qui nous intéresse tous « canis lupus » notre loup gris.

DSCN7338 - Copie

Mais comment faire la différence avec son cousin proche .Pas si facile….. Dans les vidéos de pièges photos c’est à peu prés possible car nous avons le temps d’observer toutes les caractéristiques mais dans son milieu naturel c’est une autre paire de manche. Cet animal est si furtif et si discret .Pour apprendre sur sa façon de vivre et ses habitudes les naturalistes doivent user de plusieurs stratagèmes : recherche de traces.. de crottes….et de pièges photos quand ils restent en place….

Comme chacun sait le loup vit en groupe social , une meute, qui couvre un territoire de chasse d’environ 200 km carré. En France la population est estimée à environ 280 loups ( pour l’instant !!!ça c’est moi qui l’ai rajouté !!!! ….).

DSCN7345 - Copie

Nous avons parlé de la reproduction ,de la dispersion des jeunes…..du régime alimentaire….

Il a été évoqué très rapidement la mortalité sur le bétail sur les « zones à loup » en France. Pour les ovins le chiffre est de 8000 têtes imputés au loup et 80000 têtes par d’autres cause de mortalité. Le ratio est tout de même parlant !!!!

Petit tour historique sur la chasse aux loups. On remarquera que c’est toujours le problème sur les troupeaux qui met le feu au poudre.

Heureusement nos voisins italiens ,peut être de par leur culture ,ont protégé le loup dés les années 80 et du coup la population restante c’est refait une santé .Complètement éradiqué de France depuis 1930 le loup décide de venir faire un tour dans les pays limitrophes dans les années 1990.Et voilà le loup est revenu en France……On dit merci à qui ..Aux italiens ….. !!!!

Pour finir un tour d’horizon pour voir ce qui se passe chez les autres : en Europe et dans le monde.

DSCN7357 - Copie

Tout au long de la soirée de nombreuse questions seront posées concernant cette espèce si emblématique. Pierre se fera un plaisir de répondre avec beaucoup de simplicité sans jamais prendre parti .Même si l’assemblée ramenait le sujet sur une pente glissante notre spécialiste c’est toujours efforcé de ramener le débat sur le droit chemin .

Une super conférence qui n’a aucun raison de provoquer de polémique.

Si vous avez l’occasion de pouvoir assister à cette conférence dans d’autres lieux surtout n’hésiter pas …….

Un grand merci au CBGA (Centre Briançonnais de Géologie Alpine) pour nous avoir permis d’utiliser une salle de la maison de la géologie.

Ps : un autre article sur le blog de nos amis Embrunais.

En bonus un lien de notre télévision locale:

http://www.dici.fr/actu/2016/06/15/brianconnais-conference-loup-plein-823353

 

 

1 réponse sur « Les loups, biologie d’un mythe »

Bonjour

Je réagis sur deux passages de votre texte.

Tout d’abord le passage suivant : Pour les ovins le chiffre est de 8000 têtes imputés au loup et 80000 têtes par d’autres cause de mortalité. Le ratio est tout de même parlant !!!!, outre qu’il compare un chiffre national avec un chiffre limité essentiellement aux Alpes, me semble au minimum très maladroit. Si j’étais éleveur, ou berger, j’y verrais une absence de respect par rapport à mon travail et mes problèmes professionnels qui me rendrait furieux.

Ensuite, la comparaison avec l’Italie lorsque vous affirmez que c’est parce que les italiens ont protégé le loup que ses populations se sont reconstituées, est à relativiser. Luigi Boitani (spécialiste italien du loup, président de Gruppo Luppo Italia) estimait au début des années 2000 que 10 à 20% de la population italienne de loup est abattue illégalement chaque année sans empêcher son accroissement annuel d’environ 6% (Mech D. L. & Boitani L. (Eds.) 2003 Wolves, behaviour, ecology and conservation. University of Chicago Press). S’il n’y a pas trop de problème de cohabitation avec le loup, c’est peut être aussi car les autorités ferment les yeux sur les loups abattus illégalement.

N’oublions pas non plus que les modes d’élevage ne sont pas comparables des deux côtés des Alpes. L’élevage ovin dans les Alpes françaises se destine à la production d’agneaux de boucherie, avec de grands troupeaux peu ou pas gardés (du moins jusqu’au retour du loup) sur les pâturages d’altitude. Dans les zones à loups en Italie l’élevage est semi extensif et souvent consacré à la production laitière. Les troupeaux sont plus petits qu’en France, parqués la nuit (traite oblige) et donc gardés ce qui réduit les risques d’attaque par le loup. De plus, le cheptel ovin a localement considérablement régressé. Dans le Parc national des Abruzzes, souvent cité en exemple comme un modèle de cohabitation entre hommes et loups, les moutons sont passé en 15 ans de 20 000 à 2 000 têtes, pendant que se développait l’élevage bovin, plus lucratif, pour la fabrication du fromage.

Avec mes salutations naturalistes

Alex Clamens
LPO Auvergne
97 rue Chateaubriand
63100 Clermont-Ferrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.