Buse féroceLe trafic d'espèces animales et végétales est la troisième source de revenu illicite, après la drogue et les armes (6 milliards d’euros par an), ainsi que la deuxième cause de la disparition de certaines espèces.

 

La CITES (Convention de Washington)

Une Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction est entrée en vigueur le 1er juillet 1975 pour lutter contre ce trafic et réguler le commerce.

 

Le trafic en région PACA

Jeune Renard rouxLa région PACA est fortement touchée par le trafic des rapaces, notamment la buse féroce et le faucon lanier. Le Centre récupère régulièrement des individus échappés ou remis dans la nature intentionnellement.

Un autre trafic existe, moins connu, celui des espèces « indigènes ». Les oiseaux qui paient le plus lourd tribut sont en tête le chardonneret élégant, le verdier d’Europe, le tarin des aulnes, le bouvreuil pivoine ou encore la linotte mélodieuse.

Pourtant toutes ces espèces sont protégées en France par la loi de protection de la nature du 10 juillet 1976 (art. L411-1 du Code de l’Environnement) et l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 fixant la liste des espèces protégées qui interdit notamment : la capture, l’enlèvement, le transport, la détention, la vente ou l’achat. Tout contrevenant est passible d’une amende et d’une période d’emprisonnement.

Les trafiquants capturent ces oiseaux dans les parcs, bois, jardins ou friches puis la « marchandise » est écoulée sur des marchés, dans des animaleries et oiselleries, par le biais des petites annonces parues dans des journaux ou sur Internet. La LPO, depuis de nombreuses années, œuvre pour faire reculer le trafic d’oiseaux.

 

Comment agir contre ce trafic ?

Verdier d’EuropeChacun d’entre nous peut agir contre ce trafic d’oiseaux. Si vous refusez d’être complice de ce pillage de notre patrimoine naturel, vous pouvez lorsque vous constatez une infraction (capture, détention, ou vente de ces espèces) :

  • vous rendre au Commissariat ou à la Gendarmerie Nationale pour porter plainte ou écrire au Procureur de la République du tribunal de Grande Instance de votre domicile.
  • vous pouvez aussi faire constater l’infraction par des agents habilités (gardes ONCFS ou agents des douanes).
  • le signaler auprès de la LPO.

 

Informer votre entourage

Vous pouvez également informer votre entourage de l’existence de ce trafic. Beaucoup d’acheteurs ne savent pas reconnaître les espèces domestiques comme les canaris, élevés en captivité, des espèces « indigènes » appartenant à notre patrimoine naturel. L'équipe du Centre est disponible pour former les agents de police à la reconnaissance des espèces, mais aussi pour organiser auprès du grand public des campagnes d'information.

 

Informations complémentaires