Les visiteurs du mois de juillet

Bruant mélanocéphale (♀ en haut à gauche)
Bruant mélanocéphale (♀ en haut à gauche)

L’un des évènements ornithologiques majeurs de l’année 2015 se sera déroulé chez nous, dans les Hautes-Alpes, et qui plus est dans le Briançonnais !

Le 2 juin dernier, je me suis rendu comme d’habitude à cette époque à Villar Saint-Pancrace, près du Rocher des Aymards, sur un site qui abrite un cortège d’espèces intéressant, composé du Bruant ortolan, jaune et proyer, de la Pie-grièche écorcheur, du Tarier pâtre et du Tarier des prés, de la Caille des blés ou encore du Moineau soulcie.

J’ai pu découvrir avec étonnement un premier mâle de Bruant mélanocéphale, rapidement rejoint par un deuxième. Les deux oiseaux se sont battus et ont rejoint leurs postes de chant.

Un troisième oiseau a été trouvé quelques jours plus tard. Ensuite, une femelle appariée à l’un des 3 mâles chanteurs a été découverte.

La période de chant des oiseaux a été courte : ils ont été très bavards pendant une dizaine de jours, puis se sont tus progressivement et sont devenus difficiles à trouver.

De nombreux ornithologues de la région (et même des Pyrénées-Atlantiques) se sont déplacées pour observer ces oiseaux décidément très prisés.

La nidification de l’espèce sur le site n’a vraisemblablement pas réussi car, malgré plusieurs prospections acharnées, les oiseaux n’ont pas été recontactés après le 7 juillet, alors qu’ils présentaient des comportements territoriaux typiques. La canicule y est peut-être pour quelque-chose.

Le Bruant mélanocéphale est un passereau gros comme un moineau. Le mâle, noir, jaune et roux, est impossible à confondre. La femelle est terne et très variable au niveau de l’intensité de la coloration et des motifs.

Il niche dans le sud-est de l’Europe et hiverne dans le sous-continent Indien. Chaque année, en France, des mâles chanteurs sont contactés dans le sud-est (quasi-exclusivement en région PACA) au printemps.

L’espèce a niché à plusieurs reprises en France, dans les Alpes de Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et le Var, mais jamais dans les Hautes-Alpes. Dans notre département, des mâles chanteurs avaient déjà été contactés auparavant, mais sans suite.

La population de Bruant mélanocéphale la plus proche de France est située en Lombardie dans le nord de l’Italie. Malgré des habitats favorables, elle n’a jamais dépassé les dix couples.

On pense que les Alpes forment une barrière biogéographique trop importante pour l’espèce, ce qui expliquerait sa très lente démographie en France.

Pour plus d’informations : sur le site du Parc National des Écrins ou sur Ornithomedia, et probablement sur un article à venir dans Ornithos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.