Actualités

Lire la suite...Ce mois-ci, le centre de sauvegarde a accueilli différents professionnels du programme de recherche sur le Circaète Jean-le-blanc, tous réunis dans le cadre d'une étude de l'impact des parcs éoliens sur les rapaces à l’aide de balises GPS. 

Lire la suite...Convaincue que le concept de Solutions fondées sur la Nature (SfN) a un fort potentiel, la Tour du Valat s’engage pour une société réconciliée avec la nature, solidaire et respectueuse du reste du vivant et expérimente cette approche SfN depuis plusieurs années, en collaboration avec ses partenaires : Gestion adaptative du littoral à l’élévation du niveau des mers, gestion en libre évolution des ripisylves, projets agroécologiques, outils interactifs pour la gestion de l’eau dans les marais… Autant d’approches qui ont été imaginées, mises en œuvre, évaluées et capitalisées par les équipes de la Tour du Valat et ses partenaires.

Lire la suite...Cette publication, réalisée par le Groupe régional d’experts sur le climat en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (GREC-SUD), coordonné par l’association AIR Climat, à l'initiative du Parc naturel régional du Luberon, a vocation à partager les connaissances scientifiques sur le changement climatique et ses effets à l’échelle du territoire Luberon-Lure. De nombreux contributeurs ont participé à ce cahier territorial en proposant des solutions concrètes en termes d’atténuation et d’adaptation au changement climatique : production d’énergies renouvelables, mobilité douce, économies d’eau et d’énergie, nature en ville, agroécologie…

Lire la suite...Le changement climatique observé depuis environ 150 ans n’est pas la cause majeure de la dégradation récente de la biodiversité. Une étude récente menée sur plus de 8 000 espèces menacées selon la liste rouge de l’Union Internationale de Conservation de la Nature montre en effet que les causes largement dominantes de leur déclin actuel sont la surexploitation des espèces sur les continents comme dans les océans, l’agriculture, l’élevage, de nombreuses modifications des sols par la déforestation et l’urbanisation, et les espèces invasives (Maxwell et al., 2016).

Lire la suite...La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur vient de lancer un appel à projet visant à soutenir la plantation d’arbres en ville. Dans le contexte de réchauffement climatique global attendu en zone méditerranéenne, les arbres ont, et vont avoir, une importance fondamentale de par les nombreux services écosystémiques qu’ils nous rendent (ombrage, rafraichissement, captation de carbone, production d’oxygène, purification de l’air, gestion des eaux pluviales...).

Lire la suite...En cette période de confinement, la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur réouvre son MOOC Nature for City LIFE sur la nature en ville et l’adaptation au changement climatique session initiale.

Lire la suite...Nicolas Dubos est l'auteur d'une thèse sur l'influence du climat sur la taille corporelle des passereaux Français. A la suite du concours international de vulgarisation scientifique "Ma thèse en 180 secondes" il a proposé une nouvelle version musicale de son sujet à travers une courte vidéo de vulgarisation scientifique en rap ouvrant le sujet à tous les publics, notamment les plus jeunes.

Lire la suite...Les changements climatiques vont profondément modifier la vie locale des Alpes du sud dans les années à venir. Il est important que les acteurs du territoire de la vallée de l’Ubaye anticipent ces changements et s’engagent à basculer dans la transition énergétique et écologique.

Lire la suite...Le changement climatique nous oblige à penser autrement nos modes de vie : favoriser les énergies renouvelables, reverdir nos centres-villes pour limiter les îlots de chaleur urbains, développer des modes de déplacement actifs non motorisés comme le vélo et la marche, repenser notre urbanisation en réintroduisant la nature, renouer avec des régimes alimentaires et des pratiques agricoles moins consommatrices d’eau et d’énergie…

Lire la suite...Un rapport spécial du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) montre que l'agriculture, l'exploitation forestière et l'industrie agro-alimentaire sont responsables de plus d'un cinquième des émissions responsables du changement climatique, en remplaçant les environnements naturels par des plantations et des champs et en dégradant les habitats naturels restants tels que les forêts et les zones humides.