Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Jeune chouette hulotte © Marine SteinmannAu printemps, vous êtes susceptibles de découvrir dans votre jardin un jeune animal sauvage. Même si les parents ne se trouvent pas à proximité, un petit est rarement abandonné : les parents sont soit partis chercher à manger, soit en train de se cacher parce que votre présence les dérange. Nombre de personnes voulant bien faire, retirent en réalité des petits à leurs parents. Voici quelques conseils pour adopter les bons gestes en cas de découverte d’un jeune. 

Pour venir en aide à un jeune animal que vous avez découvert, il faut d’abord savoir s’il est en détresse ou non. Si le jeune animal n’est pas blessé ou affaibli, la situation n’est pas anormale : ne le ramassez pas pour l’emmener chez vous, et ne tentez pas de le nourrir. Vous risquez de lui donner une nourriture inadaptée et de le mettre en danger. 

 

Reconnaître un jeune animal blessé ou en détresse 

Jeune Petit-duc scops blessé © Loriane AubinaisSeuls les petits étant blessés, très affaiblis ou en détresse ont besoin d’une prise en charge par un centre de soins. Dans ces situations, les petits présentent des signes d’hypothermie : il faut alors les réchauffer au plus vite avec une bouillotte. Des plaies peuvent être visibles sur le corps. Si c’est un jeune oiseau, il peut ne pas tenir sur ses pattes ou avoir une aile qui pend. Chez les jeunes mammifères, du sang peut s’écouler du nez et de la bouche. Des fourmis sur le corps de l’animal ou des pontes de mouches peuvent également indiquer qu’il a besoin d’une prise en charge rapide. Il faut donc contacter le centre de soins le plus proche (en Région Sud : crsfs-paca@lpo.fr. Cliquez ici pour voir la carte des centres de soins).

 

Le jeune animal n’est pas blessé... 

Comment réagir si je trouve un bébé rapace au sol ? 

Nid artificiel fabriqué avec un carton et de la ficelle © Marine SteinmannLes jeunes rapaces connaissent une phase d’émancipation au sol, durant laquelle ils apprennent à voler tandis que les parents continuent de les nourrir régulièrement. Pour aider ces jeunes, il suffit souvent de les replacer en hauteur dans un nid artificiel en suivant nos conseils en ligne : https://paca.lpo.fr/images/mediatheque/fichiers/section_soins_animaux/conseils/fiche_conseils_jeune_rapace_nocturne.pdf

Une fois l’oisillon mis en sécurité, vous pourrez repasser le lendemain afin vérifier la présence de fientes : cela signifie que les parents sont venus le nourrir et s’en occupent bel et bien ! En cas d’absence de fientes, contactez le centre de soins le plus proche (en Région Sud : crsfs-paca@lpo.fr. Cliquez ici pour voir la carte des centres de soins

Attention : Les jeunes chouettes effraies sont des exceptions. Si vous en trouvez une au sol, vous devez appeler le centre de soins le plus proche de chez vous. 

 

Comment réagir si je trouve un oisillon ? 

Pour secourir un oisillon tombé du nid, vous devez prêter attention à son âge. 

Comme pour les bébés rapaces, vous pourrez repasser le lendemain afin vérifier la présence de fientes. 

Pour en savoir plus, vous pouvez lire la courte bande dessinée de Mara, bénévole au Centre de soins la Vaux-Lierre !

 

Comment réagir si je trouve un bébé mammifère ? 

Contrairement aux oisillons et aux bébés rapaces, il est plus compliqué de rendre un bébé mammifère à ses parents, notamment si le nid a été endommagé, déplacé ou détruit. Si vous découvrez un jeune mammifère, vous devez : 

Jeune lièvre © Loriane AubinaisAttention : Les faons et les levreaux sont des exceptions. Il est normal de les trouver seuls au sol, et il faut s’en éloigner rapidement et en silence, les parents étant très craintifs. Plus d’informations sur nos fiches conseils en ligne : jeune lièvre et faon

 

Des gestes simples pour éviter la saturation des centres de soins l’été 

Ramasser un jeune qui n’est pas en détresse pour le confier à un centre de soins participe à la saturation de nos structures lors de la période estivale. Les nourrissages mobilisent le personnel jusque tard, et un surnombre de petits en bonne santé peut rapidement transformer un quotidien de soigneur en véritable marathon au moment où les canicules ne facilitent pas les conditions de travail.

Petits-ducs scops en volière © Martin Steenhaut

Veillez également à ne pas mettre en danger une nichée lors d’une séance de jardinage. Évitez de tailler vos haies ou de détruire des tas de feuilles ou de branches sans vous être assurés qu’ils ne sont pas déjà occupés. Retrouvez tous nos conseils en cliquant ici !

 

Vous avez trouvé un animal sauvage en détresse ? Consultez nos fiches conseils en ligne

Pour nous aider à poursuivre nos actions, vous pouvez faire un don au centre de sauvegarde ou utiliser le moteur de recherche solidaire Lilo.