Catégories
Activités du Groupe LPO Pays Briançonnais

Schappeau bas…

Le parc aux merveilles
Le parc aux merveilles

Encore un jeu de mots stupide pour titre, vous m’en voyez navré.

Le 30 novembre 2011, trois bénévoles du groupe ont retrouvé trois volontaires chez trois habitants de l’école des Artaillauds. Donc, jusqu’à preuve du contraire, tout ce beau monde nous donne trois fois trois égale neuf. Ces dix-huit bras se sont donc retrouvés en début de matinée à l’école des Artaillauds, en haut du parc de la Schappe, qui bénéficie de l’agrément Refuge LPO. Motif de l’intervention : la cabane d’affût, destinée à l’observation des oiseaux aux mangeoires, construite par le Club Nature de Briançon (aidé par des bénévoles du groupe) a été vandalisée. Ce secteur se situant juste sous les remparts de la Cité Vauban, il était jonché de détritus divers et variés que les gens sans scrupules jetaient par-dessus le parapet sans autre forme de procès. Et pourtant le Palais de Justice est à cent mètres, ironie du sort.

Le but de la matinée était donc de nettoyer le secteur et d’envisager la réhabilitation de l’affût. Nos neuf vaillants défenseurs de la Schappe se sont donc armés de brouettes, râteaux, pelles, gants, pioches et autres outils pour rendre (un peu) de ses droits à cette Nature malmenée dans tous les sens. Et je peux vous assurer qu’on en a trouvé des trésors : d’un morceau de chapiteau (trois mètres de long) à la montre à 400€, en passant par les traditionnelles canettes, bouteilles en verre, parpaings, chaussures et autres pompes à vélo, ou encore les moins traditionnelles affiches en plastique. On va rebaptiser ce coin « le plateau des merveilles ». On a même eu droit à un article dans le Dauphiné Libéré -je ne sais pas s’il y a de quoi s’en vanter…

Mais le pire, c’était ces bâches en plastique complètement déchirées en minuscules morceaux de quelques millimètres, incrustés jusqu’en profondeur dans le sol…

En attendant, on avait terminé à midi, on a sorti une bonne grosse quantité de déchets, et Mésanges à longue queue, nonnettes, Grands Corbeaux et Bouvreuils pivoines nous ont tenu compagnie.

On espère sincèrement pouvoir créer une mare dans un creux qui était rempli de détritus ; que la municipalité va se décider à fermer la porte sous les remparts (s’il vous plaît ! Sinon, on la mure) ; que l’égout qui traverse le parc va être réhabilité pour qu’il ne déborde plus dans le bois ; et que les gens vont lire et comprendre le panneau que l’on va afficher sur les remparts.

Ben oui. C’est mieux de jeter ses déchets dans une poubelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.