Compte-rendu sortie de janvier

Lors de ce dernier dimanche de janvier, nous avions rendez-vous à l’Escalette, sur la route des Goudes, en espérant pouvoir apprécier les différences entre deux corvidés bien représentés dans le massif des calanques. Le choucas des tours, présent toute l’année, et le Crave à bec rouge, présent seulement en hiver. Mais ce fut aussi joie (beaucoup) et peine (un peu) d’un naturaliste!

Nous avions l’espoir aussi de voir depuis la côte le grand dauphin et le faucon pèlerin.

Joie lors d’un arrêt au soleil en regardant en mer à la longue-vue. Au moins 2 grands dauphins, pas très loin du Tiboulen de Maïre. Mais le temps de signaler leur présence aux camarades, seulement équipés de jumelles (ce qui n’aide pas) et ils disparaissent! Peine de ne pas avoir pu faire partager cette observation, toujours magique, avec le reste du groupe, un peu dubitatif pour le coup.

Mais rapidement nous trouvons la sentinelle aviaire de l’île Maïre. Un faucon pèlerin est posé sur la tourelle. Rapidement nous en trouvons un second quelques mètres plus loin. Deux pèlerins d’un coup! Joie! Joie aussi de partager cette vision avec quelques joggeurs curieux, intrigués par notre attroupement un peu inhabituel. Mais nous nous attendions pas à en trouver deux autres, toujours sur la crête de l’île, mais un peu plus à l’ouest. Surpris nous regardons de nouveau vers la tourelle. Oui les deux premiers sont toujours au même endroit! C’est donc quatre pèlerins que nous pouvons observer posés quasiment au même endroit. JOIE! Notons qu’il est strictement interdit de débarquer sur l’île, nous faisons nos observations depuis le continent, vraiment tout proche.

Après une digression géologique bienvenue (il n’y a pas que la faune et la flore dans la vie), il est temps de déjeuner, au soleil, au cap Croisette. L’occasion d’en profiter pour scruter les environs en espérant revoir des dauphins! Peine perdue! Aucun cétacés à l’horizon. Tout juste quelques puffins yelkouans, très très loin.

Le retour, par le sentier qui passe par le fort des Goudes, à l’écart des visiteurs qui profitent de cette splendide journée esti… pardon, hivernale, sera l’occasion de voir le discret monticole bleu et d’avoir la joie de le montrer à un jeune garçon lui aussi intrigué par notre étrange tribu.

J’en oublierais presque que nous avons pu observer nos « cibles » initiales, choucas et craves, seulement quatre individus pour cette dernière espèce, en générale présente en bien plus grand nombre en cette saison dans ce secteur.

Merci à toutes et à tous pour cette sortie très réussie au niveau naturaliste et bien plus encore d’un point de vue humain.

Monticole bleu, Monticola solitarius © Mélanie Le Bournot
Crave à bec rouge, Pyrrhocorax pyrrhocorax © Mélanie Le Bournot
© Mélanie Le Bournot
© Mélanie Le Bournot
© Mélanie Le Bournot

Espèces contactées:
Puffin yelkouan
Fou de Bassan
Grand Cormoran
Cormoran huppé de Méditerranée
Buse variable
Faucon pèlerin
Mouette rieuse
Goéland leucophée
Sterne caugek
Pigeon biset domestique
Pipit farlouse
Rougegorge familier
Rougequeue noir
Tarier pâtre
Monticole bleu
Fauvette pitchou (entendue)
Fauvette mélanocéphale
Mésange noire
Crave à bec rouge
Choucas des tours
Moineau domestique (entendu)
Chardonneret élégant

+ Grand Dauphin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.