Catégories
Actualité

Fête de la Science au Musée Gassendi

 

À l’occasion de la fête de la science 2019, le Musée Gassendi de Digne et le groupe local Bléone-Durance de la LPO-PACA ont organisé une journée d’animation pour le grand public, autour du thème de la biodiversité dans la ville et dans la maison, le dimanche 13 octobre.

INAUGURATION du refuge LPO au musée, à 14h

Le coin patio du musée Gassendi est désormais labellisé « Refuge LPO ». La prise en compte de la biodiversité s’applique maintenant à l’entretien de cet espace.

À cette occasion, madame Elsa Huet- Allègre (LPO-PACA), accompagnée de madame Agnès de Pinho (coordinatrice du groupe local LPO-PACA), a remis un ensemble de matériels favorisant la présence, l’observation et la connaissance des espèces vivantes à mesdames Nadine Vollaire (conseillère aux musées) et Laurie Honoré (responsable du service des publics) qui représentaient le Musée Gassendi. (Photos Gisèle Martin)

Cette labellisation illustre le souci de la préservation des espèces et s’articule avec la programmation 2020 du musée qui sera proposée aux visiteurs prochainement.

BALADE NATURALISTE en ville, autour du musée de 14h30 à 15h45

Françoise Drouard, bénévole LPO-PACA et spécialiste des araignées, a mené cette balade réunissant une vingtaine de personnes pour découvrir les petites bêtes qui vivent autour de nous, en ville.

Par exemple, à voir dans les géraniums de la jardinière devant le musée, un joli petit papillon, le Brun des Pélargoniums. (Photo Françoise Drouard)

 Originaire d’Afrique du sud, on le rencontre presque partout en France où sont plantés les géraniums avec lesquels il est arrivé en Europe (en Angleterre dès 1978) car ses chenilles s’en nourrissent. [Le compte-rendu détaillé peut être envoyé à toute personne qui en fera la demande au groupe local de la LPO-PACA.]

CONFÉRENCE «  La biodiversité dans la maison » au musée, par Françoise Drouard, de 16h à 17h15.

De nombreuses petites bêtes vivent dans la maison, parfois à l’insu des personnes qui y habitent, car beaucoup sont très petites et nocturnes. Tant qu’elles ne pullulent pas, les habitants ne sont pas gênés par leur présence et un équilibre s’établit entre les prédateurs et les proies, que ces proies soient des détritivores qui vivent en permanence dans la maison, mangeant les débris minuscules tombés au sol, ou que ce soit des bestioles entrées dans la maison par hasard ou pour se mettre à l’abri. [Le résumé détaillé peut être envoyé à toute personne qui en fera la demande au groupe local de la LPO- PACA.]

Tarente de Maurétanie, Digne les Bains (photo Agnès de Pinho)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.