Lire la suite...Hôte fidèle des vieilles oliveraies, elle a lié son avenir en Provence à l’évolution des paysages et des pratiques agricoles. Elle niche dans les cavités qu’elle trouve dans les vieux arbres et le petit bâti rural. Véritable auxiliaire des cultures, elle a une prédilection pour les gros insectes et les petits mammifères (mulots, campagnols) qu’elle chasse dans les zones enherbées, à l’affût depuis un perchoir (arbre, clôture, toiture) ou directement au sol en les poursuivant.

Lire la suite...Les Baous accueillent en hiver des espèces qui nichent en montagne. Le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) peut être observé sur des rochers voire sur de vieux édifices. Posé, sa couleur grise lui permet de se fondre avec l’environnement. Il arpente les falaises à la façon d’un grimpereau en entrouvrant les ailes par saccades, montrant ainsi les tâches rouge cramoisi de ses ailes.

Lire la suite...Impossible à confondre avec une autre chauve-souris, la Barbastelle (Barbastella barbastellus) est noire des pieds à la tête et son dos est couvert de petites mèches plus claires. Ses oreilles noires sont très larges et se rejoignent sur le front. On retrouve cette espèce principalement dans les milieux forestiers mais elle peut se rencontrer dans des paysages agricoles si d’anciennes haies sont présentes.

Lire la suite...Le Martin-pêcheur (Alcedo atthis) se rencontre au bord des eaux calmes, propres et peu profondes ; son existence reposant sur la capture de petits poissons. L’eau doit rester assez claire pour un bon repérage des proies. Les martins nichent dans un terrier creusé habituellement dans la berge meuble et sablonneuse du cours d’eau.

Lire la suite...Plus grand rapace nocturne d’Europe, cet oiseau sédentaire niche dans les falaises en aménageant une simple dépression, le plus souvent sur une vire rocheuse. Il chasse dans les garrigues, prairies, pelouses et terres cultivées. La majeure partie de son régime alimentaire est constituée de mammifères (campagnols, rats, souris, hérissons, lapins, renards), mais aussi oiseaux et reptiles de toutes sortes.

Lire la suite...Cette grande chauve-souris du sud de la France affectionne particulièrement les falaises rocheuses méditerranéennes ainsi que les immeubles ou les ponts. Difficile de l’observer au fond de sa fissure ! Mais la nuit et parfois au crépuscule ses vols élevés rectilignes s’accompagnent de puissant « tsik » perçants, typiques et audibles par l’homme.

Lire la suite...Le sol constitué de roches calcaires est à l’origine de l’aridité de ces milieux : l’eau s’infiltre dans les profondeurs en dissolvant la roche et forme un relief dit « karstique ». L’altitude importante du plateau, l’absence d’eau en surface, et des incendies récurrents expliquent une certaine rudesse des conditions de développement de la flore.

Lire la suite...Cette fougère (Aspleniumscolopendrium) poussant à Vence dans les vallonsfrais, humides, ombragés ainsi qu’en bordure des cours d’eau, a des frondes (feuilles) allongées ondulées, luisantes, en forme de langue.

Lire la suite...Le Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) est un mammifère protégé. Bien que ne présentant pas d’enjeu de conservation, selon la liste rouge des mammifères de France, ses populations payent un lourd tribu à la circulation automobile et à l’appauvrissement de nos jardins.

Lire la suite...Cet amphibien très coloré est présent sur tout le territoire français. Ses habitudes nocturnes et ses déplacements réduits en font un animal discret pour qui ne sait pas le rechercher, par exemple lors des nuits douces et humides de l’automne.