Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Grand Tétras (Tetrao urogallus) © Emile BarbeletteLa LPO dénonce une manipulation pour continuer de chasser en France des espèces en mauvais état de conservation.

Le gouvernement vient de soumettre un projet de décret relatif à la liste des espèces soumises à gestion adaptative. Il prévoit d’établir des quotas de chasse pour 4 oiseaux pourtant menacés : la Tourterelle des bois, le Courlis cendré, la Barge à queue noire et le Grand Tétras.

Nous publions ci-dessous l'avis défavorable de la LPO déposé sur la consultation publique en ligne ouverte par le Ministère de la transition écologique et solidaire. Nous invitons nos sympathisants à s’en inspirer pour ajouter également leur propre commentaire sur le site avant le 3 mars, en évitant cependant le copier-coller au risque qu’il ne soit pas pris en compte.

« La LPO est a priori favorable à la gestion adaptative des espèces. A condition qu’il s’agisse bien de fixer des quotas du nombre d’individus d’une espèce à chasser afin que celle-ci conserve un bon état de conservation. Comme le Canard colvert. Ou éventuellement pour des espèces non encore inscrites sur les listes rouges de l’UICN, mais dont les effectifs sont en déclin. Comme l’Alouette des champs. Afin d’empêcher des espèces de rejoindre la liste rouge.

Mais la gestion adaptative ne devrait pas être un prétexte pour continuer de chasser des espèces déjà en mauvais état de conservation. Ce qui est le cas des 4 espèces citées dans le projet de décret soumis à la consultation publique. Le simple principe de précaution devrait suffire à stopper la chasse des espèces inscrites en liste rouge. Qui plus est l’année où la France se vante d’accueillir le Congrès mondial de l’UICN. La chasse est un loisir. Il n’y a aucune obligation à continuer de chasser des espèces qui se portent mal. Même si pour certaines d’entre elles la chasse n’est pas le seul voire principal facteur de régression.

Sur les 4 espèces proposées, 3 ont déjà fait l’objet d’un avis du Comité d’experts de la gestion adaptative (CEGA) l’année dernière. Seul le Grand Tétras est rajouté. Pourquoi soumettre à nouveau des espèces ayant déjà fait l’objet d’un avis du CEGA l’année précédente ? Les données n’ont pas changé d’une année sur l’autre.

Rappelons que, alors que le CEGA avait recommandé un quota de 0, l’Etat a autorisé l'an dernier l’abattage de 6000 Courlis cendrés. Et de 18.000 Tourterelles des bois alors que, dans un premier avis, le CEGA avait recommandé là aussi un moratoire. La LPO a réussi à faire suspendre en urgence la décision pour le Courlis dont la France est le seul pays européen à autoriser la chasse et qui fait l’objet de plans de sauvegarde à l’échelle européenne. Mais les recours sur le fond perdurent, pour le courlis comme pour la tourterelle.

La gestion adaptative ne devrait pas être un prétexte pour contourner les décisions de justice. C’est particulièrement vrai pour le Grand Tétras dans les Pyrénées avec 30 arrêtés d’autorisation de chasse cassés au fil des ans..

En conséquence, l’avis de la LPO est défavorable. »

 

Source : https://www.lpo.fr/actualites/non-a-la-gestion-adaptative-d-oiseaux-en-declin