Vautours du Verdon

Programme de réintroduction

Depuis 1999, le Vautour fauve vole à nouveau au dessus des Gorges du Verdon. Le résultat du pari fou d'une poignée de passionnés de la nature et des oiseaux. Disparu de Provence depuis plus d'un siècle, le magnifique planeur retrouve sa place au sein d'un écosystème montagnard encore bien préservé. La LPO PACA est heureuse de vous accueillir au belvédère de Rougon, site dédié à l'observation des vautours ainsi qu'à la connaissance et à la conservation de l'un des fleurons de notre faune méditérranéenne.

 

Vidéos sur le programme des Vautours du Verdon

Rendez sur notre chaîne Youtube pour visualiser les vidéos réalisées sur le programme des vautours du Verdon
ou découvrez ci-dessous ces vidéos, cliquez sur "Playlist" pour afficher la liste des vidéos disponibles.

 

 

 

Pourquoi réintroduire le Vautour fauve ?

  1. Le Vautour fauve nichait autrefois en Provence et les Gorges du Verdon sont toujours un milieu écologiquement très favorable à sa présence. Les réintroductions en France et en Italie ont permis de reconstituer le lien entre les populations européennes, de la Péninsule ibérique aux Balkans, facilitant les échanges et les mélanges entre colonies.
  2. Ce rapace nécrophage strict joue le rôle important d’éboueur de la nature. En effet, il consomme rapidement les charognes et son appareil digestif élimine toutes les bactéries et les virus. Cela limite la propagation des maladies, les sources de pollution et protége ainsi les nappes phréatiques, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables tels que les Préalpes du sud.
  3. La présence d’une colonie de vautours fauves favorise le retour d’autres rapaces nécrophages comme le Vautour percnoptère, le Gypaète barbu et le Vautour moine. Cette dernière espèce va d’ailleurs bientôt bénéficier d’une opération de réintroduction dans les Alpes du sud (Baronnies et Verdon).
  4. Cette espèce spectaculaire est facilement observable toute l’année et constitue un outil pédagogique très intéressant pour l’information et la sensibilisation à l’environnement des scolaires et du grand public.
  5. Cette opération de réintroduction constitue un moteur de développement local durable au travers de l’écotourisme, dans un cadre naturel exceptionnel.

Depuis 1999, le Vautour fauve vole à nouveau au dessus des Gorges du Verdon. Le résultat du pari fou d'une poignée de passionnés de la nature et des oiseaux. Disparu de Provence depuis plus d'un siècle, le magnifique planeur retrouve sa place au sein d'un écosystème montagnard encore bien préservé. La LPO PACA est heureuse de vous accueillir au belvédère de Rougon, site dédié à l'observation des vautours ainsi qu'à la connaissance et à la conservation de l'un des fleurons de notre faune méditérranéenne.

 

Vidéos sur le programme des Vautours du Verdon

Rendez sur notre chaîne Youtube pour visualiser les vidéos réalisées sur le programme des vautours du Verdon
ou découvrez ci-dessous ces vidéos, cliquez sur "Playlist" pour afficher la liste des vidéos disponibles.

 

 

 

Pourquoi réintroduire le Vautour fauve ?

  1. Le Vautour fauve nichait autrefois en Provence et les Gorges du Verdon sont toujours un milieu écologiquement très favorable à sa présence. Les réintroductions en France et en Italie ont permis de reconstituer le lien entre les populations européennes, de la Péninsule ibérique aux Balkans, facilitant les échanges et les mélanges entre colonies.
  2. Ce rapace nécrophage strict joue le rôle important d’éboueur de la nature. En effet, il consomme rapidement les charognes et son appareil digestif élimine toutes les bactéries et les virus. Cela limite la propagation des maladies, les sources de pollution et protége ainsi les nappes phréatiques, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables tels que les Préalpes du sud.
  3. La présence d’une colonie de vautours fauves favorise le retour d’autres rapaces nécrophages comme le Vautour percnoptère, le Gypaète barbu et le Vautour moine. Cette dernière espèce va d’ailleurs bientôt bénéficier d’une opération de réintroduction dans les Alpes du sud (Baronnies et Verdon).
  4. Cette espèce spectaculaire est facilement observable toute l’année et constitue un outil pédagogique très intéressant pour l’information et la sensibilisation à l’environnement des scolaires et du grand public.
  5. Cette opération de réintroduction constitue un moteur de développement local durable au travers de l’écotourisme, dans un cadre naturel exceptionnel.

Objectifs

Objectifs

Ce programme de réintroduction a pour objectif la recolonisation des Alpes du sud et notamment de la Haute Provence par le Vautour fauve. Il s’est mis en place dans le cadre du collectif Alpes du sud et en liaison avec les autres sites de réintroduction (Baronnies et Vercors/Diois). A partir des paramètres écologiques de l’espèce et de l’expérience acquise lors des précédentes opérations de réintroduction (Causses, Gorges de la Vis et Baronnies), un tel programme se réalise avec deux sous- objectifs :

  • La fixation d'une colonie de reproduction.
  • L'émancipation alimentaire.

Historique

Historique

Suite à la réussite de la réintroduction du Vautour fauve dans les Grands Causses, des projets alpins naissent dans les Baronnies (association Vautours en Baronnies), le Vercors (Parc naturel régional du Vercors), le Luberon (Parc naturel régional du Luberon) et le Verdon (association Vautours en Haute-Provence). Les porteurs de projet se rassemblent au sein d’un collectif Alpes du Sud et une étude de faisabilité évalue les projets. L’association Vautours en Haute-Provence (VHP) est créée en 1993 par Jean-Michel TABARD et Pierre MAIGRE. Le "Projet de réintroduction du Vautour fauve Gyps fulvus dans la région naturelle du Verdon" est rédigé l’année suivante. A partir de 1995, VHP se mobilise dans les différentes étapes nécessaires à la réalisation du projet : sensibilisation de la population locale, recherche de terrains et de partenaires techniques et financiers (Office National des Forêts, Parc naturel régional du Verdon, Espaces pour demain), obtention des autorisations administratives (Ministère de l’Environnement, Préfecture des Alpes de Haute Provence), construction des volières sur la commune de Rougon et récupération des premiers vautours en 1997.

Libération d'un vautour fauve - photo Pierre Maigre

Afin de soutenir ses activités, VHP sollicite la Ligue pour la Protection des Oiseaux PACA (LPO PACA) qui crée en avril 2000 un poste de chargé de mission Vautours en Verdon pour assurer la pérennité du programme de réintroduction (équarrissage pour l’alimentation des vautours libres et captifs, poursuite des lâchers, suivi de la colonie et de la reproduction, animation et sensibilisation, communication, recherche de financements). En parallèle, l'ONF a recruté un objecteur de conscience spécialement détaché au programme vautours, jusqu'en avril 2002.

En novembre 2002, un second salarié est affecté au programme, afin de soutenir les actions en place et développer de nouveaux projets. Depuis 2000, pas moins de 30 stagiaires ont participé au programme de réintroduction.

Techniques de réintroduction

 

Techniques de réintroduction

Vautour fauve

La technique, développée par le Fonds d’Intervention pour les Rapaces (Mission Rapaces de la LPO depuis 1998) et le Parc National des Cévennes il y a près de 30 ans, consiste à créer une colonie captive à partir de jeunes vautours récupérés dans des centres de soins pour la faune sauvage. Cette captivité doit durer 3 ans afin que les oiseaux établissent des liens entre eux (couples), et soient quasiment adultes au moment du lâcher, ce qui évite de trop grandes dispersions.

Pour être identifiés, tous les oiseaux libérés sont équipés d'une bague muséum, d'une bague en Darvic et d'un émetteur. Les bagues sont fournies par le Centre de Recherches par le Baguage des Populations d'Oiseaux (CRBPO), laboratoire du Muséum National d'Histoire Naturelle responsable du baguage en France. L'identification de chaque oiseau est obtenue grâce à la lecture de ces bagues par des jumelles ou un télescope. Les émetteurs, possédant chacun une fréquence propre, permettent un suivi télémétrique à grande distance des oiseaux. Nous pouvons ainsi les localiser et savoir s'ils sont posés ou en vol jusqu'à ce qu'ils perdent la rectrice (plume de la queue) sur laquelle est fixé le dispositif.

 

Vautour moine

Tous les vautours libérés seront équipés de bagues et d’émetteurs (pour les oiseaux relâchés par les volières) en collaboration avec le CRBPO, la Fondation pour la Conservation du Vautour moine (Vulture Conservation Foundation) et la LPO Grands Causses. Un marquage alaire par décoloration est souhaitable pour faciliter le suivi des oiseaux. Deux méthodes de lâcher sont utilisées.

 

La méthode du taquet

Cette technique concerne de jeunes oiseaux nés en captivité dans des parcs zoologiques. A l’âge de 80 - 90 jours, lorsque leur plumage est suffisamment développé pour les protéger des intempéries et qu’ils sont capables de manger seul, ils sont alors placés à deux minimum sur une aire de nidification artificielle (aux dimensions d’une construction naturelle) sur une vire. L’apport de nourriture et d’eau se fait de nuit pour éviter tout contact avec l’être humain. Le site choisi doit être situé sur une zone où évoluent des congénères ou d’autres espèces de vautours et isolé de tout dérangement. La vire doit être suffisamment en hauteur afin de permettre un envol facile. Il est souhaitable qu’il n’y ait pas une végétation dense sous le site afin que les jeunes vautours moines puissent redécoller s’ils échouent lors du premier envol. Pendant toute la durée de leur séjour au nid, les jeunes doivent être surveillés de l’aube au coucher du soleil afin de prévenir tout incident.

 

La méthode des volières

Elle s’applique à des oiseaux ayant plus d’un an et consiste à garder en captivité des vautours pendant plusieurs mois, au coeur du domaine vital qui sera le leur par la suite. Cette méthode permet de libérer des oiseaux récupérés en difficultés dans les colonies espagnoles. En effet, chaque année, plusieurs individus sont récupérés affaiblis et dénutris, le plus souvent au cours de la période post-envol, notamment en Estrémadure et Andalousie. Ces oiseaux sont soignés en centre de soins spécialisés puis acheminés dans les volières de lâcher du site de réintroduction. Au bout de quelques mois de captivité, les oiseaux à réinsérer en milieu naturel sont isolés dans une volière de pré-lâcher. Après ouverture d’une des trappes, le vautour choisit alors lui-même le moment où il va quitter la volière. L’avantage de cette méthode “rapide” est que les oiseaux connaissent déjà les sensations liées au vol. Leur apprentissage est donc plus rapide.

Les lâchers de Vautour fauve

 

Les lâchers de Vautour fauve

Depuis le 16 octobre 1999, 91 vautours fauves ont été libérés à Rougon. Ces oiseaux sont issus de centres de soins espagnols (Ilundain et Pobla de Benifasa) et français (Beaucens et Hegalaldia).

 

Années

Libérés

Morts

Remis en volière

Disparus du site

Présents sur
le site fin 2005

1999

12

2

0

2

8

2000

16

6

0

5

5

2001

13

1

0

4

8

2002

10

1

0

2

7

2003

22

0

0

9

13

2004

17

0

0

3

14

2005

1

0

0

0

1

Total

91

10

0

31

56

 

16 octobre 1999

Le premier lâcher est un événement local rassemblant près de 500 personnes : 12 vautours sont libérés : TUSSET (AEJ), DUDULE (AEG), VERDON (AEC), CANYON (AEL), CASTELLANE (AEE), ROUGON (AEH), PALUD (AEB), MOUSTIERS (AED), TRIGANCE (AEF), AIGUINES (AEI), ROC (AEM), BRAYAL (AEN).

Le bilan de la première année de recolonisation se résume par quelques faits et anecdotes : une mortalité en Italie, une disparition, 8 vautours sur 12 effectuent des déplacements vers les Baronnies, un vautour voyage jusqu’en Corse, un autre jusqu’en Allemagne, des vautours exogènes non identifiables et d’autres libérés dans le Vercors et les Baronnies visitent le Verdon. Par ailleurs, le retour naturel du Vautour percnoptère lié à la réintroduction du Vautour fauve se confirme par la présence successive de 2 individus de fin mai à mi-juillet 2000. La situation à la veille du second lâcher est encourageante, 7 vautours sont encore présents et 16 sont prêts à être libérés.

 

8 octobre 2000

Le second lâcher concernait 16 vautours fauves, tous nés en 1997 : Maline (AEO), Ourbes (AEP), Chasteuil (AER), Encastel (AES), Illoire (AET), Icona (AEU), Robion (AEV), Breis (AEW), Escalès (AEX), Irouelle (AEY), Chanier (AEZ), Canjuers (ATA), Barbin (ATB), Soleils (ATC), Berbéné (ATD), Félines (ATE).

Très rapidement, onze oiseaux sont restés dans le secteur de la Barre de l'Aigle (un groupe de 8 dans le Ravin d'Ouadès et 3 en pied de falaise). Chasteuil (AER) a traversé en rive gauche du Verdon. Encastel (AES) s'est posté sous le Point Sublime, en rive droite du Bau. Illoire (AET) et Irouelle (AEY) se sont posés sur le tunnel de la route départementale entre la falaise des vautours et le Point Sublime. C'est Ourbes (AEP) qui est allé le plus loin en s'éloignant à près de 3 kilomètres des volières. Les jours suivants, les oiseaux restent sous la Barre de l'Aigle, sous Breis ou vers le pont de Tusset, souvent posés sur des pitons rocheux. Maline (AEO) est le vautour du second lâcher qui pousse la phase de dispersion la plus loin en allant vers le Jabron (le 14), puis vers le pont de Sautet (le 16) et au pont de Soleils (le 19). Il faut malheureusement déplorer la première perte concernant ce lâcher. Le 10 octobre, Robion (AEV) est retrouvé mort sur la commune de Rougon, il a percuté la ligne électrique THT 225 kV. Tous les individus, mis à part Maline (AEO), ont mis 10 jours pour se regrouper aux volières. Il a fallut attendre le 27 octobre pour que les 15 oiseaux soient réunis tous ensemble. Maline a seulement été capté ce jour-ci, soit après 19 jours de liberté. Par la suite, cet oiseau est parti pour l'Italie, où il est retrouvé mort le 22 novembre 2000.

 

30 septembre 2001

Pas moins de 13 vautours fauves supplémentaires ont été libérés cette année (nés en 1998 ou 1999) : ENC (ATJ), ESTELLIE (ATU), BRANDIS (ATV), MELAOU (ATF), ISSANE (ATG), PRAUX (ATH), AIRE (ATI), FOURNAS (ATL), JABRON (ATM), RAYAUP (ATN), VALS (ATO), CARAJUAN (ATP) et RANCOUMAS (ATW).

Attendant les conditions météorologiques les plus favorables possibles, les volières ont été ouvertes à 13 heures. Ce n’est qu’une heure plus tard que les oiseaux en sortirent. Des observateurs postés en différents endroits pouvaient alors observer leurs évolutions. Comme souvent, c’est vers le fond des gorges que les jumelles se sont tournées. En effet, plutôt malhabiles, nos jeunes vautours ont fini leur premier vol beaucoup plus bas qu’ils ne l’avaient commencé. Il leur faudra environ une semaine avant de maîtriser le vol et ses secrets. ISSANE (ATG) s'est montré relativement hardi : 2 jours après le lâcher, nous l'avons repéré sur Castellane non loin des Cadières de Brandis. A l'opposé, MELAOU (ATF) a eu plus de difficultés à regagner de l'altitude. Globalement, le retour aux volières s'est effectué pour tous les oiseaux au bout d'une semaine pour les plus débrouillards et deux semaines pour les autres. Le 8 octobre, nous observons 9 jeunes oiseaux à la curée. Il s'agit de : ISSANE (ATG), PRAUX (ATH), AIRE (ATI), FOURNAS (ATL), JABRON (ATM), RAYAUP (ATN), VALS (ATO), CARAJUAN (ATP) et RANCOUMAS (ATW). Le 17 octobre sont observés ENC (ATJ), ESTELLIE (ATU) et BRANDIS (ATV). Enfin, MELAOU (ATF) est observé pour la première fois aux volières le 19 octobre.

 

29 septembre 2002

 L’opération de renforcement de la colonie libre s’est poursuivie avec la libération de 10 vautours nés en 1999 : SAÏGA (TN), BAU (ATR), MESCLA (ATS), BECOULETTE (ATT), OUADES (ATX), ISSIOULE (ATY), TALOIRE (ATZ), LIOUNE (AUA), PIOULET (AUC), EICHARME (AUR).

Grâce à des conditions météorologiques favorables, le ré-apprentissage du vol et l'intégration au groupe existant ont été très rapides, portant la colonie à 36 individus fin octobre 2002.

 

28 septembre 2003

Gros lâcher avec 22 vautours âgés de 2 et 3 ans : JURA (BAV), SUECH (AUF), LAUVES (AUG), AREMUS (AUH), AVELAN (AUJ), SINE (AUM), QUELTE (AUN), ROUVIERES (AUO), TEILLON (AUP), DEVENS (AYW), CASSEYERE (AYX), DESTOURBES (AYY), VAUMALE (AYZ), TREVANS (BAA), CADIERE (BAB), CATALAN (BAC), CHIRAN (BAD), REGLES (BAE), CHAMATTE (BAF), VIRADES (BAG), MAIRESTE (AXU), MONTDENIER (AZH)

Depuis l’automne 2001, le lâcher annuel est organisé en collaboration avec les Virades de l’espoir à Rougon, afin de participer à l’effort de solidarité pour récolter des fonds en faveur de la lutte contre la mucoviscidose. Par ailleurs, ce 5ème lâcher était soutenu par l’Union européenne et le Conseil régional dans le cadre du programme de développement territorial Leader + "Autour du Verdon". Nous étions donc fins prêts et n’attendions qu’une météo radieuse pour couronner l’événement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’était pas de la partie.

9h : premier rendez-vous, petite pluie et vent, on se rend aux volières pour nourrir les vautours captifs (les 17 de 2004), déposer 5 cadavres de brebis sur le charnier et ... pas le temps d'ouvrir la volière contenant les 22 oiseaux libérables, une forte averse nous tombe dessus. Du coup, repli au village et attente au chaud le temps du repas en se disant qu'on reporte au lendemain.

15h : la pluie a cessé, la brume s'évapore, le ciel reste couvert, les vautours libres commencent à voler. Les conditions deviennent enfin favorables. De retour aux volières, nous ouvrons le pan de grillage attenant au charnier et nous assistons, foi de "vulturologues", au lâcher le plus original auquel nous auront assisté.

15h15 : à peine le temps de remonter au point d'observation (pour identifier les vautours qui sortent au fur et à mesure qu'ils s'envolent) que les 22 se jettent sur les cadavres les plus proches. Rapidement, le reste de la colonie les rejoint pour participer à la curée et former un môle bruyant de plus de 50 vautours (57 identifiés dans l'après-midi sur 58 possibles). En fin de journée, seuls quatre d'entre eux se sont envolés, retrouvés beaucoup plus bas en pied de falaise. Les 18 autres n’ont pas bougé, préférant sécher et digérer sur place !

En général un lâcher se déroule à l'inverse : les oiseaux peinent à sortir, plutôt effrayés par la volière ouverte qu’attirés par la brebis morte. Quand ils sont dehors, certains mangent, d'autres s'envolent immédiatement et le soir, la plupart d'entre eux se sont envolés et se sont dispersés en contre bas. Depuis, tous ont réappris à maîtriser les courants d’airs et se sont intégrés à la colonie. Avec la visite de deux juvéniles début octobre (dont un né dans les Baronnies), ce sont soixante vautours qui occupent le ciel des gorges du Verdon de leur majestueux ballets aériens.

 

3 octobre 2004

 Le 6ème lâcher a concerné 17 vautours âgés de 2 ans provenant du centre de sauvegarde de Hegaldia (Pyrénées Atlantiques) : BOUX (BAJ), SAMSON (BAS), TIEYE (BAT), ARTUBY (BAU), TRESCAIRE (BAW), CARELLE (BAX), ESCALES (BAY), GUEGUES (BAZ), MALINE (BEB), IMBUT (BEC), MAUGUE (BED), GALETAS (BJA), MARGES (BJB), GESTES (BJD), BASTIDON (BJE), CHASTILLON (BJF) et MOURRE (BJG).

La volière de lâcher est ouverte en fin de matinée. MOURRE (BJG) sort le premier à 13h51, il se pose sur les rochers du charnier puis se place au bord de la falaise. Il est suivi par GUEGUES (BAZ) à 14h13 et TRESCAIRE (BAW) à 14h17. A 14h18 MARGES (BJB) sort et s’envole immédiatement, il est suivi par 8 vautours qui se dispersent et perdent de l’altitude. De 14h25 à 15h01, 8 autres vautours recouvrent leur liberté. Seul ARTUBY (BAU) reste en volière, il sortira le lendemain à 13h31. Dans les jours suivants, 9 vautours sont identifiés dans le secteur entre Carajuan et le Couloir Samson. Le 15 octobre soit 12 jours après le lâcher, 16 des 17 vautours récemment libérés participent à la curée qui rassemble 78 vautours. Il manque ESCALES (BAY). Le 27 octobre, ils sont tous présents à la curée. Dans l’ensemble, les 3 étapes successives suite à un lâcher (dispersion, réapprentissage du vol, rassemblement) se sont enchaînées très rapidement.

 

10 avril 2005

GRAU (AUB) n’a pas pu être libéré à l’automne 2004 en raison d’un problème de croissance des rectrices. Sa liberté lui est rendue le 10 avril 2005. Il s’agit du dernier vautour fauve réintroduit sur le site ce qui marque le terme de la phase technique de réintroduction. Parmi les 13 oiseaux disparus, au moins 8 ont rejoint la colonie des Baronnies et y sont restés. Les vautours libérés en 2004 avaient 2 ans et non 3 ans comme pour les autres lâchers. Ceci explique la forte dispersion courant 2005 et le nombre élevé (11) d’oiseaux absents en fin d’année. Certains d’entre eux seront probablement de retour sur le site au cours de l’année suivante. Au total, les lâchers auront permis de réintroduire 91 vautours fauves subadultes. En fin d’année 2005, 60% étaient présents dans la colonie.

Les lâchers de Vautour moine

 

Les lâchers de Vautour moine

Naissances de Vautours moines dans le Verdon

PHENIX est le premier poussin né dans la région depuis un siècle et demi. Ses parents sont Jean et Exo1. Il s'agit d'une femelle née mi-avril 2013, qui s'est envolée le 3 septembre. Elle est resté cantonnée autour de son nid jusqu'au 24 octobre pour ensuite fréquenter les Baronnies à partir du 5 décembre. Le couple a par la suite donné naissance à REGAIN (mâle) en 2014, puis GLU en 2015. Regain et Phénix sont actuellement dans les Baronnies.

 

AnnéeLibérés par la méthode
du taquet
Libérés par la méthode
des volières
Morts
 2005  2    1
 2006    2  
 2007    3*  
 2008  2  3  1*
 2009  2  2  
 2010  1    1
 2011  2    
 2012    3  1
 2013    2  2

2014

2   1
 2015   1  
 2016   2  
TOTAL 11 18 7

* Wupper a été libérée en 2006 puis capturée, libérée en 2007, morte en janvier 2008

 

Lâchers du 21 janvier 2016

MISTRAL est une femelle née en nature en 2012 et recueillie au centre de soins « Los Hornos », Sierra de Fuentes. Après avoir pris son envol le 22 janvier, elle passera une semaine dans une zone basse et encaissée où sa remontée semble difficile. Le 30 janvier, elle arrive finalement à remonter et part vers le nord-ouest en direction de Digne, puis redescend dans le Haut-Var, les Alpes Maritimes, les Ecrins puis l’Isère. Elle est depuis régulièrement observée dans le secteur des Gorges du Verdon.

Mistral est équipée d’une balise GPS permettant de suivre ses déplacements, mise à disposition de la LPO par le Grand parc du Puy du fou et la LPO Grand causses.

Vous pouvez suivre ses déplacements : http://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux/vautours-du-verdon/geolocalisation-de-voltige

 

VOLTIGE est une femelle née en nature en 2013 et recueillie au centre de soins « Los Hornos », Sierra de Fuentes tout comme MISTRAL. Remise en volière après une blessure à la patte gauche, elle retente sa chance le 27 janvier et s’envole le 28, et reste dans la région du Verdon depuis.

Voltige est équipée d’une balise GPS permettant de suivre ses déplacements, mise à disposition par le Grand parc du Puy du fou et la LPO Grand causses.

Suivez ses déplacements : http://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux/vautours-du-verdon/geolocalisation-de-voltige.

 

 Lâcher du 21 septembre 2015

BERNARDUS est une femelle née en mai 2015 en captivité au parc zoologique de Pairi Daiza en Belgique dans le cadre du Programme d’Elevage en captivité d’Espèces menacées (EEP) du Vautour moine.  3 heures après l'ouverture de sa volière, elle sort et prend son envol aussitôt. Elle passera la nuit sur une crête à quelques centaines de mètres de là. A partir du 25 septembre, elle s’éloigne du Verdon et visite le Luberon, les Baronnies, les Grands Causses prouvant ainsi sa maitrise du vol.  Elle visitera ensuite l’Espagne, parcourant 11 500 km entre le 8 novembre 2015 et le 1er mai 2016, avant de remonter vers l’Allemagne. Elle reste actuellement non loin du Parc National de Cabaneros, au Sud de Tolède, en Espagne.

Elle est équipée d’une balise GPS financée par Pairi Daiza et possède certaines plumes décolorées afin de la reconnaitre en vol.

Vous pouvez suivre ses déplacements : http://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux/vautours-du-verdon/geolocalisation-de-bernardus.

 

Lâcher du 9 septembre 2014

LUCIE est une femelle née au Bioparc de Doué la Fontaine le 5 mai 2014. Elle quitte la volière le 9 septembre et effectue rapidement ses premiers vols autour de Rougon. Elle montre d'emblée une bonne capacité au vol et une volonté de prospecter son nouveau territoire. Ses déplacement sont visibles ici.

MONACO est un mâle né au Grand Parc du Puy du Fou le 9 mai 2014. Il sort de la volière quelques minutes après Lucie et la rejoint au milieu des vautours fauves. A la différence de Lucie, il ne s'éloignera jamais du site de lâcher. Malheureusement, il a été retrouvé mort deux semaines plus tard à proximité des volières.

Pour la première fois dans le Verdon et en France, ces oiseaux ont été équipés de balises GPS (gracieusement offerte par les zoos d'origine) permettant de connaitre et d'étudier très précisément le déplacement de chacun des oiseaux, notamment lors de la phase d'erratisme juvénile.

Plus d'infos sur ce lâcher : http://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux/vautours-du-verdon/vautours-actualites/3753-renforcement-de-la-population-de-vautour-moine-du-verdon-la-cooperation-se-poursuit

 

Lâcher du 11 mars 2013

CASSIOPEE est une femelle née en Estrémadure en 2010 (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Elle quitte la volière le 12 mars et effectue ses premiers vols autour de Rougon durant 2 jours. Du 28 avril au 7 mai, elle stationne en Italie dans la région du Stelvio, Nord de la Lombardie. Un mois plus tard, le 6 juin elle est observée dans les Baronnies (Vautours en Baronnies) puis du 10 au 14 juin à Rougon. Enfin, le 30 juin, elle est approchée et photographiée au Col du Chaussy, vallée de la Maurienne, Savoie, apparemment affaiblie (S Chedru). Le lendemain, elle n'y est plus observée ni contactée par radiopistage.


ORION est un mâle né en Estrémadure en 2010 (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Le lendemain du lâcher, il est contacté assez bas sous les volières. Le 13 mars, il reprend de l'altitude et vole bien les jours suivant puis reste cantonné sur une crête au-dessus de Rougon. Malheureusement, il est retrouvé mort le 3 avril sur cette même crête. Son cadavre sera transmis au CNITV pour autopsie et analyses toxicologiques.
Lâcher du 19 novembre 2012

NESTOR est né en 2009 dans les Causses. Il sort de la volière à 12h43, traverse le charnier en vol puis s'intègre à la curée. Les jours suivants, Nestor reste autour de la volière puis il se cantonne successivement dans le village de la Martre (83) du 7 au 15 février 2013 puis du 17 février au 10 mars dans le village de Vergons (04). Le 18 mars, il est de retour à Rougon. Depuis, Il fréquente encore très assidument le Verdon.

CICADELLE est une femelle née en 2010, originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Elle quitte la volière à 12h55 et s'envole à 12h57. Elle perd de l'altitude et effectue de petits vol au pied de la Barre de l'Aigle. Elle reste cantonnée autour de la falaise durant plusieurs jours puis s'enfonce dans le Grand canyon le 28 novembre. Le 1er décembre elle profite du vent pour prendre de l'altitude et quitter le site, elle ne sera pas revue.

CIEN est originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes) et né en 2009. Il s'envole immédiatemment en sortant de la volière à 13h07. Comme Cicadelle, il se cantonne sous la falaise jusqu'en fin de journée. Après plusieurs jours autour de Rougon, il part le 23 novembre en milieu de journée. Le 28 novembre, il est observé à Tallard, Hautes-Alpes. Au cours de l'année 2013, il aura beaucoup voyagé faisant escale dans les Causses, les Baronnies, la Loire, l'Ardèche et enfin la Lozère depuis le 28 octobre 2013.

 

Lâcher du 15 novembre 2011

BURGERS ZOO est née le 29 mai 2011 au Burgers Zoo d'Arnhem (Pays-Bas). Le 16 novembre, entre 12h33 et 13h15, cette femelle fait 5 petits vols autour des volières. A 13h58, elle arrive à prendre une ascendance et gagner de l'altitude. Elle s'élève de plusieurs centaines de mètres et part vers le Grand canyon. Nous la captons au récepteur jusqu'à 14h35. A la nuit, vers 18h00, depuis la route des crêtes, au bord du Grand canyon, elle est captée en direction du Mourre de Chanier, point culminant du secteur. Le lendemain, bien que nous soyons sur place dès 8h00, nous n'avions plus de contact. Elle est contactée au bout d'une semaine en Camargue, Arles, Bouches du Rhône. Ainsi, le 23 novembre, elle est observée à 14h15 au-dessus des Marais du Vigueirat par Grégoire Massez « volant au ras de l'eau, comme si elle venait de décoller, et file tranquillement vers le s-sw harcelée par les busards des roseaux et corvidés du secteur, puis par une femelle de F. pèlerin ». Ensuite, Pierre Foulquier la repère un peu plus au sud : « Cercle à 14h40 pas très haut dans le ciel. Cercle au-dessus de la plage puis descend très bas pour disparaître derrière une dune (observée depuis le poste de secours de la plage de Piémanson). Non retrouvée plus loin ni vers le Cabanon après sa disparition. ». Enfin, vers 15h00, André Blasco l'observe une dernière fois « se dirigeant lentement vers le sud. Au passage houspillé par un Laridé ». Il n'y a pas eu d'autre observation durant les jours suivants.

ROUGON est un mâle né le 7 juin 2011 originaire du Puy du Fou (Vendée). Le 16 novembre, il a rapidement perdu de l'altitude et s'est cantonné sous la falaise des volières, au-dessus du Verdon et légèrement en aval pendant quelques jours. Le samedi 19, aidé par le vent d'Est, il est arrivé à remonter et se poser sur une crête vers le village de la Palud sur Verdon. Le lendemain, il s'est rapproché des volières et a pris de l'altitude puis il a disparu. Comme Burgers Zoo, Rougon réapparait une semaine après sa disparition. Le dimanche 27 novembre, Eric Barthélemy l'observe et le photographie dans le Vallon de Nerte, à l'Est de Marseille, en limite du Champ de Tir de Carpiagne. Le lendemain 28 novembre, deux observations s'enchainent dans la matinée, toujours autour de Marseille. Vers 9h30, il vole au-dessus du sémaphore de Callelongue (Frédéric Lussi). En fin de matinée, Christophe Lauzier, Mathieu Imbert et Patrick Vidal le repèrent sur l'Île Pomègues, houspillé par les goélands. Vers midi, il repart au nord vers l'Estaque. Il est trouvé mort dans une tour de refroidissement d'eau industrielle le 17 février 2012 à Martigues.

 

Lâcher du 13 novembre 2010

CALLISTO est une femelle née le 2 juin 2010 à l'Alpenzoo d'Innsbruck (Autriche), puis placée dans les volières de Rougon le 2 septembre 2010. Elle sera libérée le samedi 13 novembre mais ce n'est que le lendemain matin qu'elle prendra son envol. Ce jour là, deux vols l'ont mené jusqu'à Fournans, à 4 km de Rougon, où elle a passé sa première nuit en liberté au sommet d'un pin. Lundi 15 au matin, un fort vent de Sud-est l'entraine par jusqu'au pied du Chiran, à environ 10 km au Nord-ouest des volières. Le 20 novembre, Callisto est observée, posée sur une cheminée à Mougins, à côté de Cannes, Alpes Maritimes (P Roque). Deux jours plus tard, elle est observée sur les communes de Marie et de Venanson dans la basse vallée de la Tinée, Mercantour, (C-H Traversier). Nous sommes, depuis ce jour, sans nouvelles de Callisto.

 

Lâcher du 18 octobre 2009

FRANC est un mâle né le 28 avril 2009 au zoo d'Ostrava (Tchéquie). Le personnel du zoo l'a amené le 10 septembre. Franc a été contacté sur le site pour la dernière fois le 28 octobre et n'a pas été revu depuis.

SIRIUS est né le 7 mai 2009 au zoo de Bochum (Allemagne). Il a été placé en volières le 3 septembre, après le lâcher, il est contacté sur le site le 28 octobre. Sa présence est relevée toute la fin de l'année 2009 dans les Baronnies. Par la suite, il sera noté quelque fois à Rougon entrecoupé par des visites dans les Alpes Maritimes et même en Espagne. En 2011, cet oiseau semble préférer les Baronnies au Verdon (2 contrôles à Rougon contre 8 dans les Baronnies), théorie vérifiée puisque tous les contrôles de 2012 seront réalisés dans les Baronnies. En 2013 même schéma, 18 contrôles pour les Baronnies, un seul pour le Verdon. Cet oiseau est en réalité en couple depuis le printemps 2012 dans les Baronnies.

 

Lâcher du 9 décembre 2009

ROXANE est originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes) et née en 2006. Il s'agit probablement d'une femelle. D'emblée, elle a fait preuve d'une grande capacité de vol. Elle est régulièrement observée dans le Verdon jusqu'au 16 juin 2010 pour ensuite disparaitre.

CYRANO est un mâle originaire d'Estrémadure né en 2006 (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Il montre une moins bonne maitrise du vol que Roxane mais il arrive à remonter régulièrement au charnier. Il est présent à Rougon de fin décembre à début février. Il sera retrouvé mort à proximité du charnier le 16 février 2010. L'autopsie réalisée par Florence Roque (CNITV) a mis en évidence un « animal est cachectique avec une anomalie cardiaque manifeste : cœur de très petit volume (moitié de sa taille normale), avec parois très fines, anomalie au niveau des valvules (épaississement anormal) ».

 

Lâcher du 2 août 2008

JEAN est un mâle né le 12 mai 2008 au zoo de Planckendael (Belgique). Il a été lâché au taquet le 2 août 2008 avec Julia et s'est envolé le 31 août à l'âge de 112 jours. Il a été observé la première fois aux volières de Rougon le 27 septembre et il a participé le 22 octobre à une curée avec 76 vautours fauves. Depuis, il est observé régulièrement sur Rougon lors des curées mais aussi dans les Baronnies.
En 2011, il forme un couple avec une femelle exogène (Exo1) et ils débutent la construction d'une aire en février dans le Verdon. Ils vont ensuite nicher dans les Baronnies (échec) et reviennent dans le Verdon début juin.
De janvier à mi mars 2012, ils alternent entre Verdon et Baronnies puis disparaissent pendant quasi un mois sans être contacté sur l'un des deux sites. Le couple réapparait à Rougon le 18 avril. Ils fréquentent le Verdon régulièrement jusqu'à 27 octobre puis ils séjournent dans les Baronnies et reviennent à Rougon le 28 décembre.
En 2013, Jean et Exo1 ont enfin concrétisé les prémices des années précédentes. En effet, après avoir préparé le nid en janvier et février, la ponte est déposée entre le 19 et 26 février. L'éclosion a eu lieu mi-avril. Le poussin a été bagué au nid le 19 juin et Phénix s'est envolé le 3 septembre. Son envol est un événement historique pour la région puisque la dernière reproduction connue dans les Basses Alpes (Alpes de Haute Provence) date de 1856, il y a 157 ans !

JULIA est une femelle née le 15 mai 2008 au zoo de Planckendael (Belgique). Elle a été lâchée au taquet avec Jean le 2 août 2008 et s'est envolée le 8 septembre à l'âge de 118 jours. Elle a été observée la première fois aux volières de Rougon le 7 octobre. Elle y est observée régulièrement ainsi que dans les Baronnies ou plus ponctuellement dans le Mercantour. La dernière observation date du 16 octobre 2012 à Rougon.

 

Lâcher du 7 septembre 2008

JASON est un mâle originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Il passera deux ans à faire des allers-retours Verdon-Baronnies, la dernière observation a été réalisée fin septembre 2010 dans les Baronnies.
MORIO est un mâle originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes) né en 2005 ou 2006. Il a disparu du site depuis le 26 décembre et n'a pas été revu.

Déplacements de Thecla de 2009 à 2010THECLA est une femelle originaire d'Estrémadure (Centro de recuperación « Los Hornos » - Sierra de Fuentes). Parmi tous les vautours moines libérés, Thécla est celui qui a été le plus erratique à l'échelle de l'Europe. En 2009, elle quitte Rougon début janvier, passe en Haute-Savoie le 13 janvier pour atteindre la République Tchèque le 24 janvier. Elle réapparait successivement le 4 juin en Ardèche et le lendemain dans les Alpes maritimes puis le 16 juillet dans le massif des Ecrins en Isère. En 2010; son envie de voyage est plus grande, elle est identifiée le 24 et 25 mars dans le Nord-Ouest des Pays-Bas puis le 3 avril, le 15 septembre et le 3 octobre au Danemark ! Par la suite, elle est contactée une ultime fois le 25 mars 2011 au charnier des Baronnies.

 

Lâcher du 12 décembre 2007

ALCYONE, originaire d'Estrémadure, est né en 2003 ou 2004. Cet oiseau est très fidèle au Verdon. Il est à noté une excursion non loin de là, de juillet à septembre 2008 dans le Mercantour. En 2009 et 2010, aucune observation hors des gorges du Verdon n'a été rapportée. Pour 2011 et 2012, seulement trois observations en dehors du Verdon, toutes dans les Baronnies. Début 2014, il est toujours présent à Rougon. Sa présence est souvent liée à celle de « Québec » né dans les Causses en 2012.

STEHELINE, femelle originaire d'Estrémadure, est née en 2003 ou 2004. Durant sa première année de liberté cet oiseau est fidèle au site de Rougon avec seulement un contrôle dans le Mercantour pour l'année 2008. C'est en février 2009 qu'elle décide de s'éloigner pour passer quelques jours dans les Causses avant de revenir à Rougon pour finalement repartir dans les Baronnies où elle s'établira en couple avec « Alep », mâle réintroduit dans les Baronnies en 2005. Après des échecs de reproduction en 2010 et 2011, elle réussie sa première reproduction en 2012, menant un jeune à l'envol.

 

Lâcher du 29 octobre 2006

HORNOS, mâle originaire d'Estrémadure, est né en 2003 ou 2004. Il est libéré le 29 octobre 2006 et est présent très régulièrement à Rougon jusqu'au 12 mai 2007. Il est ensuite identifié les 13 (Caussols), 17 (Gilette) et 19 mai (Cipières) dans les Alpes Maritimes, ce seront les derniers contacts avec cet oiseau.

WUPPER est une femelle née au Zoo de Wuppertal en 2005. N'ayant jamais volé en nature, elle se retrouve assez bas sous la falaise des volières. Elle arrive à reprendre de l'altitude le 1er novembre et poursuit son apprentissage sous un vent soutenu qui la décale progressivement vers l'ouest. Le 3 novembre en fin de matinée, elle s'élève suffisamment haut, passe derrière une crête à 1700 m et disparaît jusqu'au 7 novembre où elle nous est signalée sur la place du village d'Estoublon, à 25 km de Rougon. Son manque d'expérience du vol et les risques de collision et d'électrocution (proximité d'une route et d'une ligne électrique à moyenne tension) nous incitent à la capturer et la replacer en volière pour un lâcher ultérieur. Elle est lâchée de nouveau le 12 décembre 2007 puis est retrouvée morte le 25 janvier 2008 sur le charnier.

 

Lâcher du 20 aout 2005

ARNHEM est un mâle né le 27 mai 2005 au Burgers Zoo de Arnhem (Pays-Bas). Il a été lâché au taquet. Contrairement à Doué, Arnhem a longuement séjourné sur la vire (34 jours) et s'est envolé le 22 septembre 2005. Dès le 24 septembre, il volait correctement. Il est resté autour du site jusqu'à début octobre, se nourrissant régulièrement sur la vire, parfois en présence d'aigles royaux. Il est observé pour la première fois à Rougon avec les vautours fauves le 31 octobre puis de nouveau sur le site de taquet le 7 novembre. Sans contact jusqu'au 26 novembre où il réapparaît en vol avec les vautours fauves et participe à la curée sur le charnier des volières à Rougon. Nous remarquons qu'il a entre temps perdu sa bague darvic. En 2006, Arnhem fréquente en alternance le Verdon, les Baronnies et le Vercors. Par la suite et jusqu'à ce jour, Arnhem est très fidèle au territoire du Gorge du Verdon, il est régulièrement vu au charnier et dans l'aval des gorges accompagnant les Vautours fauves.

DOUE est un mâle né le 20 mai 2005 au Zoo de Doué-la-Fontaine (Maine et Loire). Il a été lâché au taquet en 2005 en compagnie d'Arnhem. Il s'envole précocement le 25 août alors qu'il n'a que 98 jours. Il apprend tant bien que mal à voler dans le secteur du taquet. Après deux dépôts de nourriture à proximité, qu'il trouve et mange, il effectue son premier gros vol le 19 septembre. Il prend une ascendance, s'élève d'environ 200 m, traverse la vallée du Verdon et disparaît dans un nuage à proximité d'un sommet. Ensuite, il ne sera plus observé et il est probable qu'il n'ait pas trouvé à manger. Malheureusement, il est retrouvé mort le 2 octobre par un randonneur sur la commune d'Aiguines (Var) à 18 km du site de taquet. Selon le rapport d'autopsie rédigé par Thierry Buronfosse (Centre National d'Informations Toxicologiques Vétérinaires), « Le vautour moine identifié comme MNHN n° TY-3882 est un oiseau mâle immature présentant un état de maigreur (4 kg) et d'amyotrophie avancé ayant reçu 8 projectiles plombés. Ces projectiles ont été tirés plutôt de face avec une orientation sur le côté gauche de l'animal et dans un plan inférieur à celui de l'oiseau. La plupart des plombs sont restés dans le tissu conjonctif sous-cutané laissant imaginer que la percussion a été réalisée avec une faible énergie cinétique (distance de tir éloignée). Aucun de ces plombs n'a apparemment porté de coup mortel mais deux d'entre eux (plomb n°2 et 3) ont occasionné des dommages tissulaires invalidant pour l'oiseau ne lui permettant pas de reprendre une activité de vol et de prospection normale, surtout chez un animal inexpérimenté et fortement débilité.»

Radio de DoueIl s'agit du premier cas de tir de Vautour moine en France depuis son retour grâce à la réintroduction dans les Causses puis les Alpes (Baronnies et Verdon). La LPO PACA et le parc zoologique de Doué la Fontaine ont porté plainte contre X pour cet acte de destruction délibéré.

Vous êtes ici : Accueil Protection Espèces Oiseaux Vautours du Verdon Le programme vautours du Verdon