Gravelot à collier interrompu © Aurelien AudevardEn ce mois de juillet des milliers de vacanciers vont débarquer sur les plages du littoral méditerranéen sans que certains ne sachent qu’une vie animale essaye d’y perpétuer la vie. Mimétique et très discret, le Gravelot à collier interrompu est l’une de ces espèces pour lesquelles les milieux côtiers et dunaires ont une importance capitale pour la survie de leur espèce…

 

 

 

 

Qui est-il ?

Le Gravelot à collier interrompu est un petit limicole brun qui mesure une quinzaine de centimètres pour une quarantaine de grammes. Il se distingue des autres espèces de gravelots par sa taille un peu moindre, un collier noir ou brun interrompu sur une poitrine blanche immaculée. Le mâle possède un front blanc surmonté d’un bandeau noir, une calotte rousse, un dessus de couleur brun sableux, des pattes et un  bec noirs. La femelle est une version terne du mâle sans aucun contraste dans le plumage avec un collier interrompu brun grisâtre.

Le Gravelot à collier interrompu se reproduit du mois de mars au mois d’août. Le couple se forme et construit son nid dans des zones dénudées, caillouteuses et sableuses. Les plages de sable, de galets, les lagunes, les salins ont sa préférence pour l’installation du nid. Simple coupelle creusée dans le sol et décorée de coquillages et de quelques petits cailloux, le nid est parfaitement mimétique. Il accueille en moyenne trois œufs couvés durant 26 jours. Les poussins sont uniquement élevés par le mâle durant une période de quatre semaines, alors que la femelle est déjà en quête d’un mâle pour une nouvelle nidification.

Le régime alimentaire du Gravelot à collier interrompu est constitué de mollusques, de crustacés, de vers ou d’insectes.

Ce gravelot est présent sur de nombreux continents mais sa répartition en Europe est presque exclusivement littorale. On le retrouve sur les rivages de la Mer Baltique, de la Mer du Nord, de la Manche, de l’Atlantique jusqu’en Mer noire en passant bien évidement par la Méditerranée. Quelques populations relictuelles intérieures existent en Espagne, en Hongrie, en Autriche et dans les Balkans. La grande majorité de ces populations sont migratrices et vont pour la plupart hiverner sur les rivages de l’Afrique du nord-ouest et vers l’ouest du pourtour méditerranéen. Les salins d’Hyères jouent d’ailleurs un rôle important pour l’espèce en recevant près d’un cinquième de la population hivernante Française chaque année.

Le statut de conservation du Gravelot à collier interrompu est considéré comme préoccupant en France, notamment en méditerranée où un déclin généralisé est constaté. La principale menace pesant sur l’espèce est le dérangement humain, qui interfère sur le haut de plage, là où les activités de loisirs sont les plus importantes, d’où l’importance de zones protégées spécialement dédiées à la quiétude de l’avifaune dans ces milieux très sollicités par l’activité touristique. A cela, s’ajoute de nombreux prédateurs, notamment des couvées, comme le Renard roux, le Sanglier ou les corvidés. Autant dire, que l’avenir de ce gravelot miniature est loin d’être dégagé…

 

Pour le voir…

Les salins d’Hyères accueillent chaque année une petite population de 30 couples mais aussi une soixantaine d’oiseaux hivernants. Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour l’observer, des sorties nature dans les salins de Hyères sont organisées par la Ligue pour la Protection des Oiseaux en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Toulon Provence Méditerranée. Peut-être aurez-vous l’occasion de faire sa connaissance en compagnie de spécialistes des oiseaux contactez le 04 94 01 09 77 pour connaître les prochaines sorties.