Depuis 1999, le Vautour fauve vole à nouveau au dessus des Gorges du Verdon. Le résultat du pari fou d'une poignée de passionnés de la nature et des oiseaux. Disparu de Provence depuis plus d'un siècle, le magnifique planeur retrouve sa place au sein d'un écosystème montagnard encore bien préservé. La LPO PACA est heureuse de vous accueillir au belvédère de Rougon, site dédié à l'observation des vautours ainsi qu'à la connaissance et à la conservation de l'un des fleurons de notre faune méditérranéenne.

 

Pourquoi réintroduire le Vautour fauve ?

  1. Le Vautour fauve nichait autrefois en Provence et les Gorges du Verdon sont toujours un milieu écologiquement très favorable à sa présence. Les réintroductions en France et en Italie ont permis de reconstituer le lien entre les populations européennes, de la Péninsule ibérique aux Balkans, facilitant les échanges et les mélanges entre colonies.
  2. Ce rapace nécrophage strict joue le rôle important d’éboueur de la nature. En effet, il consomme rapidement les charognes et son appareil digestif élimine toutes les bactéries et les virus. Cela limite la propagation des maladies, les sources de pollution et protége ainsi les nappes phréatiques, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables tels que les Préalpes du sud.
  3. La présence d’une colonie de vautours fauves favorise le retour d’autres rapaces nécrophages comme le Vautour percnoptère, le Gypaète barbu et le Vautour moine. Cette dernière espèce va d’ailleurs bientôt bénéficier d’une opération de réintroduction dans les Alpes du sud (Baronnies et Verdon).
  4. Cette espèce spectaculaire est facilement observable toute l’année et constitue un outil pédagogique très intéressant pour l’information et la sensibilisation à l’environnement des scolaires et du grand public.
  5. Cette opération de réintroduction constitue un moteur de développement local durable au travers de l’écotourisme, dans un cadre naturel exceptionnel.

 

Depuis 1999, le Vautour fauve vole à nouveau au dessus des Gorges du Verdon. Le résultat du pari fou d'une poignée de passionnés de la nature et des oiseaux. Disparu de Provence depuis plus d'un siècle, le magnifique planeur retrouve sa place au sein d'un écosystème montagnard encore bien préservé. La LPO PACA est heureuse de vous accueillir au belvédère de Rougon, site dédié à l'observation des vautours ainsi qu'à la connaissance et à la conservation de l'un des fleurons de notre faune méditérranéenne.

 

Pourquoi réintroduire le Vautour fauve ?

  1. Le Vautour fauve nichait autrefois en Provence et les Gorges du Verdon sont toujours un milieu écologiquement très favorable à sa présence. Les réintroductions en France et en Italie ont permis de reconstituer le lien entre les populations européennes, de la Péninsule ibérique aux Balkans, facilitant les échanges et les mélanges entre colonies.
  2. Ce rapace nécrophage strict joue le rôle important d’éboueur de la nature. En effet, il consomme rapidement les charognes et son appareil digestif élimine toutes les bactéries et les virus. Cela limite la propagation des maladies, les sources de pollution et protége ainsi les nappes phréatiques, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables tels que les Préalpes du sud.
  3. La présence d’une colonie de vautours fauves favorise le retour d’autres rapaces nécrophages comme le Vautour percnoptère, le Gypaète barbu et le Vautour moine. Cette dernière espèce va d’ailleurs bientôt bénéficier d’une opération de réintroduction dans les Alpes du sud (Baronnies et Verdon).
  4. Cette espèce spectaculaire est facilement observable toute l’année et constitue un outil pédagogique très intéressant pour l’information et la sensibilisation à l’environnement des scolaires et du grand public.
  5. Cette opération de réintroduction constitue un moteur de développement local durable au travers de l’écotourisme, dans un cadre naturel exceptionnel.

 

Objectifs

Ce programme de réintroduction a pour objectif la recolonisation des Alpes du sud et notamment de la Haute Provence par le Vautour fauve. Il s’est mis en place dans le cadre du collectif Alpes du sud et en liaison avec les autres sites de réintroduction (Baronnies et Vercors/Diois). A partir des paramètres écologiques de l’espèce et de l’expérience acquise lors des précédentes opérations de réintroduction (Causses, Gorges de la Vis et Baronnies), un tel programme se réalise avec deux sous- objectifs :

  • La fixation d'une colonie de reproduction.
  • L'émancipation alimentaire.

 

Historique

Historique

Suite à la réussite de la réintroduction du Vautour fauve dans les Grands Causses, des projets alpins naissent dans les Baronnies (association Vautours en Baronnies), le Vercors (Parc naturel régional du Vercors), le Luberon (Parc naturel régional du Luberon) et le Verdon (association Vautours en Haute-Provence). Les porteurs de projet se rassemblent au sein d’un collectif Alpes du Sud et une étude de faisabilité évalue les projets. L’association Vautours en Haute-Provence (VHP) est créée en 1993 par Jean-Michel TABARD et Pierre MAIGRE. Le "Projet de réintroduction du Vautour fauve Gyps fulvus dans la région naturelle du Verdon" est rédigé l’année suivante. A partir de 1995, VHP se mobilise dans les différentes étapes nécessaires à la réalisation du projet : sensibilisation de la population locale, recherche de terrains et de partenaires techniques et financiers (Office National des Forêts, Parc naturel régional du Verdon, Espaces pour demain), obtention des autorisations administratives (Ministère de l’Environnement, Préfecture des Alpes de Haute Provence), construction des volières sur la commune de Rougon et récupération des premiers vautours en 1997.

Libération d'un vautour fauve © Pierre MaigreAfin de soutenir ses activités, VHP sollicite la Ligue pour la Protection des Oiseaux PACA (LPO PACA) qui crée en avril 2000 un poste de chargé de mission Vautours en Verdon pour assurer la pérennité du programme de réintroduction (équarrissage pour l’alimentation des vautours libres et captifs, poursuite des lâchers, suivi de la colonie et de la reproduction, animation et sensibilisation, communication, recherche de financements). En parallèle, l'ONF a recruté un objecteur de conscience spécialement détaché au programme vautours, jusqu'en avril 2002.

En novembre 2002, un second salarié est affecté au programme, afin de soutenir les actions en place et développer de nouveaux projets. Depuis 2000, pas moins de 30 stagiaires ont participé au programme de réintroduction.