Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Sterne pierregarin © Aurélien AudevardCe travail, mené en partenariat entre le CEN PACA et la LPO PACA, a permis d’évaluer 255 espèces d’oiseaux nicheurs, 147 hivernantes et 348 de passage en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le constat est que l’état de conservation globale de l’avifaune régional continue de se dégrader avec 37,5% des espèces nicheuses qui présentent un risque d’extinction (contre 35% en 2012).

Parmi les espèces qui voient leur statut se dégrader, 54% sont des passereaux dont les effectifs diminuent et on peut compter également 10 espèces de la Directive Oiseaux.

Liste rouge régionale des oiseaux nicheurs, de passage et hivernants de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Retrouvez les documents complets sur le lien

 

Les listes rouges

L’UICN a développé des outils d’alerte relatifs aux espèces menacées du monde : les listes rouges.
D’abord mondiales, elles ont été déclinées à des niveaux supranationaux : continent, souscontinents, pays et régions.

En France, la liste rouge concernant les oiseaux a été réactualisée en 2010 puis en 2016. Dans notre région, la 1ère liste rouge des oiseaux nicheurs a été publiée dans Faune de Provence en 1992. Le statut des oiseaux a depuis parfois fortement évolué comme le montre par exemple l’atlas des oiseaux nicheurs de PACA paru en 2009. La liste rouge des oiseaux nicheurs a été actualisée en 2012 sous la coordination de la LPO PACA et du CEN PACA. En 2018, sous l’impulsion de ces associations, la DREAL PACA a subventionné celles‐ci afin d’actualiser cette liste rouge en y ajoutant les espèces de passage et hivernantes.

 

Qu’est-ce qu’une liste rouge ?

Une Liste rouge a pour objet d’évaluer le risque d’extinction d’une espèce (voire d’une sous‐espèce ou d’une population) dans une région donnée. Elle est établie à partir des données les plus fiables possibles, croisées avec une méthodologie reconnue au niveau international établie par l’UICN.

La Liste rouge permet également d’atteindre des objectifs secondaires suivants :

  • identifier les espèces ayant besoin de mesures de conservation ;
  • fournir un indice global de la perte de biodiversité ;
  • constituer un outil de référence pour les politiques et actions de protection ;
  • sensibiliser décideurs et grand public à la sauvegarde de la biodiversité.

Pour en savoir plus sur les méthodes, les ressources exploitées et les résultats obtenus, consultez les documents en liens ci-dessus.