Compte-rendu sortie 14 mai

Cette fois nous ne sommes restés à Marseille, où les zones intéressantes ne manquent pas. De bon matin le Serin, la Mésange charbonnière et l’inévitable Tourterelle turque s’égosillent à la Batarelle, site du rendez-vous pour le départ. Une fois sortie de la zone d’habitation un mâle de Perdrix rouge lance son appel mécanique. Les premières fauvettes se font entendre.

Une première halte est faite au bassin du Vallon d’Ol, réservoir d’eau potable de la ville. Bien entendu le site est fréquenté par le Goéland leucophée. Quelques Hérons cendrés sont visibles sur les berges, ainsi que deux Grands Cormorans. Des Milans noirs survolent l’endroit.

Au nord du bassin, après avoir bifurqué pour rallier le plateau de la Mure, sur le site habituel, une Pie-grièche méridionale est bien visible sur la clôture. En tout nous contacterons l’espèce trois fois dans les environs immédiats sans réussir à savoir combien d’individus nous avons observés. Pendant cette halte la Tourterelle des bois se fait entendre, quelques uns observe une Huppe fasciée qui passe en vol pendant que d’autres réussissent à voir la Fauvette passerinette qui chante dans la garrigue.

Après un casse-croûte dans la pinède nous reprenons nos pérégrinations vers une zone ouverte par un brûlage dirigé, favorable à différentes espèces particulièrement intéressantes. En chemin nous tombons sur une petite station d’Ophrys abeille, une belle et discrète orchidée dont un pétale imite un insecte, qui voisine avec des Serapias à petites fleurs (une autre orchidée, dont un pétale ressemble à une (toute) petite langue, une autre espèce s’appelle d’ailleurs le Serapias langue). Pendant que nous avons le nez dans l’herbe un mâle de Bruant proyer se fait entendre non loin. Nous en trouverons un couple, juste après le passage d’un petit groupe de trois Rolliers d’Europe que, malheureusement, tout le monde ne verra pas, occupés qu’ils étaient à débattre de l’identité d’une grenouille qui occupe une grande flaque d’eau sur le chemin.

Un peu plus loin le groupe s’étale sur la piste qui grimpe vers la Grande Étoile. Pendant que le groupe de tête campe devant un bosquet de Chêne vert en espérant voir l’oiseau qui y chante et qui pourrait être une Fauvette orphée… que personne dans le groupe n’a observé par le passé (nous ne trancherons pas sur l’identité du chanteur). Le groupe de queue signale un couple de Coucous geais, que le groupe de tête, revenu en arrière ne verra pas, du moins pour l’instant.

Par contre de retour au bassin, tout le monde pourra observer ce bel oiseau.

Pour finir en beauté cette belle journée une Cigogne blanche en migration passe vers le nord-est.

Ophrys abeille, Ophrys apifera © Henry Mennella
Milan noir, Milvus migrans © Gilles Oliver

Merci à Baptiste pour cette belle sortie et son compte-rendu!

Liste des espèces contactées:
Perdrix rouge
Faisan de Colchide
Grand Cormoran
Héron cendré
Cigogne blanche
Milan noir
Faucon crécerelle
Goéland leucophée
Pigeon biset domestique
Pigeon ramier
Tourterelle turque
Tourterelle des bois
Coucou geai
Rollier d’Europe
Huppe fasciée
Alouette lulu
Hirondelle rustique
Pipit rousseline
Rossignol philomèle
Tarier pâtre
Fauvette pitchou
Fauvette passerinette
Fauvette mélanocéphale
Mésange charbonnière
Pie-grièche méridionale
Geai des chênes
Pie bavarde
Choucas des tours
Corneille noire
Pinson des arbres
Serin cini
Linotte mélodieuse
Bruant proyer
+ Lapin de Garenne
+ Tarente de Maurétanie
+ Ophrys apifera (orchidée)
+ Serapias parviflora (orchidée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.