Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Surnommée « Chouette aux yeux d’or » en raison de ses yeux jaunes cerclés de noir, la Chevêche est une petite chouette territoriale et sédentaire. Elle fréquente une grande variété de milieux ouverts, notamment agricoles où elle se nourrit principalement d’insectes et de quelques micromammifères à l’occasion. Elle ne construit pas de nid et pond directement ses œufs dans une cavité. La destruction des habitats (abattage des vieux arbres, urbanisation…) et les pollutions chimiques sont les principales menaces qui pèsent sur l’espèce.

Lire la suite...De son nom scientifique, Philaeus chrysops est une des plus belles araignées de Provence et le second plus grand Salticidé d'Europe avec une taille de 7-12mm ! Le mâle est très caractéristique, arborant du rouge vif sur son abdomen et des poils orange jaune sur les pattes antérieures (la coloration est toutefois variable).

Lire la suite...Grand papillon de jour, le Morio fréquente les milieux boisés, tels que les forêts alluviales et les ripisylves de la région. Espèce migratrice dans le nord de son aire de répartition, certains individus passent l’hiver à l’état adulte dans des tas de bois ou des trous d’arbres et peuvent ainsi vivre près d’un an. Il ne visite que rarement les fleurs, préférant se nourrir de la sève issue des plaies des arbres ou du sucre des fruits très mûrs. Territoriaux, les mâles se posent sur des perchoirs à l’affût des femelles pour la reproduction.

Lire la suite...Largement réparti sur le globe, le Traquet motteux se retrouve de l’Amérique du Nord à la Sibérie orientale. Migrateur transsaharien, tous les individus passent l’hiver en Afrique tropicale et équatoriale, ce qui représente une migration de près de 30 000 kilomètres pour les individus provenant de l’Alaska. Actuellement nombreux sur la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, les individus sont en pleine migration pour retrouver leur site de nidification, principalement situés sur des massifs montagneux, comme les Alpes.

Lire la suite...Cette araignée est présente partout en France, elle peut être localement très abondante, notamment dans les jardins. Elle se tient à l'affût sous sa toile en forme de dôme et on la reconnaît à ses deux lignes jaunes bordant son abdomen. Malgré sa taille petite taille (5-7mm), elle est facile à observer au sol entre les tiges des plantes herbacées. De par sa grande abondance locale, il n'est pas rare d'observer les comportements de reproduction sur les toiles aux alentours du mois de juin (comme illustré ici, le mâle étant à droite et la femelle à gauche).

Lire la suite...Espèce des lagunes méditerranéennes, le Goéland railleur entame actuellement sa migration vers le nord de la méditerranée, où il va nicher en colonie. Il se différencie de notre Gabian (Goéland leucophée) par sa petite taille ainsi que son bec fin et bordeaux. Après un déclin dans les années 80, ses populations sont désormais florissantes, notamment grâce à la création d'îlots de reproduction. Les salins d'Hyères, de Berre et la Camargue accueillent chaque année cette espèce, où de nombreux couples sont présents.

Lire la suite...Espèce inoffensive, la Couleuvre vipérine est souvent confondue avec une Vipère. Elle s’en différencie par ses pupilles rondes, ses grosses écailles sur la tête ainsi que sa queue longue et effilée. Espèce semi-aquatique, la Couleuvre vipérine apprécie les zones humides de la région, telles que les cours d’eau et les mares, mais peut aussi se trouver en eau saumâtre, dans des marais ou des salins. Elle se nourrit essentiellement d’amphibiens et de poissons, qu’elle chasse principalement à l’affût.

Lire la suite...En ce début du mois de mars, les premiers Tircis émergent en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. D’une envergure de 4 cm, ce papillon apprécie les milieux boisés tels que les allées forestières, les parcs et les jardins arborés où il s’alimente du nectar des fleurs ou de la sève des arbres. Ce mâle, posé sur une branche, protège son territoire et attend l’arrivée d’une femelle pour s’accoupler. A l’approche, d’un rival, une lutte aérienne s’engage, au cours de laquelle le propriétaire des lieux évincera l’intrus de son habitat.

Lire la suite...Tantôt appelé Mégère (pour la femelle), tantôt appelé Satyre (pour le mâle), Lasiommata megera est un des papillons de jour les plus communs en France, présent partout en France. Les mâles se livrent à un comportement particulier, se perchant en haut des collines après une vive compétition laissant aux meilleurs mâles les points les plus culminants. Les femelles jugent ainsi les mâles à l'altitude de leur territoire.

Lire la suite...Limicole mimétique, la Bécasse des bois est une espèce appréciant les milieux boisés entrecoupés de prairies humides, où elle s’alimente de vers et de petits arthropodes durant la nuit. Hivernante en France, les effectifs nicheurs sont, quant à eux, estimés entre 6000 et 12 000 couples. Chassable dans pratiquement toute l’Europe, la France prélève, à elle seule, près d’un million d’individus chaque année. La Bécasse des bois est, durant l’hiver, commune sur les îles d’Hyères, comme en atteste ce cliché pris sur l’île du Levant.