Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Auribeau Inventaire naturaliste sur la commune d’Auribeau.  Je suis accueilli par un renard au début de la piste qui monte au Fort. Nous nous regardons et ce dernier repart dans les fourrés. La dernière fois c’était le coucou gris qui m’accueillait.  Nous pouvons dire qu’ils ont le sens de l’accueil sur la commune d’Auribeau. Vincent Demeyère adjoint au maire et Sonia Duhayer première adjointe au maire m’accompagnent tous deux sur le début de l’inventaire au cœur du village. Nous échangeons, toujours une oreille et un œil à l’affût, quelques reconnaissances d’oiseaux et de végétaux, quelques explications et anecdotes naturalistes.

Moro-Sphinx  par André SimonLe village d’Auribeau lové dans un écrin de verdure resplendit en cette fin de printemps. De nombreux oiseaux ont été contactés aujourd’hui avec des petits nouveaux, comme les martinets noirs, un oiseau ne se posant quasiment jamais, pas même pour dormir ni même pour se reproduire ; un couple de tarier pâtre ou encore la tourterelle des bois ont été également contactés. Cette dernière berce la forêt de son chant doux et rassurant. Les pouillots de Bonelli sont bien représentés également au début de la piste qui mène au Fort. Un mâle de bruant zizi, aux magnifiques couleurs jaune et noir pousse la chansonnette pour délimiter son territoire. Son chant, que je compare au son que produit le crotale serpent à sonnette, et un « zizizzi » qui lui a valu d’ailleurs son nom. Une buse a été observée faisant son tour de chasse sur la commune. Un chevreuil a été contacté derrière le fort, contacté grâce à ses aboiements caractéristiques. Précisons que le rut du chevreuil a lieu au mois d’août, période où il est possible d’entendre de nombreux chevreuils aboyer.  Au fond du vallon une grive draine m’entonne son chant triste. Je dis toujours pour reconnaitre le chant de cet oiseau, que c’est un merle en panne d’inspiration, un peu mélancolique. En contrebas juste sur le pourtour du village, l’alouette lulu est toujours bien présente et se reconnait grâce à son chant typique en cascade descendante. 

Ce qui est bien à Auribeau c’est que la méditerranée et la montagne se confonde. Nous sommes à la croisée des chemins ! Nous allons retrouver autant des espèces de garrigue comme l’alouette lulu, la fauvette mélanocéphale, ou encore l’ascalaphe, un névroptère de toute beauté, que des espèces plus montagnardes comme le papillon Ariane qui est une espèce de lépidoptère plutôt inféodée au milieu montagnard.

Le Flambé par Aurélien ZorziAu niveau des lépidoptères, de nombreux papillons ont été observés comme l’Azuré bleu céleste, la Mélitéé orangée et de Furshenser, le Flambé, le Machaon, la Mégère, la Piéride de la rave et du chou, le Vulcain, le Myrtil. Le Sylvain Azuré est également présent, ce magnifique papillon aux couleurs iridescentes vole en un cliquetis caractéristique. Soulignons que ce papillon pond uniquement sur les caprifoliacées et notamment le chèvrefeuille.

J’ai également aperçu plusieurs moro-sphinx et une zygène, papillons de nuit mais volant le jour. Le premier fait du vol stationnaire comme un colibri dépliant sa longue trompe pour butiner le nectar des fleurs, l’autre détient du rouge sur les ailes, couleur correspondante à des taches de cyanure, poison hautement efficace contre les prédateurs, ces derniers passant leur chemin en voyant cet insecte.

Michel Robbens-Ducloux le jardiner me confie que lorsque les buddleias sont en fleurs (d’ici quelques semaines), ce sont une myriade de lépidoptères qui virevoltent. Le buddleia, c’est ce que l’on appelle communément l’arbre à papillons. Attention toutefois car il s’agit d’une espèce végétale invasive et non locale, et donc bien veiller à ce que cette plante n’envahisse pas les autres espèces végétales et attention également à ne pas en mettre trop dans les jardins.

Le Tarier pâtre par Aurélien AudevardPour terminer sur une note végétale, trois espèces différentes d’orchidées ont été contactées avec l’orchis bouc et l’orchis pyramidal que l’on peut observer dans le parc de la commune et une petite station l’épipactis à large feuille que l’on peut apercevoir sur le bord de la piste en remontant vers le fort.

Encore une belle journée d’inventaire naturaliste sur la commune d’Auribeau !!