Vautours du Verdon

Une vie de vautour

Sommaire

Portrait d'un géant inoffensif

Le Vautour fauve (Gyps fulvus) se reconnaît à son long cou recouvert d’un fin duvet, à sa collerette blanche, et à son plumage fauve. Son bec recourbé et ses serres nous rappellent qu’il est un rapace. Son envergure imposante de 2,5 à 2,8 mètres en fait l’un des plus grands rapaces d’Europe. Malgré sa taille c’est un oiseau incapable de capturer une proie vivante. Son poids (8 à 10 kg) ne lui permet pas de se déplacer en vol battu très longtemps. Oiseau planeur par excellence, il se laisse porter par les masses d’air en mouvement pour s’élever en spirale et sans effort à plusieurs centaines de mètres au-dessus du relief, et parcourir ainsi de grandes distances. Il profite ainsi des ascendances thermiques produites par le réchauffement solaire du sol et des falaises. Mais il sait aussi se servir des courants de pente crées par le vent qui bute contre le relief et que les rapaces empruntent en longeant la crête.

 

Vautour fauve (photo : Jean-Marie Rossi)

Ces oiseaux nichent uniquement en falaise. Ce sont des rapaces rupestres qui utilisent aussi cet habitat pour le repos diurne et nocturne. Grégaires, ils vivent en groupe au sein d'une colonie comptant parfois plusieurs centaines d'individus. Ce mode de vie leur facilite la recherche de nourriture lors des déplacements. Lorsque l’un d’eux repère une carcasse, il s’en approche, indiquant par là même aux autres vautours la présence de nourriture. Ainsi, en quelques minutes, la colonie complète est prête à commencer la curée. Après leur passage, seuls resteront les os et la peau. Les vautours pourront alors jeûner plusieurs jours consécutifs.