Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Vautours fauves © Typhaine LyonLe bilan de la reproduction 2016 dans les gorges du Verdon garde un goût amer pour notre équipe de suivi. En effet, malgré une bonne saison pour les Vautours fauves, les Vautours moines et percnoptères ont échoué dans leur reproduction.

 

L’année 2016 marque un nouveau coup d’accélérateur pour la colonie de Vautour fauve : 166 pontes ont été déposées (contre 126 en 2015) pour 132 éclosions. La plus précoce a été constatée entre le 22 et le 24 décembre 2015. Cette nette augmentation de l’effectif nicheur résulte sans doute d’un hiver très peu rigoureux et d’un début de printemps relativement clément. Le nombre de jeune à l’envol est de 108, portant le succès reproducteur à 64%, soit un chiffre légèrement en dessous de la moyenne des 7 dernières années (68%). Les orages à répétition au cours du mois de mai et juin sont certainement une des explications, de même que la faible mortalité dans les élevages locaux d’ovins et caprins partenaires du programme. Dans le but du suivi de la colonie, 41 poussins ont été bagués entre le 5 mai et le 7 juillet. Notons, cette année encore, l’échec d’au moins un couple lié à la pratique grandissante et non encadrée de la Highline.

 

Chez les Vautours moines, la saison de reproduction avait plutôt bien commencé avec 8 oiseaux présentant des velléités de reproduction, mais aucun poussin ne prendra son envol cette année :

  • Après quelques recharges du nid, la femelle du couple fondateur (toujours constitué de Jean et Exo1) a déposé une ponte entre le 9 et le 13 mars. Le 5 mai, Jean nourrissait un tout jeune poussin. Après un mois et demi d’élevage du jeune, les deux parents sont observés à plusieurs reprises et de longs moments en simultanée à la curée, comportement étrange pour un couple élevant un poussin. L’échec sera confirmé le 28 juin sans cause évidente. Il s’agit de leur premier et unique échec depuis la première ponte en 2013.
  • Valouse qui était appariée à Nestor l’an passée, a rechargée une aire construite en 2015 et y a déposée une ponte. Malheureusement, elle n’a su mettre un terme à son célibat et l’œuf, probablement clair, a été abandonné ou prédaté après un mois de couvaison et des absences de 20 à 30 minutes pour aller se nourrir.
  • Dès le début de l’année 2016, Nestor s’est apparié à Alambic, jeune femelle née en nature dans les Baronnies en 2014. Malheureusement, malgré la construction d’une nouvelle aire non loin d’une placette éleveur, aucune ponte ne sera constatée, fait non étonnant en lien avec l’âge peu avancé de la femelle.
  • Alcyone et Exo 2013 étaient toujours appariés et ont effectué, durant l’hiver, de nombreux aller-retour entre le Verdon et les Baronnies comme l’avaient fait Jean et Exo1 avant de se fixer dans le canyon. Le couple, de retour dans le Verdon, a ensuite fréquenté une zone où se trouve une aire artificielle mais aucune tentative de reproduction n’a eu lieu.
  • Anjou, pour la troisième année consécutive a construit en solitaire des ébauches de nid. Il a été observé courtisant des Vautours fauves. Les deux femelles « Mistral » et « Voltige » lâchées en janvier dernier sont toujours présentes dans le Verdon, peut être que l’une d’elle arrivera à le séduire.

 

Le premier Vautour percnoptère a été vu le 20 mars puis le couple était présent le 28 mars. La ponte a eu lieu autour du 25 avril. Le 17 mai, un conflit avec un troisième adulte est observé à proximité immédiate du site de nidification. Le(s) œuf(s) resté(s) sans surveillance ont probablement été prédaté lors des longues minutes d’absence du couple pendant cette altercation. Un individu au nid et des relèves ont été observés jusqu’au 11 juillet puis le site a été déserté laissant penser qu’une ponte de remplacement avait eu lieu (une incubation de deux mois et demi semble peu probable). Le schéma de reproduction de ce couple (d’une reproduction réussie tous les deux ans) est donc malheureusement respecté avec ce nouvel échec. Cette année au moins 5 percnoptères différents ont fréquenté les gorges : le couple reproducteur, un troisième adulte, un oiseau de 4ème année observé en vol et un immature (<4A) qui a été vu courant juin lors d’une curée sauvage.

 

A l’heure des envols des jeunes Vautour fauve, espérons que la saison 2017 soit de meilleur augure pour les Vautours moines et percnoptères.
Notre équipe remercie vivement tout les bénévoles et écovolontaires pour leur aide dans le suivi de la reproduction des vautours.