Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Le combattant varié est un oiseau discret avec un comportement farouche sous nos lattitudes. Pourtant c’est un oiseau assez gros de la taille d’une poule, typique des zones humides.

Lire la suite...Messager du printemps, au même titre que les hirondelles, le Coucou gris (Cuculus canorus ) est un oiseau migrateur qui hiverne dans les régions équatoriales et jusqu’en Afrique du Sud. Il revient dans notre région généralement vers la fin mars ou dans les premiers jours d’avril. Dès son arrivée, il se manifeste par son chant caractéristique, onomatopée parfaite de son nom. Nombre d’entre nous a certainement déjà entendu le chant de l’oiseau, mais combien ont eu la chance de le voir ?

Lire la suite...Après la torpeur de l’hiver, l’effervescence gagne enfin les canaux du Roubaud. Calé sur ses deux pattes arrières et caché dans les roseaux, le Campagnol amphibie grignote quelques pousses de joncs fraîchement sorties, la Cistude quant à elle, prend ses premiers bains de soleil alors que la Gallinule poule d’eau s’affaire déjà à construire son nid avec quelques tiges sèches. Les migrateurs quant à eux arrivent encore aux comptes gouttes.

Lire la suite...En ce mois de mars, le vent du sud apporte son lot de migrateurs. Quelques canards noirs et blancs barbotent en tournant à la surface de l’eau. Leur bec en spatule est une curiosité de la nature et semble malgré tout, un outil indispensable à leur survie. Fraîchement arrivés d’Afrique, les Canards souchets vont passer quelques jours sur les salins pour reprendre des forces avant leurs remontées vers le nord.

Lire la suite...Du haut de son petit arbuste, un oiseau s’égosille à intervalle régulier. La cascade de notes métalliques qu’il émet, est assez originale et ne laisse que peu de doute sur l’identité de notre chanteur. Bien en évidence, le Bruant proyer ne cherche pas à se cacher bien au contraire, il est là pour se montrer et séduire celle qui voudra bien le rejoindre.

Lire la suite...Avec les températures clémentes de ces derniers jours, le printemps semble frapper à notre porte et, les premiers chants d’oiseaux commencent à faire leur apparition. Des gazouillis très rapides sont lancés par un oiseau qui papillonne haut dans le ciel. Il est difficile de saisir toutes les subtilités de ce chant très rapide et complexe. Ces grincements et ces stridulations sont caractéristiques du Serin cini. Ce petit passereau aux couleurs flamboyantes semble annoncer de ses longues strophes précipitées, la fin de l’hiver !

Lire la suite...C’est au crépuscule qu’une ombre rondouillarde se faufile dans la haie du jardin. Lentement, l’animal explore les feuilles mortes à la recherche de pitances pour rassasier sa faim. Loin d’être discret, cet invité nocturne effectue un sacré remue-ménage. En s’approchant un peu, l’animal se recroqueville sur lui-même ne laissant apparaître qu’une armure d’aiguilles ! Le Hérisson d'Europe est bien l’invité surprise de cette soirée. Après quelques instants, l’armure s’ouvre enfin, laissant entrevoir, un petit bout de nez et de petits yeux noirs, puis l’animal prend la poudre d’escampette.

Lire la suite...De la taille d’un moineau, un passereau trône sur la mangeoire du jardin. Il décortique inlassablement et avec une aisance déconcertante les graines de tournesol, qu’il brise en un coup de bec. Les mésanges ne s’approchent guère du festin avec ce drôle d’oiseau tout vert et jaune dans les parages. Il faut dire que le Verdier d’Europe en impose, il repoussera tout rival jusqu’à ce qu’il soit totalement rassasié.

Lire la suite...Les grands froids qui ont gagné toute l’Europe centrale et une partie de la France ont provoqué un exode vers le sud de nombreuses espèces d’oiseaux. Les sols gelés, le manque de nourriture touche l’avifaune et plus particulièrement une espèce de limicole. Ses cris plaintifs, tout droit sortis d’un jeu vidéo permettent de localiser notre oiseau. Dans les touffes d’herbes, une longue huppe fouettée par le vent glacial, trahit la présence de notre oiseau. Le Vanneau huppé est bien là, mais avec une cinquantaine de ses congénères cachés tout autour de lui...

Lire la suite...Le marais est couvert d’une légère brume en ce matin de janvier. Quelques Canards colverts, s’agitent en bordure des roseaux fouillant les massifs de ruppie à la recherche d’invertébrés et de graines. Deux silhouettes semblent appartenir à une autre espèce. Leur long cou, leur queue pointue et démesurée sont assez caractéristiques. Avec la dissipation des nappes de brouillard, nous pouvons maintenant observer aisément un magnifique couple de Canard pilet, en provenance de Scandinavie, venu passer l’hiver sous des latitudes plus clémentes.