Séjour dans les Alpes-Maritimes : la réserve de Daluis

Pour le week-end du 1er mai, un séjour dans la magnifique réserve des Gorges de Daluis était organisé afin que les bénévoles des deux groupes puissent se rencontrer les Hautes-Alpes et les Alpes Maritimes. Christiane va nous en faire une narration…

J-1 (vendredi 28 avril). C’est à 8 que nous nous retrouvons au camping du Prieuré à St Martin d’Entraunes (accueil très sympathique)  pour un WE  proposé par Éliane, à la découverte des gorges du Daluis.

J1, (samedi 29 avril). Après une nuit plutôt fraîche, nous voilà partis vers le hameau de Sussis sur les hauteurs qui dominent la vallée du Var. Grand bleu, les sommets saupoudrés d’un blanc resplendissent, le vert des prairies éclate,  c’est superbe. Jumelles et longues vue sortis des coffres, nous voilà en pleine action : jolie observation prolongée d’un Pipit en poste sur un piquet, Fauvettes, Rouge-queue à front blanc, Pouillot… et surtout les Coucous (mâle et femelle) ! Quelques-uns n’en avaient jamais vu !

Echange très intéressant avec un habitué du hameau qui nous raconte les débuts de sa maman comme institutrice dans ce village, dans les années 30, et l’accueil de réfugiés pendant la guerre de 40.

Nous remontons un chemin, la Fritillaire à involucre borde celui-ci. À l’orée de la forêt des hirondelles rustiques rasent la prairie.

Nous quittons ce lieu paisible pour Val Pelens, minuscule station de ski, en direction du col des champs. On remonte une piste sous les mélèzes, au sol tapissé de gentianes printanières, de pensées… ou complètement retourné par les sangliers. A la chapelle Saint Barnabé, le belvédère sur la vallée est magnifique. Lieu idéal pour la pause pique-nique. Pendant que certains font la sieste, d’autres y observent une petite famille de Becs-croisés des sapins.

Pour terminer la journée, nous prenons la direction d’Estenc et la source du Var. Bref aperçu d’un Cincle plongeur au bord du torrent que nous remontons. Une pause sur un petit pont dans l’attente du passage d’un autre individu sera vaine.

La traversée d’une prairie nous fait lever une bande de Pipits (une bonne centaine) et malgré quelques contournements et techniques diverses d’approche, l’espèce restera indéterminée.

J 2 (dimanche 30 avril)

Direction le pont de Berthéou dans les Gorges de Daluis, où nous avons rendez-vous avec un groupe LPO de Vence pour un circuit menant notamment au belvédère vertigineux qui surplombe le cours du Var, le Point Sublime. En face, dans les falaises, s’ouvrent de très anciennes galeries d’exploitation du minerai de cuivre. L’ensemble est spectaculaire. Le ciel s’est couvert et ne met malheureusement pas totalement en valeur les roches rouges (pélite) et le vert de la végétation qui nous entourent. Ce circuit nous élève vers le hameau de Saussette par un sentier bordé par l’Aristoloche et son hôte la Proserpine. Puis, le paysage change complètement, prairies et vieilles bâtissent occupent le site. Le long de ce circuit nous ont accompagnés : Pouillot de Bonelli, Rouge-queue à front blanc, Mésanges à longue queue, Hirondelles de rocher…. et au final 2 Circaètes Jean le Blanc qui nous survolent.

Dernière soirée dans notre bungalow cuisine-salon-salle à manger pour un excellent repas partagé, comme les autres soirs, avec toutes les variétés gustatives et gourmandes amenées et cuisinées par les uns ou les autres (merci à tous) de quoi tenir un siège 

J3 (lundi 1er mai)

Réveil chamboulé par une météo qui annonçait… ou pas…… une perturbation neigeuse, mais elle est bien là. Le projet d’aller côtoyer le ciel et les rapaces sur les crêtes du Dôme de Barrot ne sera donc pas pour aujourd’hui. Après rangement et ménage, les bagages sont rechargés dans les voitures : il faut chausser les roues pour sortir du camping ! La neige ne tombe plus, quelques trouées lumineuses font leur apparition dans le ciel.

Plusieurs arrêts sur le chemin du retour dans les Gorges pour s’imprimer du paysage : du vert, du rouge, du blanc… et le bleu qui revient là-haut, magnifique. La Fauvette passerinette s’y fait encore repérer et voir par ses « tec-tec » ou « tac-tac ».

Une dernière halte nous attend à la sortie des gorges, au pont Durandy, et alors que l’on observe le cours du Var à la recherche du Cincle et de la Bergeronnette printanière, Bernadette qui a son regard vers les falaises voisines alerte de l’arrivée d’un rapace et oh ! ah ! Ce n’est autre qu’un superbe Gypaète barbu. Quelle belle récompense !

 

Ont participé à ces journées : Bernadette, Eliane, Nicole, Emilie, Quentin (1), Elodie, Quentin (2) et  Christiane, l’auteure de ce compte-rendu… sans oublier les  82 oiseaux observés et transmis sur Faune PACA, dont le Gypaète barbu !

Un diaporama complet du séjour est visible en cliquant sur le lien : http://goo.gl/photos/s5TUaProVHm6LVFz9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.