Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Delichon urbica par Andreas TrepteC’est le printemps ! Voici donc le retour de l’Hirondelle la plus commune et la plus proche de l’Homme : Delichon Urbica. La messagère des beaux jours a donc retrouvé son nid et va embellir notre ciel jusqu’à la fin de l’été. Focus sur la migratrice chanteuse...

Qui est-elle ? 

Delichon urbicaIl est facile de la distinguer des autres espèces d’Hirondelles notamment car son croupion est très blanc, sa queue est peu fourchue et ne dispose pas de filets (contrairement à sa cousine, l’Hirondelle rustique). Elle est présente dans toute l’Europe, dans l’Afrique du Nord et en Asie centrale. Cette espèce désormais citadine se contentait de vivre sur les falaises avant que l’Homme construise des édifices. Aujourd’hui on retrouve ses nids hémisphériques sous les avancées de toit. L’Hirondelle de fenêtre vit en colonie et est une espèce sociable. Par ailleurs, elle est fidèle au nid qui l’a vue naître et tente chaque année de le retrouver, quitte à le rénover à l’aide de différents matériaux tels que des graviers, des plumes et de la boue. Elle est exclusivement insectivore, ce qui fait d’elle une grande alliée en termes de chasse aux moustiques ! Elle est également un précieux indicateur de la santé de notre environnement... En Provence, on la retrouve de Mars à Septembre, période durant laquelle elle se reproduit et élève ses petits avant de s’envoler vers des contrées africaines plus chaudes, où elle trouvera de quoi se nourrir en hiver.

Pourquoi la protéger ? 

Si l’Hirondelle de fenêtre est très présente dans nos villes, dans notre culture et dans les arts, son effectif a diminué de plus de 40% en une vingtaine d’années. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce déclin comme la disparition des ressources alimentaires causée par l’utilisation massive des pesticides. De plus, l’Hirondelle de fenêtre est assez peu tolérée en ville à cause de nuisances toutes solutionnables ou de préjugés, ce qui peut amener à la destruction de leurs nids... Dans le cas de rénovation de bâtiments, c’est très souvent que l’architecture n’est pas pensée de telle sorte à ce que les Hirondelles de fenêtre puissent nicher tel qu’elles pouvaient le faire dans les immeubles plus anciens. Finalement, il est nécessaire de diffuser les connaissances sur l’Hirondelle de fenêtre, l’importance et l’urgence qu’impose sa protection et tous les moyens possibles pour l’accueillir durablement. 

En France, toutes les espèces d’Hirondelles et de Martinets présents sur le territoire disposent d’un statut de protection fixé par la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la Nature. Par ailleurs, il est interdit de porter atteinte aux Hirondelles et à leurs habitats, ce qui constitue un délit punissable de 150000 euros d’amende et de deux ans d’emprisonnement. La loi interdit également toute détention et utilisation commerciale des Hirondelles. 

Comment la protéger ?

Il existe plusieurs solutions pour protéger la messagère du printemps :

  • Conservez les gîtes existants si des Hirondelles nichent dans votre bâtiment.
  • Préservez les accès et les cavités. Pour la construction ou la rénovation d’un bâtiment, pensez à une architecture permettant aux Hirondelles de faire leurs nids.
  • Installez chez vous des nichoirs suivant les conseils fournis par la LPO et sur le site Biodiversité et Bâti.
  • Si les salissures dues aux fientes sont gênantes, installez des planchettes environ 50 cm sous les nids.
  • Informez et sensibilisez autour de vous. Il est important de transmettre les enjeux de préservation des Hirondelles, de rappeler que ce sont des oiseaux fascinants et que l’altération de leur habitat constitue un délit punissable.
  • Repérez les nids d’Hirondelle en danger et restez vigilants en cas de projet d’aménagement ou de travaux dans votre commune.
  • Faites remonter les informations à l’ONCFS (en capacité de dresser un procès verbal) et à la LPO qui pourra porter plainte si vous vous retrouvez face à un acteur responsable de la menace d’un nid peu coopératif.

Pour contribuer à faire durer le chant des Hirondelles, engagez-vous en devenant adhérant à la LPO PACA et contribuez aux actions déployées pour ces espèces !

 

Morgane Berger, Ambassadrice Biodiversité à la LPO PACA

Cet article a été rédigé dans le cadre de l'année d'actions pour les hirondelles et les martinets 2019 #hirondellesetmartinets2019logo hirondelles et martinets 2019 fond blanc