Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Vautour fauve ©Typhaine LyonLe printemps est là et voici le temps de faire un bilan de la saison de reproduction déjà bien avancée pour les vautours.

 

Les pontes de Vautour fauve ont été relativement précoces cette année en corrélation avec la météo clémente de cet hiver qui n’en aura eu que le nom. Au 15 avril, 163 pontes ont été constatées soit 37 de plus que l’an passé, la première ayant été déposée avant le 24 décembre pour 98 éclosions et 37 échecs. Les beaux jours arrivants la saison d’escalade et de highline est déjà lancée. Dans ce cadre et en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Verdon et le club d’escalade « Lei Lagramusas » de la Palud sur Verdon, une action de sensibilisation a été réalisée auprès des enfants du club. Au programme : observations de nids à la longue vue et pose d’affichettes de sensibilisation des grimpeurs.

 

Chez les moines, Jean et Exo1 se relayent sur le nid pour la couvaison qui a débuté autour du 11 mars.

 

Deux autres couples sont formés :

  • Nestor a délaissé Valouse pour Alambic, jeune femelle née dans les Baronnies en 2014. Des accouplements ont été observés et une aire est en cours de construction, l’âge peu avancé d’Alambic laisse peu d’espoir pour une réussite dès cette année mais la nature réserve parfois de belle surprise !
  • Alcyone, quant à lui, est toujours apparié à Exo 2013 mais aucune tentative de reproduction n’a été constatée pour l’instant. Ce couple semble être hésitant sur la zone géographique à choisir : ils ont réalisé plusieurs allers-retours Verdon/Baronnies ces dernières semaines, parfois même le retour a été effectué en moins de trois heures !

 

De son coté, Valouse a courtisé Jean, le mâle du couple fondateur, qui n’a pas semblé sensible à ses avances. Cependant, elle a été découverte en train de couver le 30 mars sur une aire construite en partie l’année dernière avec Nestor. Si Valouse a peut être réussie à s’accoupler avec un mâle, il parait néanmoins compliqué de mener une reproduction avec succès pour un oiseau seul, aucune relève n’ayant été observée. Enfin, Anjou continue inlassablement de construire des ébauches de nid en solitaire.

 

Le mâle Vautour percnoptère, identifié grâce à sa bague métallique, a été observé de retour de migration le 20 mars, jour du printemps ! Sa femelle, au plumage caractéristique, a été vue quelques jours plus tard et ils ont été observés visitant des cavités habituelles.

 

Nous remercions les bénévoles et écovolontaires pour leur aide dans le suivi de la nidification de ces espèces.