Exemple d’un programme d’étude spécifique sur la chevêche d’Athéna

Au vu du déclin alarmant enregistré par l’espèce au niveau national, la chevêche d’Athéna fait l’objet de projets d’étude qui visent à mieux connaître sa répartition et sa biologie. Ces apports de connaissances permettent de définir des mesures de conservation adaptées aux différents contextes locaux. Dans la réalité, ces actions menées symbolisent souvent une forme d’engagement plus général pour le maintien de la biodiversité dans les milieux agricoles.

Dans le cadre d’un partenariat avec le Parc naturel régional du Luberon, soutenu par le Groupe d’Action Locale Luberon Lure, un projet d’étude et de protection de la chevêche d’Athéna, a été mené comprenant les actions suivantes :

  • Recensement des mâles chanteurs sur l’ensemble des secteurs favorables des communes du GAL Luberon Lure (440 km²).
  • Installation de nichoirs artificiels pour le suivi de la reproduction dans le cadre d’un programme de baguage agréé par le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux.

Le renforcement de population est une pratique qui vise à garantir la pérennité de noyaux de populations vivant encore à l’état sauvage par « l’injection » d’individus issus de captivité sur des zones favorables.

Si les populations de chevêche du territoire Luberon Lure ne paraissent pas menacées à court terme, il en est autrement en Lorraine ou dans les Cévennes, où les effectifs de cette espèce continuent de diminuer.

 

Perspectives : le suivi par radio pistage

Dans le cadre de ce programme d’étude mené sur la chevêche en partenariat avec le PNRL, le Centre projette une expérience de suivi par radio pistage sur des individus relâchés. Une telle entreprise, menée dans le cadre d’un protocole rigoureux et sur un nombre d’individus significatif (une vingtaine de jeunes sont recueillis chaque année), permettrait d’enrichir notre connaissance sur les conditions optimum de relâcher des oiseaux en mesurant le taux de survie des individus et leur capacité à coloniser les sites de réintroduction sélectionnés.