Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Relâcher Vautour fauve © Clément SabatierCe récit insolite commence sur un toit de la Valette-du-Var, le 7 janvier 2020. Dans la commune voisine de Toulon, les habitants aperçoivent un visiteur peu commun perché sur une maison : un Vautour fauve. Ce jeune, affaibli par une longue errance sur le littoral, va être pris en charge par le Centre de sauvegarde dans le Vaucluse pour retrouver des forces. Un mois et demi plus tard, le voyageur a regagné la montagne et termine son périple dans les paysages rocheux du Verdon. Son histoire est aussi celle d’une incroyable chaîne humaine...

 

Un vautour à la Valette-du-Var


Diagnostic du jeune vautour fauve © Marine SteinmannLes habitants de la Valette-du-Var n’ont pas pour habitude d'apercevoir des Vautours fauves perchés sur leurs toits. Ces rapaces vivent plutôt dans les hauteurs et les massifs montagneux, mais il arrive que des jeunes en quête d’un territoire s’éloignent de leur environnement naturel. Sur une route, le Mas des Terres rouges, le vautour est remarqué le 8 janvier par une varoise et sa fille, qui ont le réflexe d’appeler la police municipale. Les agents parviennent à attraper le rapace, sans quoi il n’aurait pas pu être secouru.
Une bénévole de la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur, Mélanie, s’est immédiatement proposée pour effectuer le transport du vautour de la Valette-du-Var jusqu’à Buoux, où se situent les locaux du Centre de sauvegarde de la faune sauvage. Dans l’après-midi du 8 janvier, le jeune vautour peut alors être pris en charge par l’équipe de soigneurs.

 

Une équipe aux petits soins


Mise en volière du jeune vautour fauve © Marine SteinmannAu Centre de sauvegarde, le vautour est isolé dans une volière pour ressentir le moins de stress possible. Les bénévoles et écovolontaires qui se succèdent jour après jour pour le nourrir utilisent une trappe aménagée pour déposer discrètement sa gamelle dans la volière. Son poids est suivi par les soigneuses et les volontaires en service civique suivent l’évolution de poids au fil des semaines. Un mois plus tard, l'état du vautour s’est amélioré. Il est temps d’organiser le relâcher du jeune dans le Verdon...

 

Un dernier trajet jusqu’au Verdon

Installé dans une grande caisse de transport pour chien, le vautour va effectuer un trajet d’un peu plus de deux heures sous la surveillance de la chargée du Centre de sauvegarde, Loriane Aubinais. La destination n’est autre que le Verdon, dans les Alpes de Haute-Provence.

Baguage du Vautour fauve © Flavie RoquilletUne fois sur place, l’équipe retrouve Sylvain Henriquet, responsable du programme Vautours à la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec l’aide de Loriane et de Joris, volontaire en service civique, il bague le Vautour fauve afin de faciliter son suivi et celui des populations.

 

Puis, l’équipe s’éloigne du jeune pour le laisser étendre ses ailes et rejoindre les quelques 200 vautours présents pour l’accueillir. Un nouveau périple vient de commencer pour notre grand pensionnaire...

Relâcher du Vautour fauve © Clément SabatierRelâcher du Vautour fauve © Flavie Roquillet

Relâcher du vautour fauve © Élodie Malmejean 

 

Nous remercions nos bénévoles et chaque personne ayant contribué au sauvetage de ce Vautour fauve et à sa remise en liberté. Pour nous aider à poursuivre nos actions, vous pouvez faire un don au centre de sauvegarde ou utiliser le moteur de recherche solidaire Lilo.

Je fais un don  J'utilise Lilo