Restez informé

etude crsfs

Pour la neuvième année consécutive, le centre de sauvegarde de la LPO PACA mène une étude sur le braconnage et les résultas sont alarmants...


Toutes les espèces de rapaces et hérons (diurnes et nocturnes) sont protégées en France, selon l’arrêté du 29 octobre 2009, il est donc interdit de leur porter atteinte.
La saison de chasse 2017-2018 se déroule du 10 septembre 2017 au 28 février 2018 en PACA.


Durant cette période chaque rapace et héron arrivés au centre sont radiographiés chez un vétérinaire bénévole.


Lorsqu’un individu arrive plombé, toute une procédure se met en place. L’oiseau est radiographié et un dossier complet est envoyé à l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). Ce dossier, appelé « dossier de signalement » est composé de :
- La fiche d’accueil de l’animal avec les coordonnées du découvreur et le lieu de découverte de l’animal,
- La radiographie de l’individu,
- L’attestation de plombs donnée par le vétérinaire ayant effectué la radio.

Depuis l’ouverture de la chasse en septembre, cette année nous avons déjà accueilli 62 rapaces dont 20 ayant été tirés illégalement. Les individus arrivés plombés représentent 32% de nos accueils (global) de rapaces. L’an dernier, le centre avait accueilli 38 rapaces au cours de la saison de chasse dont 11 plombés (soit 28% des accueils). Nous constatons que l’accueil de rapaces est plus important cette année, mais également le fort taux de braconnage.


Le braconnage a des conséquences lourdes sur l’environnement et même sur notre santé. Le plomb dans l’organisme provoque une intoxication particulièrement forte chez les oiseaux appelée le saturnisme. L'oiseau intoxiqué est d'abord victime de dépression, désorientation et de perte d'appétit. Des selles verdâtres et anormalement liquides apparaissent, parfois accompagnées de vomissements. En général l’oiseau plombé est très dur à trouver car il ne peut plus voler (et donc se nourrir), et il se cache des prédateurs. Lorsqu’il meurt, les nécrophages éliminent rapidement le cadavre et s’empoisonnent eux-mêmes. C’est ensuite toute la chaine alimentaire qui est affectée, nous pouvons donc nous aussi être des victimes du tir illégal.


Pour en savoir plus sur nos suivis en saison de chasse, retrouvez nos bilans en téléchargement : http://paca.lpo.fr/soins-animaux/documentations/telechargement