Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Capture des Demi-deuil aux Combes © Marion FouchardDepuis 2017, trois sites de captage d’eau du Syndicat mixte des eaux de la région Rhône Ventoux (les Combes, Merveille et la Motte) font l'objet d'un suivi naturaliste plus poussé sur les insectes dans le cadre du programme Refuge LPO©. Cette année, la LPO PACA a souhaité se consacrer à l’étude des variations morphologiques de Demi-Deuil (Melanargia galathea (Linnaeus, 1758)) sur les deux sites qui comportent cette espèce : Les Combes et la Motte.

Grâce à leur localisation, à l’interface entre le sud-ouest et le sud-est, les populations de Demi-deuil des sites de captage d’eau comportent une grande diversité génétique. Cette diversité permet l'observation de 3 sous-espèces et de 8 formes relativement rares et difficiles à observer normalement.

217 individus ont été capturés, avec 60 % de mâles et 40 % de femelles. Concernant les sous espèces, la forme plus claire (Melanargia galathea serena Verity, 1912) et la forme nominative (Melanargia galathea galathea (Linnaeus, 1758)) ont été observées sur les deux sites, avec davantage de forme claire sur les Combes et davantage de forme nominative sur la Motte.

En prenant en compte les trois années d’observations, davantage de formes différentes ont été observées aux Combes (6, contre 5 à la Motte).

Demi-deuil - Melanargia galathea galathea © Marion FouchardDemi-deuil - Melanargia galathea galathea © Marion Fouchard

Selon des études scientifiques, les variations de couleur du Demi-deuil (sous espèces et formes plus ou moins foncées ou claires) seraient liées à un phénomène adaptatif lent et réversible en corrélation avec la xéricité des milieux et à l’altitude. Les taux d’apparition de certaines formes plus claires ou plus foncées seraient donc un indicateur des changements des microclimats des sites étudiés

La présence plus importante de la sous espèce plus claire serena Verity, 1912 sur le site des Combes serait donc reliée au fait que les milieux sur ce site sont plus xériques que ceux de la Motte.

Télécharger le rapport d'étude