Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Jacques Frossard DT SNCF Réseau et Benjamin Kabouche directeur de la LPO PACA devant une spirale à insectes en cours de construction © Camille PicardDans le cadre d’une convention signée en début d’année, la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur et SNCF Réseau ont entrepris fin octobre 2019 des travaux pour favoriser la faune aux abords de la ligne Marseille – Toulon, sur les communes d’Aubagne et Cassis.

Reportage de France 3 Provence-Alpes

 

Les travaux ont été précédés d’études et de prospections de terrain réalisées par la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur dans les secteurs prioritaires définis par le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE), afin d’identifier les zones de conflits entre les infrastructures linéaires, qu’elles soient ferroviaires ou routières, et la continuité des écosystèmes. Cette étude est consultable dans le Faune et Nature n°52 paru en février 2018. Les préconisations de l'étude concernant ce secteur sont énumérées dans la fiche actions "Voie ferrée entre Aubagne et la Ciotat".

Creusement d'une mare © Camille PicardLe long de la ligne SNCF qui délimite à cet endroit une frontière entre le Parc naturel national des Calanques et le Parc naturel régional de la Sainte-Baume, 7 sites de ces environnements préservés ont ainsi été sélectionnés, à proximité immédiate de ponts voutés passant sous les voies. Les interventions visent à doter ces lieux d’aménagements permettant de favoriser la connexion des milieux naturels de part et d’autre du remblai ferroviaire qui fait obstacle à la circulation des espèces.

 

Hibernaculum, nichoirs à chiroptères, spirales à insectes, mares écologiques …

Couleuvre de Montpellier © Nicolas FuentoLes travaux consistent à créer des mares entourées de plantations, qui serviront de lieux de reproduction et de cache pour les amphibiens et les reptiles et qui constitueront plus généralement un biotope pour de nombreuses espèces.

Les chiroptères trouveront refuge à court terme sous les voutes des ouvrages ferroviaires grâce à la pose de nichoirs conçus de plusieurs sortes pour diversifier les types de chauves-souris.

La pose de nichoirs à mésanges, une trentaine au total, vise quant à elle à favoriser leur nidification dans les zones naturelles boisées, aux abords des ponts qui permettent de passer sous la voie ferrée.

La création de murets en pierres sèches non jointées à proximité des ouvrages de la SNCF permettra de créer des milieux propices aux lézards, en particulier le lézard ocellé et le lézard des murailles. Ces structures seront complétées par l’aménagement d’un site de ponte et de gite à reptiles appelés « hibernaculum ».

Une spirale à insectes, composée de pierres, de terre et de sable, représentera quant à elle de nombreux intérêts pour la biodiversité.

 

Un chantier solidaire

Construction d'un mur pour les reptiles © Camille PicardLes travaux sont réalisés sous la maîtrise d’oeuvre du bureau d’étude Naturalia, et la maîtrise d’ouvrage du pôle régional Environnement et Développement Durable de SNCF Réseau. Les travaux lourds – création des mares – sont assurés par la Compagnie des Forestiers. La construction des équipements écologiques plus légers (nichoirs, murets et gite à reptiles…) s’effectue dans le cadre du partenariat entre SNCF Réseau et l’association AIAES du Groupe ADDAP 13, engagée dans l’insertion professionnelle des personnes éloignées de l’emploi.

Après avoir assisté SNCF Réseau sur la conception des aménagements, la LPO se charge désormais du suivi écologique du chantier.