Prospection © Stephanie LarbouretInitiés en 2010 dans le cadre de l’Année internationale pour la biodiversité, les Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) ont d’abord été portés par le Ministère en charge de l’Environnement. Dans l’objectif de poursuivre ce dispositif ambitieux, l’AFB a lancé un premier Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) en juillet 2017, afin d’aider financièrement les communes et les «structures intercommunales» dans la réalisation de leur atlas.

Le franc succès de ce premier appel, ainsi que les objectifs annoncés le 4 juillet 2018 par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire dans le Plan Biodiversité, ont conduit l’Agence française pour la biodiversité à lancer cette année un deuxième appel à manifestation d’intérêt.

L‘action 73 du Plan Biodiversité fixe en effet un objectif de 600 nouveaux ABC soutenus financièrement, afin d’atteindre 1500 ABC d’ici 2020.
Avec 110 projets déposés, concernant plus de 1300 communes, l’AMI 2018 mobilise près de 300 communes supplémentaires comparativement à l’année précédente. Après une évaluation régionale, puis nationale de l’ensemble des dossiers, 19 dossiers ont été sélectionnés dans le cadre de cet AMI, pour un financement global de 1,5 millions d’euros.

 

Le projet d'ABC du Parc naturel régional de la Sainte-Baume sélectionné

Le PNR de la Sainte-Baume promeut la démarche d’Atlas de biodiversité communale dans son principe dynamique de connaissance fine et localisée des enjeux de biodiversité qui définissent ainsi les trames écologiques, mais aussi d’implication citoyenne et d’impulsion d’actions favorables au maintien de ses trames écologiques. C'est dans ce contexte que le projet d'ABC porté par le parc concernant les communes de La Celle et de la Roquebrussane a été retenu par l'Agence française pour la biodiversité.

Le parc s’inscrit dans une démarche partenariale avec les communes de La Celle et de La Roquebrussanne, deux associations régionales dont le Conservatoire des espaces naturels de PACA et la LPO PACA ainsi que le Conseil de Parc (organe citoyen d’accompagnement du PNR). L’objectif principal de l’Atlas de biodiversité pour ces deux communes, outre l’amélioration des connaissances des trames écologiques et du foyer biologique majeur de la Loube, vise à cartographier les enjeux de biodiversité agricoles et renforcer la connaissance des groupes taxonomiques d’insectes et plantes auxiliaires de cultures. Il sera le support de sensibilisation aux pratiques agricoles les plus favorables à la préservation de la richesse biologiques des plaines de l’Issole et du Caramy.

 

Une participation stable par rapport à l’année dernière, grâce à des structures candidates diversifiées.

Le niveau de participation s’explique notamment par la possibilité d’avoir des projets portés par des types de structures diversifiés, à savoir notamment : des communes, des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI), des Parcs Naturels Régionaux, des Etablissements Publics Territoriaux de Bassin (EPTB), des Pôles d’Equilibre Territoriaux et Ruraux (PETR).

Par ailleurs, le règlement administratif tel qu’il a été rédigé, a permis une certaine souplesse dans le montage des dossiers. En effet, les candidats pouvaient présenter des projets :

  • associant des partenaires associatifs notamment, en montant un projet partenarial ;
  • concernant une partie seulement des communes de l’intercommunalité (si le projet était toutefois en cohérence avec les enjeux territoriaux et que lescommunes concernées avaient donné leur accord préalable).

 

Le partenariat avec les parcs nationaux

Parallèlement à l’AMI  9 dossiers ont été retenus dans le cadre du partenariat avec les parcs nationaux, ces derniers permettant de fait une meilleure représentativité des enjeux de la biodiversité locale dans les territoires de parcs.

Ainsi, 28 dossiers d’ABC sont soutenus financièrement par l’Agence française pour la biodiversité en 2018.

 

Qu’est-ce qu’un ABC ?

Un ABC est une démarche qui permet à une commune, ou « structure intercommunale », de connaitre, de préserver et de valoriser son patrimoine naturel : en plus d’inventaires naturalistes, la démarche inclut également la sensibilisation et la mobilisation des élu-e-s et citoyen-ne-s et la définition de recommandations de gestion ou de valorisation de la biodiversité. L’objectif est d’identifier les enjeux de biodiversité du territoire et d’aider la commune ou l’intercommunalité à agir en les intégrant dans ses actions et stratégies.

Après l’initiative portée par le ministère de l’Environnement en 2010, dans le cadre de l’Année internationale pour la biodiversité, la démarche des Atlas de la biodiversité communale est désormais reprise par l’AFB, en partenariat étroit avec les Directions régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL/DRIEE), le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), France Nature Environnement (FNE), les Conservatoires botaniques nationaux (CBN), les Centres permanents d’Initiation à l’Environnement (CPIE), Humanité et Biodiversité, Vivarmor Nature, l’association des Maires de France, Régions de France et les services chargés de l’environnement au sein des conseils régionaux, les Ecomaires, le Fonds de Dotation pour la Biodiversité, la Ligue de Protection des Oiseaux, les Parcs Nationaux et les Parcs Naturels Régionaux.

 

A propos de l’Agence française pour la biodiversité

L’Agence française pour la biodiversité est un établissement public du ministère de la Transition écologique et solidaire. Créée le 1er janvier 2017, elle exerce des missions d’appui à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de la connaissance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité des milieux terrestres, aquatiques et marins.