Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Cousine orientale de notre Glaréole à collier, la Glaréole à ailes noires est une espèce très rare en France. Lors d’un inventaire pour la Métropole Toulon Provence Méditerranée, deux oiseaux ont été découverts près du marais du Pousset à Hyères par les observateurs de la LPO PACA. Migrateur au long cours, ce limicole hiverne en Afrique tropicale avant de rejoindre ses quartiers de reproduction situés en Europe de l’est et en Asie centrale ! Il s’agit de la première mention pour le Var.

Lire la suite...Opportuniste, le Goéland leucophée a su s’adapter à son environnement et niche aussi bien sur les falaises côtières que dans nos métropoles. Redoutable prédateur, il s’alimente de poissons, d’oiseaux, d’œufs, de poussins, de petits mammifères, ou de déchets ménagers. Certains Goélands leucophées sont migrateurs et quittent la Méditerranée dès la fin de la saison de reproduction, pour rejoindre l’Atlantique ou la mer du Nord.

Lire la suite...L’image de la semaine provient des salins d’Hyères où un Pluvier bronzé, espèce rare en France, a été découverte en ce début de mois de mai. Ce limicole élégant niche sur le continent américain de l’Alaska à l’île de Baffin et ne s’égare que très rarement en Europe souvent  à la faveur de fortes dépressions atlantiques automnales. Ses quartiers d’hivernage quant à eux se situent dans le sud-est de l’Amérique du sud. Cette observation en méditerranée et sur le territoire de la métropole est donc exceptionnelle.

Lire la suite...Après plusieurs heures passées en mer, un oiseau au vol mécanique rejoint la terre ferme, non sans avoir provoqué les attaques des Goélands leucophées. Harcelé, le Hibou des marais cherche un endroit isolé pour se reposer. De retour de ses quartiers d’hivernage africains, il rejoint les prairies humides et les marais du nord de l’Europe où il y possède une aire de répartition circumpolaire. Contrairement à beaucoup de rapaces nocturnes, il possède des mœurs assez diurnes qui peuvent représenter 65% de son rythme quotidien en été.

Lire la suite...Le Tournepierre à collier picore, sonde, pousse, ou retourne tous les éléments de l’estran notamment les cailloux ou les algues à la recherche de crustacés, de mollusques ou de vers. Après avoir passé l’hiver en Afrique de l’ouest, il rejoint actuellement l’Alaska, le nord-est du Canada et le littoral arctique du Groenland jusqu’à la Sibérie pour s’y reproduire. Pour réaliser cette prouesse, la présence de zones de halte migratoire devient une nécessité vitale. Gérés par la Métropole, les salins d’Hyères où cet individu a été photographié, fournissent la plus grande quiétude aux migrateurs épuisés.

Lire la suite...L’Alouette calandrelle est la plus petite alouette nichant en France. Nicheuse rare dans le Var, elle s’y observe principalement lors de sa migration. Espèce des milieux secs, chauds et ouverts, son bastion de reproduction reste la plaine de la Crau dans les Bouches-du-Rhône. Très mimétique avec son milieu, elle se repère à son chant aérien. En forte diminution dans toute l’Europe, elle fait face à la disparition de ses habitats steppiques, engendrée par l’agriculture intensive ou à l’inverse par l’abandon des pratiques agricoles traditionnelles.

Lire la suite...Cet oiseau au regard rouge écarlate vit et se reproduit au cœur des boisements inondés des marais. Il est actif au crépuscule et à l’aube, où il pêche dans la pénombre. Immobile, il attend le passage d'une proie qu'il harponne de son bec, secoue vigoureusement pour l’étourdir et l'avale la tête la première. Après avoir subi une forte diminution en France et dans toute l’Europe, causée par la disparition des zones humides, le Bihoreau gris semble reprendre désormais des couleurs.

Lire la suite...Le Moineau domestique est un des oiseaux les plus communs du territoire français, à l’exception de la Corse d’où il est absent. Peu farouche, il vit aussi bien dans des milieux parfois très anthropisés comme les grandes agglomérations, qu’à la campagne où il affectionne les hameaux ou les fermes. En déclin dans de nombreuses régions, il est victime du manque de ressources alimentaires, de l’agriculture intensive et de la raréfaction de ses sites de reproduction.

Lire la suite...Espèce protégée au niveau national, le Crapaud calamite, se distingue du Crapaud commun par une ligne dorsale jaune et par sa pupille horizontale noire bordée de jaune dorée. Nocturne, sa reproduction débute au mois de mars où il choisit des points d’eau temporaires pour déposer ses œufs. Il vit et hiverne dans un terrier, au cœur d’endroits sablonneux.

Lire la suite...Migrateur transsaharien, il est temps pour le Héron pourpré de rejoindre ses sites de reproduction européen. Inféodée aux roselières où il niche en colonie, ses doigts, plus longs que les autres hérons, lui permettent de marcher sur la végétation aquatique. C’est un pêcheur, qui se nourrit de petits poissons, d’amphibiens ou d’invertébrés aquatiques. De par ses exigences écologiques très particulières, Il est une espèce classée « en danger » dans la région Sud.