Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Vautour moine © Fabrice Cahez La LPO a contribué à l’élaboration d’un nouveau plan national d’actions pour sauvegarder la population française de vautours moine. Participez à la consultation publique pour le soutenir !

Afin de sauvegarder la population française de vautours moine, constituée d'une cinquantaine de couples reproducteurs, le Ministère de la Transition Ecologique propose la conduite d’un troisième Plan National d’Actions pour la période 2021-2030, élaboré par la LPO et ses partenaires sous la coordination de la DREAL Occitanie

 Une consultation publique est ouverte jusqu’au 15 mars 2021 sur le site du Ministère pour recueillir l’avis des citoyens. N'hésitez pas à y participer pour soutenir le projet !

Présent en France depuis le paléolithique, le Vautour moine n’avait pas survécu à l’avènement de l’époque contemporaine. Les persécutions, le poison, la déforestation avaient sans doute eu raison de ce grand vautour arboricole. Sa réintroduction a été menée avec succès à partir des années 90 dans le sud du Massif central puis dans les Préalpes dès 2004. Cette population connait une croissance régulière mais très lente depuis la première nichée en 1996. En 2020, 48 couples se sont reproduits en France et 23 jeunes ont pris leur envol.  

 Avec des effectifs aussi réduits, la situation du Vautour moine en France demeure précaire, d’autant plus que la survie des individus est affectée par diverses causes de mortalité d’origine anthropique : électrisations, empoisonnement, éoliennes, etc. Une étude scientifique vient de révéler qu’une surmortalité de 10 adultes par an suffirait à entrainer une nouvelle extinction de l’espèce dans les 25 prochaines années, et il en faudrait bien moins pour freiner, voire arrêter, sa croissance.

Ce Plan National d’Actions doit permettre de répondre à plusieurs objectifs : 

  • poursuivre et terminer les lâchers de vautours moine dans le Verdon ;
  • suivre les populations françaises ;
  • évaluer la viabilité de l’espèce et ses modalités de dispersion ;
  • prévenir les risques et réduire les facteurs de mortalité ; 
  • maintenir et/ou améliorer la qualité et la quiétude des habitats de reproduction ;
  • rendre accessible et diversifier la ressource alimentaire sur les sites de reproduction et les corridors de dispersion.

 

Rubrique en lien : Vautours du Verdon

 

Source : Ça plane pour moine ! - Actualités - LPO